aléatoire

mardi 24 mai 2016

De nos jours, "polémique" et "controversé" sont devenus des gros mots.
Quant au "dérapage", qui consiste à dire ce qu'on pense
sans l'habiller de précautions oratoires ni d'habiles périphrases, bref sans hypocrisie,
il constitue le péché ultime dans le monde médiatique.
Exemple de dérapage : dire de quelqu'un de connu, en public, que "c'est un con".
Il eut suffit de chuchoter, en privé, "c'est un mal-comprenant", comme dirait Bedos,
pour éviter le dérapage polémique, controversé et éventuellement passible de procès.
De là à conclure que nous sommes dans un pays
qui n'accepte plus que la "pensée unique",
prêt à tout moment à lyncher publiquement et avec force tapage
toute voix discordante qui s'opposerait au politiquement correct,
il n'y a qu'un pas que, pour ma part, je franchis allègrement,  
tant ce constat me semble être une triste évidence.