aléatoire

mardi 9 août 2016

L'être humain ne porte pas la pleine responsabilité du mal qu'il commet,
parce que c'est un mal qui nous dépasse et qui n'est pas nous :
l'humanité n'est pas, en tant que telle, corrompue, mais elle est corruptible.
Nous portons cependant la responsabilité de notre compromission avec ce mal,
parce qu'on accepte de l'héberger et d'écouter ses suggestions,
qu'on se range souvent à ses arguments et qu'on agit contre notre conscience.
Il détruit alors celui qui le commet autant que ceux envers qui il est dirigé,
comme une épée à deux tranchants.
La seule solution pour lutter efficacement contre lui
est d'écouter les suggestions et les arguments de notre conscience,
ainsi que de Dieu qui ne cesse de chercher à l'éclairer, 
si nous l'acceptons dans notre vie 
et que nous agissons selon ses commandements.