aléatoire

mercredi 28 septembre 2016

Pour suivre Jésus, il faut accepter de tout perdre.
Ce n'est pas une fatalité mais une liberté :
celui qui a Dieu a tout,
et il sait désormais que tout ce qu'il possédait avant n'était rien.
Il peut désormais voir le monde depuis une perspective d'éternité.
Certains devront attendre la mort pour s'en rendre compte,
alors que les disciples du Christ n'ont pas besoin d'attendre d'être au pied du mur.
C'est ainsi que ceux qui semblent perdre au change sont, en réalité, les plus riches
même si, ici-bas, cette richesse est bien inconfortable,
comme les ailes de l'albatros qui le gênent sur terre 
mais font delui, une fois en l'air, le maître des cieux.