aléatoire

lundi 31 octobre 2016

Estimer les autres supérieurs à soi-même,
avoir leur intérêt à coeur avant le nôtre,
voilà bien quelque chose qui va à contre-courant de notre époque,
qui met en avant le droit (et même le devoir) à l'épanouissement personnel.
Ce n'est pourtant pas de la faiblesse, ni être timoré, mou ou soumis,
d'agir comme saint Paul le recommande à tout chrétien.
Bien au contraire : pour en être capable, il faut se posséder soi-même,
être souverain sur sa propre vie, et décider de la mettre au service des autres.
Alors que se prendre pour le centre du monde et ne penser qu'à soi et à son plaisir, 
un nourrisson en est capable avant même de savoir parler.