aléatoire

lundi 26 décembre 2016

Ça m'a toujours frappé que le lendemain de Noël
on fête saint Etienne, le premier martyr après le Christ.
L'amour n'est pas aimé, il est toujours menacé d'extermination,
et pourtant on ne célèbre pas une messe de requiem mais de fête,
parce que, quoi qu'il en coûte d'aimer ici-bas,
personne ne peut détruire l'amour :
la vie de celles et ceux qui l'ont choisi est dans la main de Dieu, 
et Il les réssuscitera au dernier jour.