aléatoire

lundi 9 janvier 2017

J'aime le baptême du Seigneur, parce que ça éclaire d'un jour nouveau le sens de la venue du Christ au milieu de nous.
Il est parfaitement évident que Jésus n'a nul besoin d'être baptisé : lui, le fils unique de Dieu, le seul qui soit son fils par nature et non par adoption, quel besoin a-t-il d'être adopté par son propre père ? Il est engendré par Lui de toute éternité... Non, Jésus n'a pas besoin d'être baptisé, c'est une certitude. Alors, pourquoi se soumet-il au baptême, malgré l'hésitation de Jean ? Eh bien, c'est tout simple : si lui n'en a pas besoin, nous en revanche, en avons un besoin absolu. Parce que les eaux n'ont pas, de soi, le pouvoir de faire de simples mortels des enfants adoptifs de Dieu. C'est pour ça que Jean ne donne qu'un baptême de repentance, alors que le baptême du Christ sera un baptême qui donne l'Esprit Saint. Eh bien, c'est parce que Jésus se fait baptiser que les eaux acquièrent cette faculté extraordinaire de pouvoir devenir l'aqueduc de la grâce, le moyen que Dieu a choisi pour nous conférer l'adoption filiale et la promesse du salut. En se plongeant lui-même dans les eaux, il les sanctifie, et leur donne le pouvoir de nous conférer ce que lui-même leur a transmis.
La vie de Jésus n'a pas juste valeur d'exemple, elle ouvre des chemins nouveaux, des chemins de salut qui n'existaient pas avant lui, que nul autre n'aurait pu ouvrir, parce que lui seul vient de Dieu, lui seul a vu le Père, lui seul connait le chemin qui mène à Dieu. Le Verbe de Dieu ne s'est pas incarné parce qu'il en avait besoin, mais parce que nous avions besoin de l'entendre. Il n'est pas mort parce qu'il était soumis à la mort, mais parce que nous y sommes soumis et que nous avions besoin de l'y trouver, pour qu'Il nous en sorte.
Ainsi, Dieu a-t-il besoin que nous venions à la messe ? Non, c'est nous qui en avons besoin, pour l'écouter, le manger, recevoir son Esprit Saint et son salut. A-t-il besoin de nos prières ? Non, mais nous oui : nous avons besoin de lui parler pour ne pas perdre l'espérance, nous avons besoin de l'écouter pour qu'Il nous guide et nous rassure. A-t-il besoin de nous pour que le monde soit sauvé ? Non, mais nous avons besoin de Lui pour l'être, et si nous ne pouvons rien faire pour le salut du monde, nous pouvons accepter de nous laisser sauver, ce qui est exactement ce qu'Il nous demande et nous propose. C'est comme cela que nous "complétons dans notre chair ce qui manque à la croix du Christ" : nous acceptons de le suivre sur le chemin qui mène à Dieu et à la vie éternelle, pour que le sacrifice de la croix ne soit pas vain.

Il faudrait être fou pour croire que Dieu nous doit quelque chose : c'est nous qui Lui devons tout ! Et, en particulier, nos actions de grâce : Il nous a sauvés !