aléatoire

lundi 27 février 2017

Dieu, contrairement à une idée reçue, n'impose jamais rien, mais il invite.
Il ne juge pas durement, mais il accepte les demandes de pardon sincères.
Il n'empêche rien, il nous dit juste ce qui va nous nuire
et qu'on devrait éviter dans notre propre intérêt.
Chacun est libre de le suivre ou pas, et il respecte ce choix, quel qu'il soit.
Est-ce que ça veut dire qu'on peut donc faire n'importe quoi sans aucune conséquence,
que tout se vaut, qu'on ira tous au paradis quoi qu'on fasse,
que le relativisme le plus débridé a pris le pas sur la doctrine de la foi ?
Bien sûr que non.
Parce que si on est libre de suivre ou pas le chemin qu'il nous montre,
que Jésus a suivi lui-même jusqu'à la mort sur la croix,
donnant sa vie par amour de l'humanité,
seul ce chemin mène à lui, à la vie éternelle et à la résurrection :
la preuve en est que Dieu a ressuscité Jésus, premier-né d'entre les morts.
On peut choisir de ne pas le suivre, il ne nous en empêche pas, on est libres.
Mais dans ce cas, on n'arrivera pas là où son chemin nous mène, c'est une évidence.
Si je rejette Dieu et ses propositions tout au long de ma vie, 
il ne faudra pas être étonné de ne pas les obtenir après ma mort.