aléatoire

samedi 8 avril 2017

Beaucoup de chrétiens sont préoccupés par leur "pureté" personnelle :
ils confondent sainteté et perfection, et s'efforcent, avec beaucoup de courage,
de ne pas commettre de péchés, de "ne pas faire" tout un tas de choses
considérées mauvaises ou impures ou interdites.
Hélas, "faisant le mal que nous le voudrions pas
et ne faisant pas le bien que nous voudrions", comme s'en lamente saint Paul,
ils perdent tôt ou tard l'espoir de parvenir à cette perfection qu'ils cherchaient.
Certains finissent même par abandonner totalement la religion,
dégoûtés qu'ils sont par leurs multiples échecs et par leur incorrigible faiblesse.
Ce n'est pas ça, la sainteté!
Seul Dieu est saint, nous dit Jésus. Bon, ça au moins, c'est clair :
inutile de penser qu'on pourra devenir comme Dieu par un simple effort de volonté,
c'est illusoire (voire totalement stupide...) et promis à un échec certain.
Non, la sainteté, pour nous, chrétiens, consiste à s'accrocher à Dieu
comme une moule s'accroche à un rocher.
Par la messe aussi fréquemment que possible, la méditation de sa Parole,
l'adoration eucharistique, la prière quotidienne et assidue, la confession régulière,
à force de tenir le Christ dans ses bras, on finit par s'imprégner de son parfum,
et sa sainteté finit par produire en nous ses fruits
qu'on ne maitrise pas, qui ne nous appartiennent pas, mais dont on bénéficie.
Les saints ne sont pas plus parfaits que les autres. 
Mais ils s'accrochent plus que les autres au Christ, voilà tout.