aléatoire

vendredi 13 mai 2016

En fait, dans la mort, le plus dur n'est pas de perdre des proches,
c'est de perdre des intimes.
Quelle que soit notre foi et la certitude de la vie éternelle et de la résurrection, 
en attendant il faut supporter, chaque jour, le manque qu'on a d'eux.