Couv

Couv
Paradis, enfer, purgatoire... des réponses claires.

aléatoire

dimanche 5 avril 2020

Messe des rameaux (5 avril)
Le dimanche des rameaux que nous vivons aujourd'hui est... inédit. Nous ne pourrons pas faire bénir nos rameaux, ni nous rassembler physiquement, ni être présents, au-delà de l'espace et du temps, par la liturgie, à l'entrée messianique de Jésus à Jérusalem, ni l'accompagner lors de sa passion. Ah, mais en fait, si. Nous allons pouvoir être à ses côtés. Pas en suivant la liturgie à l'église, puisque nous ne pouvons pas nous réunir en communauté. Mais nous allons cependant, par les contraintes du confinement, vivre en notre chair, oh à notre petit niveau bien sûr, quelque chose de dur, nous aussi. Et nous allons  pouvoir unir nos difficultés aux siennes, parce que les siennes, ça a toujours été les nôtres, de toutes façons. Les coups de fouet, ce sont ces personnes qui se retrouvent malades, dans l'angoisse voire la panique de ne pas en ressortir vivants. La croix, ce sont tous ceux qui n'étaient pas préparés à tous ces sacrifices, et qui les vivent de façon aigûe et douloureuse, à cause de leurs conditions d'hébergement, de la famille, absente si on est confiné seul, ou trop présente si on est confinés ensemble. Du travail, pour ceux qui n'ont pas le choix et qui continuent, la peur au ventre, de servir les autres. Oui, vraiment, d'une certaine façon, nous avons aujourd'hui la possibilité inédite de porter nos souffrances et nos angoisses avec le Christ. Il ne portera pas la croix tout seul, nous serons avec lui, même si pour nous, ça n'a pas été un choix libre et pleinement consenti. 
Tout dérèglement dans le monde est, d'une façon ou d'une autre, la conséquence du péché du monde. Pas nécessairement des nôtres, mais nous sommes tous dans la même barque, et les péchés des uns rejaillissent, par-delà l'espace et le temps, sur tous, comme les nôtres rejailliront sur d'autres. 
Mais nous ne sommes pas seuls. Le Christ est là, avec nous. C'est presque lui qui nous accompagne, aujourd'hui, au lieu que ça soit nous qui l'accompagnions, comme les autres dimanches des Rameaux. C'est lui qui est là à nos côtés, souffrant avec nous, souffrant pour nous, portant sur son dos tout ce que nous ne pouvons pas porter nous-mêmes, parce que le péché nous dépasse et que, bien qu'y participant, nous n'avons pas la capacité de l'assumer pleinement. 
Le Christ est là. Avec nous. Pour nous. Ne nous laissons pas aller au désespoir, à la colère ou au découragement. Le chemin de croix est dur, il est pénible, il est long. Mais au bout, il y a la résurrection, et nous ne sommes jamais seuls devant l'épreuve, ni même devant la mort : Dieu est avec nous quoi qu'il nous arrive.