Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

jeudi 30 juin 2016

Quand je vois ce que dit le prophète Amos à Amazias, le prêtre de Bethel
(que sa femme devra se prostituer, que ses enfants vont mourir par l'épée,
qu'il va perdre sa terre et mourir loin de chez lui),
je me dis que s'il était là aujourd'hui, dire des choses pareilles
le mettrait dans de graves ennuis, il aurait immédiatement des procès sur le dos
et serait vilipendé dans les médias, sur les réseaux sociaux et au tribunal.
Comme quoi rien n'a changé : aujourd'hui comme hier,
transmettre le message de Dieu tel quel est une activité très mal vue,
et si on est fidèles au message de l'évangile, il peut nous arriver des bricoles.
L'humanité est bien toujours exactement la même,
quelle que soit l'époque à laquelle elle vit, 
et la rébellion contre Dieu a encore de beaux jours devant elle.

mercredi 29 juin 2016

Beaucoup d'ordinations sacerdotales ont lieu pour la fête des saints Pierre et Paul,
parce qu'ils représentent à eux deux l'idéal sacerdotal :
un amour du Christ extrêmement fort, qui nous pousse à nous aimer les uns les autres 
à l'intérieur de l'Eglise et à l'extérieur, et qui fait qu'on veut l'annoncer au monde entier.

mardi 28 juin 2016

Beaucoup de gens ne s'approchent de Dieu que contraints et forcés,
quand ils sont dans une mouise pas possible et qu'ils ne savent plus vers qui se tourner.
C'est un peu dommage, surtout si l'on considère
que s'ils avaient toujours été fidèles à Dieu,
ils ne seraient peut-être pas dans cette situation,
ou en tout cas ils ne la vivraient pas de la même façon, 
rongés par le désespoir, la dépression, l'angoisse ou le regret.

lundi 27 juin 2016

On aurait tort de tenir pour rien le sens de la justice de Dieu,
et de croire qu'on peut faire n'importe quelle injustice,
quelle importance puisqu'on n'est pas punis par un éclair tombé du ciel ?
C'est méconnaître la pensée de Dieu.
Certes, Il laisse du temps au pécheur pour se repentir, et Il est prêt à le pardonner.
Mais si on commet des méfaits et des injustices allègrement sans jamais revenir à Dieu,
en se moquant de Lui et des hommes qu'on maltraite ou dont on abuse,
alors on sera traités comme on a traité les autres, on ne s'en sortira pas comme ça, 
sauf que là ça sera pour l'éternité.

dimanche 26 juin 2016

La situation est simple : ou on est esclaves du péché et de la mort,
ou on suit le Christ qui nous a libéré de ces deux jougs
en nous efforçant de l'imiter et de suivre ses préceptes dans notre façon de vivre,
et on devient libres comme lui est libre. 
Voilà, c'est tout, il n'y a pas d'alternative.

samedi 25 juin 2016

Tiens, en lisant le début du livre des lamentations,
ça m'a fait penser à la situation, à court terme,
que l'Eglise connaitra très bientôt dans les pays déchristianisés,
parce que la Jérusalem céleste, la fille de sion, est une figure prophétique de l'Eglise :
plus de prêtres pour consacrer le froment et le vin,
parce qu'il n'y a plus de chrétiens pour en vouloir de toutes façons,
et quand nous serons forcés d'abandonner des paroisses faute de paroissiens,
il y aura des pleurs et des grincements de dents mais il sera trop tard :
c'est tant qu'il y a encore des prêtres sur place qu'il faut réagir 
et qu'il faut tourner à nouveau vers Dieu son coeur et son corps.

vendredi 24 juin 2016

Jean-Baptiste est le seul, avec le Christ (et avec Marie), dont on fête la nativité.
C'est qu'il a une importance essentielle : son ministère officialise celui de Jésus,
parce qu'il a été dit par les prophètes que le messie serait annoncé à l'avance,
qu'un prophète le présenterait à tout le peuple.
Pour que la venue du Christ ne soit pas vaine, il faut des gens pour l'annoncer. 
C'est l'un des devoirs principaux de tout chrétien, en principe.

jeudi 23 juin 2016

Croire qu'on peut être chrétien sans jamais mettre les pieds dans une église,
c'est une illusion.
Comment prétendre aimer Dieu par-dessus tout si on ne le visite jamais,
si les sacrements qu'il nous a laissés ne nous intéressent pas,
si on n'en a rien à faire de son Eglise ni de nos frères et soeurs chrétiens ?
Je ne doute pas de la sincérité de tous les gens qui pensent être chrétiens
alors qu'ils ne fréquentent jamais Dieu ni son église, 
mais sincères ou pas, ils se font illusion et leur foi est construite sur le sable. 

mercredi 22 juin 2016

Les faux prophètes sont légion, aujourd'hui plus que jamais,
parce qu'il leur est facile de se faire connaître avec les moyens actuels
bien plus que ça ne l'a jamais été.
Moi, je ne sais qu'une chose :
je ne connais qu'un seul prophète qui a ressuscité comme il l'avait annoncé,
qui est revenu des morts,
ce qui justifie de conformer toute sa vie à ce qu'il a dit,
et il s'appelle Jésus Christ. 
C'est pour ça que je le suis, lui et personne d'autre. Personne d'autre.

mardi 21 juin 2016

Le chemin de la perdition est facile à suivre :
il suffit de n'en faire qu'à sa tête sans tenir compte de personne,
de ne penser qu'à soi, à ses plaisirs, ses richesses, son pouvoir,
d'au mieux, être indifférent par rapport aux autres, au pire de les haïr.
Fais tout ceci, et tu auras une vie éternelle misérable et inhumaine.
Ah, par contre, si tu veux la vie éternelle que Dieu a prévue pour l'humanité,
alors il va falloir faire le contraire,
parce que lui parle d'amour, de pauvreté de soi et de générosité envers les autres... 
C'est toi qui vois, mais ne viens pas dire ensuite que tu ne savais pas.

lundi 20 juin 2016

Comme on traite les autres on sera traités dans la vie éternelle,
avec la générosité qu'on aura eue envers les autres on recevra... 
ça suggère une ligne de conduite, non ?

dimanche 19 juin 2016

Celui qui donne sa vie pour les autres par amour,
c'est la personne qui ne compte ni son temps ni ses biens pour aider,
à qui ont peut toujours demander un service ou un coup de main,
qui est généreux, facile d'accès et toujours là quand on a besoin de lui.
Ce n'est pas très difficile de comprendre ce qu'il faut faire pour être sauvé, 
après il n'y a plus qu'à le mettre en pratique...

samedi 18 juin 2016

La sainteté, ce n'est pas être parfait,
c'est faire du mieux qu'on peut avec ce qu'on a. 
Ça n'a donc rien à voir avec nos qualités et nos défauts.
Quand on abandonne Dieu,
on se retrouve tout seul pour affronter le monde. 
Quelle folie !

vendredi 17 juin 2016

Le trésor dans le ciel, c'est le verre d'eau qu'on a donné à qui avait soif,
la visite qu'on  a faite à quelqu'un qui est en prison ou malade,
les habits dont on a vêtu celui qui n'en avait pas,
notre toit sous lequel on a logé celui qui était à la rue,
le service rendu à qui le demande, l'argent donné à qui est dans le besoin.
Ce n'est pas difficile de se faire un trésor dans le ciel,
pour peu qu'on soit convaincus que le ciel existe, 
et qu'on vive comme le Christ nous a demandé de vivre.

jeudi 16 juin 2016

Quand on intercède pour quelqu'un et qu'on prie pour lui,
ce n'est pas tellement pour apprendre quelque chose à Dieu,
comme s'il n'était pas déjà au courant :
c'est Dieu quand même, il sait ce qu'il se passe.
Non, c'est plutôt pour prendre conscience, nous,
de l'intérêt qu'on a les uns pour les autres,
pour porter les fardeaux les uns des autres.
La prière d'intercession est importante, 
parce qu'elle change notre coeur de pierre en coeur de chair.

mercredi 15 juin 2016

C'est toujours une tentation plus présente qu'il n'y parait au premier abord
quand on est religieux ou prêtre, de faire les choses pour être vu en train de les faire.
On veut édifier nos paroissiens, ou être bien vu par notre supérieur ou notre évêque,
on veut montrer à nos confrères qu'on fait tout bien comme il faut...
La lutte contre l'hypocrisie n'a l'air de rien, mais il faut toujours y être attentifs
parce que personne n'est à l'abri de la tentation de jouer au Tartuffe, 
particulièrement quand on se retrouve entre consacré(e)s.

mardi 14 juin 2016

C'est vrai que Dieu aime tout le monde, c'est même sa définition, dans le christianisme.
Mais ce n'est pas vrai, en revanche, que tout le monde l'aime.
Or, précisément parce qu'Il nous aime, Il respecte nos choix,
même si ce choix est celui de ne pas l'aimer et de ne pas vouloir vivre en sa présence.
Ainsi, paradoxalement, parce que Dieu est amour,
il permet qu'on puisse passer notre éternité sans Lui si tel est notre choix, 
et l'éternité sans Dieu, c'est la définition même de l'enfer.

lundi 13 juin 2016

Les choses sérieuses, il faut les faire avec légèreté.
Les choses légères, avec sérieux.
C'est un truc vieux comme la bible de trouver des faux témoins
quand on veut se débarasser de quelqu'un :
en ont été victimes Naboth, Suzanne, Jésus... et bien d'autres après eux.
Il est toujours plus prudent de se taire que de hurler avec les loups,
en particulier sur les affaires qui ne nous concernent pas personnellement
et dont, en définitive, on ne sait que ce que ceux qui crient le plus fort
veulent bien nous en dire,
parce que le risque d'un faux procès est aussi présent aujourd'hui qu'hier 
et que la justice humaine ne reste infaillible, hélas, que dans ses prétentions.

dimanche 12 juin 2016

Je préfère tomber entre les mains de Dieu qu'entre celles des hommes.
Lui, Il sait tout, et seule la vérité l'intéresse,
pas les calculs, les complots, les pièges ou les machinations.
Eh puis Lui, il sait ce que c'est que le pardon, 
bien plus qu'aucun homme ne le saura jamais, fut-il soit-disant homme de Dieu.

samedi 11 juin 2016

Antioche est une ville de grande renommée dans l'Eglise :
c'est là qu'on a reçu pour la première fois le nom de "chrétiens",
c'est le berceau des saints Ignace, Théophile, Ephrem ou Jean Chrysostome,
pour ne citer que les plus connus et les plus important.
C'est le siège des missions de Paul et Barnabé.
C'est sans doute là qu'a été construite la première église, creusée dans la roche.
Au IVème siècle, c'était la plus importante cité chrétienne après Rome et Alexandrie.
C'est là qu'on a créé l'école d'Antioche,
l'un des deux grands courants de pensée d'interprétation biblique.
Cependant, c'est aussi le siège de nombreuses hérésies, qui ont divisé les chrétiens
et l'Eglise toute entière et qui l'ont déchirée pendant de nombreux siècles.
Et là où une église est divisée, pour ancienne et vénérable qu'elle soit,
elle est en grand danger de disparaitre parce qu'une brèche est ouverte.
Hélas, même si ça a été lors d'une histoire complexe et longue, 
c'est ce qui a fini par se passer, en fin de comptes.

vendredi 10 juin 2016

Le Seigneur n'est pas dans l'ouragan, le tremblement de terre ou le feu,
mais dans le murmure d'une brise légère.
Ce n'est pas dans les manifestations de puissance qu'il faut chercher Dieu, 
mais dans les gestes de douceur et d'amour.

jeudi 9 juin 2016

On ne peut penser être en paix avec Dieu
si quelqu'un nous en veut pour une raison valable.
C'est que Dieu est amour, d'accord. Mais il est aussi juste.
Et si moi, j'ai été injuste envers quelqu'un, 
comment puis-je croire que ça n'a pas d'importance devant Dieu ?

mercredi 8 juin 2016

L'amour de Dieu et du prochain résume les enseignement de la loi et des prophètes.
Donc, négliger le plus petit commandement de cette loi,
ça signifie négliger le plus petit acte d'amour envers Dieu ou envers les autres.
Il n'y a rien de petit en amour, tout est important : 
il ne faut négliger ni les grands ni les petits actes d'amour.

mardi 7 juin 2016

Le christianisme caché, réduit à la seule connaissance de celui que ça concerne,
a montré ses limites.
D'abord, à force de ne pas pratiquer, on finit par perdre la foi,
ou par avoir une foi qui dérive lentement vers la superstition.
Ensuite, on ne fomente pas de nouvelles vocations chrétiennes,
on ne transmet pas ce qu'on a reçu nous-mêmes.
Enfin, on donne l'impression que c'est une religion en bout de course,
parce que ce qu'on ne voit pas dans l'espace public, c'est comme si ça n'existait pas,
surtout dans le monde superficiel dans lequel on vit.
Il est plus que temps que les chrétiens sortent du bois,
que la lumière de la connaissance et de l'amour du Christ
soit remise au vu et au su de tous, 
si on ne veut pas qu'elle s'éteigne à force de ne plus servir à personne.

lundi 6 juin 2016

Plus quelque chose est important à nos yeux,
plus on trouve facilement le temps de l'accomplir,
même si c'est au détriment d'autres choses qu'on pensait indispensables.
Donc quand on dit "je n'ai pas eu le temps" de faire ceci ou cela,
en fait ça veut juste dire "pour moi ce n'est pas le plus important".
Et quand on ne trouve jamais le temps de faire quelque chose,
ça veut juste dire que cette chose n'a, en pratique, pas d'importance pour nous, 
quelles que soient nos déclarations d'intérêt par ailleurs.
Les béatitudes nous parlent du royaume des cieux,
elles rompent le voile des apparences du monde
pour nous révéler ce qui est vraiment important.
Nous serions bien avisés d'en tenir compte 
en apprenant à vivre, dès ici-bas, en "citoyens" du paradis.

dimanche 5 juin 2016

Les "petites" résurrections, celles qui seront à nouveau suivies par la mort,
sont des signes qui valident l'authenticité du message du prophète.
Mais la résurrection du Christ, que nous connaîtrons nous aussi, n'a rien à voir : 
elle est définitive et rend immortel.

samedi 4 juin 2016

Donner à Dieu "tout ce qu'on a pour vivre", ce n'est pas raisonnable.
Mais donner notre vie les uns pour les autres n'est pas raisonnable non plus.
Pas plus que le fait que Jésus ait donné sa vie pour nous sauver.
Ou que Marie ait sacrifié toute sa vie pour faire la volonté de Dieu. 
L'amour, ça n'est jamais raisonnable. C'est d'ailleurs à ça qu'on le reconnait.

vendredi 3 juin 2016

L'amour de Dieu pour nous est plus fort que nos péchés,
nos rébellions, nos bassesses ou nos refus. 
Personne n'est trop éloigné de Dieu pour ne pas pouvoir revenir à Lui.

jeudi 2 juin 2016

Celui qui supporte l'épreuve avec le Christ règnera avec lui,
mais celui qui le rejette sera rejeté...
Voilà une parole pleine d'espérance et de consolation, parce qu'elle nous dit
que les sacrifices que nous faisons pour rester fidèles à Jésus et à sa parole
ne sont pas vains, et que leur récompense ne sera pas perdue. 
Ça vaut la peine !

mercredi 1 juin 2016

La sainteté, c'est une histoire de collaboration
entre la grâce de Dieu, l'Esprit-Saint,
et nous, si nous acceptons de lui être dociles
et de mener à bien les inspirations qu'il met en nous.
Ce que Dieu a semé en nous par sa grâce, sans aucun mérite de notre part,
il nous appartient de le cultiver et de le faire nôtre
afin de porter du fruit, du fruit en abondance, 
fruit d'amour et de vérité, de don de soi et d'amour de Dieu.