Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

messe

Rediffusion des messes du confinement : Youtube

aléatoire

mardi 31 mars 2020

messe du 31 mars
Il y a deux genres de personnes qui écoutent le Christ : ceux qui cherchent à le mettre en défaut, et qui sont à l'affût de tout ce qu'il pourrait dire contre lui-même, afin de pouvoir rejeter en bloc toutes ses paroles, en particulier celles qui les concernent directement. Tous ceux à qui Jésus reproche d'avoir frelaté la Parole de Dieu, d'avoir détourné la religion à leur profit, de rechercher la gloire et l'intérêt personnel au lieu du service et de l'intérêt du peuple de Dieu. Quand Jésus parle, ils ne comprennent rien. Ils ne comprennent pas, parce qu'ils n'écoutent pas ce qu'il dit, mais seulement ce qui pourra être retenu contre lui. 

Il y a aussi une autre catégorie de gens qui l'écoutent : ceux qui veulent faire la volonté de Dieu, qui attendent le Messie, qui sont à l'affût de toute parole venue d'en haut pour s'efforcer de la mettre en pratique. Eux voient non pas seulement ce qu'ils veulent voir, mais ce que Jésus leur montre. Ils ne comprennent pas seulement ce qui les intéresse, mais ils retiennent tout ce qu'il dit, et le méditent dans leur coeur. Ils ne sont pas opposés par principe à ses enseignements, mais acceptent de se laisser toucher, voire de se convertir, et de changer radicalement de vie si nécessaire. 

Les premiers sont condamnés régulièrement par Jésus, qui leur reproche leur aveuglement et leur cécité volontaires. Les seconds sont non seulement loués, mais ils font partie de son cercle rapproché et des premiers apôtres, comme Matthieu le publicain ou, plus tard, Paul l'ancien persécuteur. Et Jésus leur promet non pas seulement de devenir ses amis sur cette terre, mais de le suivre après la résurrection pour vivre, avec lui, dans son royaume. 

Écouter la Parole de Dieu, c'est bien, mais ça n'est pas suffisant en soi. Si on l'écoute pour se justifier de tout ce qu'on fait, alors elle ne nous servira à rien. Si on l'écoute en étant prêts à changer ce qui doit l'être dans notre vie, pour la conformer à la volonté de Dieu, alors elle nous apportera le Salut. 

Demandons au Seigneur cette bienveillance et cette docilité envers sa Parole, qui a mené tant de personnes à la sainteté et au Royaume de Dieu. 

lundi 30 mars 2020

messe du 30 mars
Un ami prêtre a demandé à son grand-père, plus que centenaire,
s'il ne souffrait pas trop du confinement. 
Celui-ci lui a répondu que, lors de la deuxième guerre mondiale, 
il avait passé trois ans en camp de prisonniers, 
et que du coup, non, là, vraiment, ça allait très bien... 

dimanche 29 mars 2020

messe du 29 mars
L'enfer, c'est un confinement éternel, loin de Dieu et de toute personne ayant choisi l'amour.
Ce n'est pas une fatalité, ni une loterie.
Mais c'est une possibilité réelle, si on rejette l'amour de Dieu et du prochain 
et qu'on ne fait rien pour corriger ce choix funeste au cours de notre vie.

samedi 28 mars 2020

Tiens, j'ai entendu une affirmation qui m'a semblé particulièrement sage : 
"les catastrophes naturelles n'existent pas, 
ce sont nos actions qui transforment les risques en désastres." 
(Leo Grasset, aka DirtyBiology sur youtube).

vendredi 27 mars 2020

messe du 27 mars (son décalé, désolé)
On me fait parfois remarquer qu'on ne comprend rien quand on chante en latin à la messe.
Alors en fait, ça n'a aucune importance, qu'on ne comprenne rien : 
on chante pour Dieu, pas pour s'écouter chanter. 
Et lui, le latin, il le comprend parfaitement. 

jeudi 26 mars 2020

messe du 26 mars
Dans un monde innondé de "fake news", où le mensonge est devenu banal et généralisé, 
où les idéologies font loi (littéralement) et où chacun croit que le monde est ce qu'il a décidé,
il suffit que la nature suive aveuglément son cours, elle qui n'est influencée par personne,
et tout d'un coup, hop, nous voilà rattrapés par le principe de réalité. 
Ce n'est pas au monde à s'adapter à nos fantasmes et nos désirs, 
mais à nous d'essayer de le comprendre et d'agir au mieux en fonction de l'inexorable réalité. 

mercredi 25 mars 2020

messe du 25 mars (Annonciation)
L'impossible n'existe pas, tout est une question de circonstances.
Ainsi, il semblait impossible de rester chez soi enfermé toute la journée, 
mais ça devient tout à coup possible et même obligatoire d'un jour à l'autre.
De même, il est impossible de ressusciter des morts et de devenir éternel, 
mais ça devient possible quand c'est le Fils de Dieu qui meurt.
Ah oui, tiens, à propos, petite info intéressante.
On peut tous devenir fils et filles de Dieu par le baptême, 
ça sert à ça, justement : à rendre possible l'impossible.

mardi 24 mars 2020

messe du 24 mars (cliquer)
J'ai toujours pensé que les services diocésains étaient faits pour être au service des paroisses. 
Alors c'est tout à fait curieux, parce que visiblement, de leur point de vue, 
ce sont les paroisses qui sont faites pour être au service des idées géniales
qui jaillissent derrière leurs bureaux pour sauver le monde.

lundi 23 mars 2020

messe du 23 mars (cliquer ici)
Quand il fait des miracles, 
Dieu répare ce qu'il n'a pas cassé
mais qui a été abimé par le péché originel
ou le péché du monde. 

dimanche 22 mars 2020

messe du 22 mars (cliquer)
Ce qu'il y a de pratique, quand on prophétise des malheurs, 
c'est que, tôt ou tard, ça finit toujours par arriver, 
même si ce n'est pas exactement ce qu'on avait dit ni les circonstances qu'on avait prévues.
On pourra toujours prétendre que, pour l'essentiel, "on le savait".
Comme une maman qui dit à son gamin de s'habiller pour ne pas prendre froid : 
le jour où il attrape un rhume, elle pourra dire : "je te l'avais bien dit !"
sans tenir aucun compte de tous les jours où il ne s'est strictement rien passé, 
ni du fait que "prendre froid" ne veut rien dire, on attrape des virus ou des microbes, 
et ce n'est pas le froid qui les fait naître par génération spontanée 
en ciblant spécifiquement ceux qui ne se sont pas assez habillés pour les punir d'avoir désobéi. 

samedi 21 mars 2020

tiens pour tous ceux qui veulent voir d'autres messes, le site messe info s'est mis à jour et on peut trouver des messes en direct un peu partout et à différents horaires, allez voir si ça vous intéresse∞: https://messes.info/horaires/messehttps://messes.info/horaires/messe
messe du 21 mars (cliquez ici)
Je sais bien que, scientifiquement, il n'y a aucun lien entre le péché et la maladie.
C'est normal, puisque le péché est un concept religieux, non un fait scientifique.
Mais si la science ne peut établir aucun diagnostic, la théologie en revanche le peut, 
et si on relit la Genèse, on voit que le péché originel est la cause
de beaucoup de dérèglements non seulement entre l'humanité et Dieu, 
mais aussi, de façon mystérieuse mais néanmoins réelle, dans l'univers tout entier. 

vendredi 20 mars 2020

messe du vendredi 20 mars
Je ne suis pas un adepte des interprétations qui pensent 
que Dieu nous envoie de temps en temps des catastrophes pour nous faire les pieds, 
parce qu'on s'est mal comportés et que ça l'a mis de travers. 
Le péché porte en lui-même sa punition, et il n'a rien à voir avec Dieu.
C'est comme l'enfant qui veut toucher la flamme d'une bougie et son père lui dit "non" : 
s'il le fait, il se brûle non parce que son père lui en veut et cherche à le punir, 
mais parce que le feu, ça brûle. 

jeudi 19 mars 2020

messe du jour
À une période de ma vie où on m'a beaucoup fait souffrir, 
j'ai demandé à Dieu pourquoi il permettait ça.
J'ai demandé, et demandé, et demandé. Il ne me l'a pas dit.
Alors j'ai fini par faire comme Job : j'ai mis ma main sur ma bouche, et j'ai arrêté de l'embêter.
Le potier n'a pas à se justifier devant sa poterie de la forme qu'il lui a donnée,
de la façon dont il l'a faite, ou de l'endroit où il l'a posée. 
C'est bien plus tard que j'ai compris, quand j'ai accepté de voir en face mes défauts,
pourquoi le potier avait dû reprendre son travail, même s'il était difficile à supporter pour la poterie.

mercredi 18 mars 2020

Ça serait injuste de refuser de transmettre aux autres le chemin qui mène à Dieu, 
sous prétexte qu'on ne le vit pas soi-même parfaitement. 
Ce que Dieu nous a demandé de transmettre, ce ne sont pas nos états d'âme, 
mais sa Parole. 

mardi 17 mars 2020

Il est normal, quand on est chrétien et qu'on avance en âge, 
d'avoir de plus en plus le sentiment profond de notre inutilité et de notre inadéquation à notre Foi. 
Ça ne doit pas être un motif de tristesse, mais de joie, 
parce que ça veut dire qu'on est sur le bon chemin : 
plus on s'approche du soleil, plus on a une conscience aigüe du fait qu'on n'est pas une lumière, 
et certainement pas la lumière du monde, en tous cas. 

lundi 16 mars 2020

La gratuité doit savoir se satisfaire d'être inutile et non suivie d'effets. 
Si on fait quelque chose pour un résultat et qu'on l'obtient, 
qu'y a-t-il de gratuit là-dedans ? N'est-ce pas plutôt de l'ordre de la transaction ? 

dimanche 15 mars 2020

C'est tout à fait curieux, mais les gens qui ont été généreux toute leur vie ne sont pas considérés, 
au contraire tout le monde trouve que c'est normal, ne comprendrait pas qu'ils ne le soient plus, 
et n'éprouve pour eux ni reconnaissance ni amour particulier.
Par contre, ceux qui ne donnent jamais rien ou presque, tout le monde les honore
et les considère comme étant supérieurs au commun des mortels... 
Et pourtant, il vaut mieux être généreux que radin, surtout quand c'est par amour de Dieu, 
parce que lui n'est ni ingrat ni oublieux du bien. 

samedi 14 mars 2020

Un supérieur religieux n'aura jamais que l'autorité que ses ouailles veulent bien lui conférer.
Qu'ils décident qu'il n'est plus digne de confiance, ou qu'il est trop rigide ou tyrannique, 
et il n'aura plus sur eux la moindre influence ni le moindre pouvoir. 
L'autorité religieuse est une concession pour le bien de tous, 
pas un pouvoir absolu qui permettrait de se prendre pour Dieu, 
à fortiori quand il s'agit de l'utiliser pour agir comme le diable.

vendredi 13 mars 2020

Tout le monde ne pense pas du bien de moi, et ça me défrise ? 
Eh ! Déjà, pour exiger de tous une bonne opinion, il faudrait n'avoir aucun défaut. 
Ce qui est loin d'être le cas. Dieu seul est saint. 
Et puis, de toutes façons, quand on voit comment Dieu lui-même a été traité, 
et continue de l'être chaque jour, même par nous qui l'aimons... 
Non, vraiment, être bien considéré et bien traité par tous, 
c'est quelque chose qui n'arrivera pas dans ce monde d'ici-bas. 
Autant se faire une raison, et ne pas s'en attrister, ça ne sert à rien. 

jeudi 12 mars 2020

Sans humilité, comme il est difficile d'entrer dans le royaume de Dieu ! 

mercredi 11 mars 2020

Une épidémie bactérienne ou virale, ce n'est pas très rigolo.
Mais une épidémie de peur panique, c'est pire, 
et infiniment plus dangereux.

mardi 10 mars 2020

La liturgie, c'est le language non pas codé, mais codifié, 
qui nous assure d'être entendus par Dieu.
Il ne peut donc pas être modifié au gré des inspirations artistiques
de la communauté chrétienne ou du prêtre qui la célèbrent, 
au risque de devenir inaudible, et par là même, sans intérêt. 

lundi 9 mars 2020

Il n'y a rien de pire qu'un catholique sans vie intérieure active, 
soutenue par l'eucharistie, la confession, et la prière fréquentes, 
bref la familiarité quotidienne avec Dieu et la recherche de la mise en pratique de sa volonté.
Ceux qui n'ont aucune vie intérieure ne sont que des coquilles vides : 
ils pensent être à l'abri de tout, particulièrement de la mort éternelle et de la damnation, 
parce qu'ils ont la meilleure assurance au monde.
Mais ils ne se rendent pas compte qu'il y a tellement longtemps qu'ils n'ont pas "payé la cotisation"
(c'est une image, le monde de la Foi est totalement gratuit et sans contraintes),
que leur assurance, pour aussi bonne qu'elle soit, ne les couvre plus depuis des lustres.

dimanche 8 mars 2020

Quand quelqu'un dit une vérité, quel qu'il soit, ça reste une vérité. 
Mais c'est dur à admettre, et quasiment impossible à accepter, 
tellement on aime prendre parti pour ou contre des personnes,
surtout quand elles représentent des idéaux qu'on aime ou qu'on déteste,
même s'il faut pour cela piétiner toute objectivité et toute rationnalité. 
Comme on est encore loin du Royaume de Dieu !

samedi 7 mars 2020

Il faut comprendre que la volonté de Dieu, c'est notre bien, 
même si la modalité qu'il emploie pour parvenir à ses fins nous est souvent incompréhensible. 
C'est pourquoi on peut toujours faire confiance à la volonté de Dieu, 
même quand elle s'oppose à la nôtre et qu'elle nous laisse désemparés au premier abord. 

vendredi 6 mars 2020

La vie dans la station spatiale internationale nous a appris quelque chose sur nous-mêmes : 
le corps et l'esprit humain ont une capacité d'adaptation remarquable. 
Par contre, s'il est facile de s'adapter à l'inhabituel, le retour à la vie normale est très compliqué : 
ce qui sort de l'ordinaire, si on s'y adapte, nous transforme en profondeur.
C'est curieux parce que c'est pareil pour la relation avec Dieu : 
quand on s'y intéresse et qu'on entre vraiment dans cette relation, 
revenir ensuite à une vie "normale" est difficile et étrange.

jeudi 5 mars 2020

Tiens, voilà bien une expérience qui a dû déjà nous arriver à tous : Jésus nous dit qu'il suffit de demander pour recevoir, alors on vérifie si ça marche. On demande un truc à Dieu, et on s'attend à ce que ça arrive, et que ça arrive vite. Seulement voilà, la plupart du temps, il ne se passe rien... Comment est-ce possible ? Jésus se serait-il trompé, ou nous aurait-il trompés ? 
Quand on prie le Notre Père, la seule prière qu'il nous aie jamais enseignée, les demandes à Dieu sont claires : que Ton Nom soit sanctifiéque Ton règne vienne, que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien, remets-nous nos dettes, ne nous soumets pas à la tentation, délivre-nous du Mauvais (Mt 6, 9-13)
Que ton nom soit sanctifié : que nous reconnaissions Dieu comme le seul Saint et notre seul Salut.
Que Ton règne vienne, que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel : que l'on devienne plus dociles à sa volonté, et on lui rappelle qu'on est impatients qu'il revienne parmi nous et que le temps de son règne et de la résurrection arrive.
Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien : qu'il nous donne ce dont on a besoin pour vivre, à commencer par la grâce de l'eucharistie, le pain du ciel qui nous permet de venir à lui. Il ne s'agit pas de lui demander une Ferrari rouge ou un voyage aux Bahamas, mais ce qu'il nous faut pour faire vivre notre corps et notre âme, aujourd'hui seulement.
Remets-nous nos dettes : qu'il pardonne toutes les fois où on n'a pas mis sa Parole en pratique, tous nos refus d'amour envers lui et envers notre prochain. 
Ne nous soumets pas à la tentation : aide-nous à ne pas nous laisser tromper par le diable, pour ne pas nous éloigner de toi, qui es notre vie. 
Délivre-nous du Mauvais : libère-nous du péché et de la mort éternelle, pour que notre vie ne soit pas perdue loin de toi pour l'éternité. 
Voilà les prières que Dieu est prêt à exaucer, voilà ce qu'il faut lui demander quand on veut que "ça marche", et qu'il nous écoute. On est bien loin des demandes que l'on ferait spontanément : qu'il s'occupe de nous, qu'il répare tout ce qu'on a fait de travers ou pas fait du tout, bref qu'il soit à notre service, ou qu'il soit médecin, pompier, secouriste, banquier, général, tueur à gages, philantrope ou bouche-trous. La prière envers Dieu n'est pas pour lui demander de nous servir, mais pour nous rendre meilleurs serviteurs de sa Parole; ce n'est pas pour imposer nos idées mais pour devenir dociles aux siennes; pas pour imposer notre royaume mais le sien. 
Si on prie ainsi, on sera toujours exaucés. 

mercredi 4 mars 2020

Pour pécher, il faut avoir plus confiance en son propre jugement que dans la Parole de Dieu :
"il a dit qu'il ne fallait pas faire ça ? Eh ! Je sais bien ce qui est bon pour moi, je le fais quand même."
Ainsi, pour lutter contre le péché, il faut lutter contre cet orgueil de se croire plus malin que Dieu : 
"je ne suis pas d'accord avec lui ? Bon, à priori, c'est que j'ai tort. 
Non pas ma volonté, Seigneur, mais la tienne."

mardi 3 mars 2020

Finalement, une épidémie, ça a au moins le mérite de rappeler à l'humanité qu'elle est mortelle.
La question importante n'a jamais été de savoir si on va mourir, de toutes façons, mais quand, 
et surtout, est-ce que je me serai préparé sérieusement à rencontrer mon créateur ?

lundi 2 mars 2020

Il est facile d'être séduisant quand on veut obtenir quelque chose de quelqu'un.
Mais le véritable amour, c'est de rester séduisant quand on a obtenu ce qu'on voulait.
Si ce n'est pas le cas, ça veut dire qu'on utilise les personnes pour notre avantage personnel, 
et qu'on voulait juste les "gagner", pas nécessairement les aimer pour elles-mêmes.
Ou alors qu'on prend l'autre pour acquis, et qu'on considère qu'il ne mérite plus aucun effort, 
ce qui n'est pas beaucoup mieux en terme de don de soi. 

dimanche 1 mars 2020

Ah, ça n'a l'air de rien, mais comme il est dur, le combat de la fidélité à l'amour de Dieu ! 
Combien de gens que je connais, qui sont persuadés d'être des piliers d'église
alors qu'il n'y mettent les pieds qu'occasionnellement, 
et qu'ils ne se confessent qu'une fois toutes les 10 années bissextiles ! 
Quand je pense que Dieu nous a proposé d'être ses familiers...  
On est plus familiers avec nos animaux de compagnie qu'avec Lui. Quel malheur !