Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

dimanche 21 octobre 2018

Quand on imagine Dieu, deux écueils nous guettent : 
l'imaginer selon le prisme de la philosophie, donc avec des attributs obligatoires : 
il doit être infini, éternel, intangible, tout-puissant, bref un moteur immobile qui régente tout. 
L'autre écueil est l'anthropomorphie, qui consiste à le voir comme un genre de super-humain :
on le voit alors sujet aux émotions, préoccupé par son plan, pleurant ou riant selon nos actions.
Pour tout dire, je pense qu'aucune représentation humaine de Dieu n'est la bonne. 
Il dépasse les concepts, les projections, les images et l'imagination la plus débridée.
D'ailleurs, si nous connaissons bien Jésus, parce que les apôtres ont vécu avec lui, 
nous ne savons de son Père que ce qu'il nous en a dit, 
c'est à dire qu'il nous aime et pas grand chose de plus. 
Et c'est la seule chose qui importe vraiment, d'ailleurs. 
Pour ce qui est de découvrir qui Il est vraiment, nous aurons toute l'éternité, 
et ça ne suffira pas à en faire le tour, mais au moins ça nous tiendra occupés.