Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

dimanche 5 janvier 2014

Si on voulait notre propre salut autant que Dieu le veut pour nous,
on serait tous saints.
Quand on veut se débarasser de quelqu'un
parce que sa vie, son handicap, sa maladie, sa vieillesse nous est intolérable,
et que ça fait ou fera peser un poids immense sur notre vie,
au moins il faut avoir la décence de ne pas prétendre que c'est par amour
qu'on veut être libéré de cette charge :
ce n'est que par amour de soi-même, pour avoir l'esprit tranquille.
Si on ne peut pas ou plus assumer ce fardeau, ce qui est tout à fait compréhensible,
la solution ne consiste pas à éliminer la personne dont la vie nous est insupportable,
mais à la confier à quelqu'un d'autre, qui pourra en prendre soin.
Evidemment, ça coûte, mais c'est surtout l'amour propre qui en prend un coup,
ce n'est pas si grave que ça.
En tout cas, il n'y a pas mort d'homme.
Littéralement.