Couv

Couv
Paradis, enfer, purgatoire... des réponses claires.

radio Mayenne

aléatoire

vendredi 30 juin 2017

Dieu possède toutes les qualités possibles et imaginables, bien sûr.
Mais ce n'est pas parce qu'on croit en Lui qu'on les acquiert spontanément.
Autrement dit, il est parfaitement possible d'être chrétien
sans avoir encore assimilé toutes les vertus
dont on imagine qu'elles devraient être les nôtres, 
et ça n'a rien de surprenant, si on y réfléchit un tant soit peu.

jeudi 29 juin 2017

Les gens qui sont toujours très exigeants avec les autres
prennent ça en général pour un signe de confiance et d'estime de soi :
ils ont une haute opinion d'eux-mêmes et de leurs besoins
et sont prêts à faire ce qu'il faut pour obtenir des autres ce qu'ils méritent.
En fait ça me semble plutôt être une attitude infantile et capricieuse :
les enfants aussi pensent que le monde doit se plier à leur volonté.
Si personne ne les éduque et ne leur apprend à accepter les frustrations,
ils penseront ça toute leur vie, mais c'est seulement parce qu'ils n'auront pas grandi,
et non, comme ils le pensent, parce qu'ils sont tout-puissants
et plus malins et méritants que les autres.
Après ils s'étonneront toute leur vie d'être combattus ou fuits
par tous ceux qui refuseront, tôt ou tard, de se plier à leurs caprices 
et ils prendront pour de la jalousie ce qui n'est que du mépris et du dégoût.

mercredi 28 juin 2017

Quelque chose à ne jamais dire à un curé
quand il ne peut pas faire quelque chose pour nous
(comme un mariage parce qu'on a déjà été marié(e) à l'église,
un baptême un jour où c'est déjà plein,
une messe "privée" pour un groupe pour qui la messe paroissiale n'est pas assez bien,
etc...)
c'est : "si c'est une question d'argent, on peut s'arranger..."
ou "je serai très généreux à la quête", bref ce genre de remarques.
C'est le meilleur moyen de mettre fin de façon soudaine et définitive à la conversation.
Si on faisait les choses pour de l'argent, 
alors il faudrait être complètement imbécile pour avoir accepté de devenir prêtre.

mardi 27 juin 2017

Ça doit être vrai, ce dicton selon lequel
"Dieu pardonne toujours, l'homme parfois, la nature jamais",
parce que plus on s'approche de Dieu, plus on pardonne facilement,
mais si on rejette Dieu pour ne faire confiance qu'à nos instincts animaux, 
alors on ne pardonnera jamais rien.

lundi 26 juin 2017

La religion chrétienne n'est pas la solution à tous les problèmes,
Dieu n'est pas un pansement destiné à nous sortir de tous nos ennuis,
un pompier dont l'unique intérêt serait de nous protéger dans notre vie.
Non, la religion est un chemin, souvent étroit et aride,
parfois pentu et caillouteux, parfois paisible et parfumé,
qui mène à Dieu ceux qui veulent l'aimer
et qui sont intéressés par la citoyenneté dans son royaume.
Dieu, quant à Lui, est venu en personne baliser ce chemin
et le parcourir, le premier, depuis nous jusqu'au paradis.
Maintenant c'est à chacun de décider s'il veut le suivre ou non,
si la résurrection et la vie éternelle en présence de Dieu l'intéresse ou non.
Ça sert à ça, la religion chrétienne, à savoir d'où on vient et où on va, 
et à ne pas être seul sur le chemin à condition d'accepter de se laisser guider.

dimanche 25 juin 2017

J'ai souvent remarqué en paroisse que les gens les plus exigeants 
sont systématiquement radins.

samedi 24 juin 2017

Il y a des environnements plus toxiques que d'autres
en matière de développement humain et de recherche du bonheur.
Ainsi, on comprend facilement que naître en temps de guerre
compliquera plus la vie que naître en temps de paix.
Eh bien, l'un des environnements les plus toxiques qui soient, 
c'est celui des esclaves de l'argent.

vendredi 23 juin 2017

Pour donner des conseils aux autres,
il faut avoir résolu dans sa propre vie un problème similaire au leur.
Il ne suffit pas de se dire qu'on aurait fait comme-ci ou comme-ça
si on avait été confronté à la même situation,
parce qu'il y a loin d'une théorie non éprouvée à la pratique,
et il faut être bien présomptueux pour penser qu'on a réponse à toutes les difficultés 
qui peuvent paver la route d'une vie qui n'est pas la sienne.

jeudi 22 juin 2017

J'ai toujours du mal à comprendre les gens qui n'agissent pas par conviction
mais seulement par intérêt ou opportunisme,
que ça soit pour le choix du travail qu'ils font ou dans leur vie personnelle. 
Autant dire que j'ai du mal à comprendre la majeure partie de l'humanité...

mercredi 21 juin 2017

La Foi est un don de Dieu, il la donne à qui Il veut,
ça ne dépend donc pas de nous que quelqu'un l'aie ou pas,
encore qu'on puisse toujours prier pour que Dieu la concède.
En revanche, l'environnement de la Foi,
dans lequel elle pourra naître et s'épanouir,
voilà qui dépend totalement des chrétiens qui l'ont déjà, 
et pas d'abord de Dieu.

mardi 20 juin 2017

Il est facile d'avoir de bonnes idées "pour les autres".
Il est plus compliqué de les mettre en pratique pour soi-même.

lundi 19 juin 2017

Ceux qui sont très généreux, que ce soit en argent, en temps, en services ou en écoute,
se retrouvent souvent seuls quand ils ont un problème.
C'est aussi souvent à eux d'appeler pour prendre des nouvelles de leurs "amis",
et tout le monde trouve ça normal.
Ceux qui n'ont pas cette générosité sont, par contre,
souvent bien considérés par tout le monde,
et on s'extasie quand ils daignent donner une bricole une fois tous les dix ans.
C'est totalement injuste, bien entendu, mais ça s'explique, je suppose,
par le fait que, dans ce monde, la bonté et la générosité
passent pour de la faiblesse et de la stupidité,
alors que l'égoïsme et la radinerie passent pour des vertus et de l'intelligence.
Mais ça, ça ne marchera que dans ce monde soumis au péché. 
Au paradis, les derniers seront les premiers.

dimanche 18 juin 2017

Les paroissiens confondent souvent leur prêtre et l'Eglise.
Pour eux, ce que le prêtre qu'ils connaissent fait, c'est l'Eglise qui le fait,
et si on fait quelque chose de travers, ils en veulent à l'Eglise universelle.
On ne peut pas tellement leur en tenir grief, parce que c'est une attitude universelle :
moi aussi j'identifie les paroisses à deux ou trois personnes qui en font partie,
en particulier celles qui sont les plus investies,
et si elles me déçoivent d'une manière ou d'une autre, 
j'ai tendance à penser que toute la paroisse est décevante, ce qui est bien sûr faux.

samedi 17 juin 2017

Les gens qui voient le diable partout, ça ne va pas.
D'abord parce que c'est faux,
pour beaucoup de maux il n'a pas besoin de s'en mêler,
on s'en sort très bien sans lui pour les générer,
et parce que c'est une façon un peu facile de se dédouaner de toute responsabilité.
Mais les gens qui ne le voient nulle part, voire qui professent qu'il n'existe pas,
ça ne va pas non plus, d'abord parce que c'est contraire à l'enseignement du Christ,
et parce que certains maux dépassent nos capacités humaines à nous détruire
et sont véritablement d'origine diabolique. 
Il ne faut pas le voir partout, il ne faut pas ne le voir nulle part.

vendredi 16 juin 2017

La racine du mal-être de beaucoup de prêtres
réside dans le fait qu'ils ne savent pas prendre de vacances.
Pire encore, certains s'en vantent, comme si c'était une gloire.
Seulement voilà, ils ne sont pas Dieu et ils ont des limites, comme tout le monde.
Et le jour où ils les dépassent, eux qui se croyaient indispensables
doivent être remplacés par leurs collègues "fainéants",
ceux qui ont su se reposer régulièrement pour tenir la distance,
ou pire encore ne sont pas remplacés parce qu'il n'y a personne de libre.
C'est bien gentil de vouloir sauver le monde à la force du poignet,
mais l'orgueil n'a jamais sauvé qui que ce soit, et à vouloir s'en nourrir, 
on perd des prêtres et des paroisses.

jeudi 15 juin 2017

Plus je suis prends de l'âge et plus je suis persuadé
que le christianisme ne peut, en aucun cas, être imposé à qui que ce soit.
La substantifique moëlle de l'enseignement du Christ est l'amour de Dieu et du prochain,
et comment aimer quand on y est forcé d'une manière ou d'une autre ?
L'amour ne peut être que librement consenti,
sans quoi il n'est plus qu'une coquille vide, que de l'hypocrisie.
Ainsi par exemple, vivre dans un pays dont les lois suivent la morale chrétienne,
c'est certes très confortable, mais ce n'est pas nécessairement parfait,
parce que tout le monde est obligé de s'y conformer, qu'ils soient d'accord avec ou pas,
et ça conduit plus souvent à une haine de la morale chrétienne et à un rejet de la religion
qu'à un amour spontané et sincère pour Dieu et pour son Eglise.
Notre royaume n'est pas de ce monde. 
Chercher à l'imposer à tous ici-bas est illusoire et contre-productif.

mercredi 14 juin 2017

Le rejet de ses propres péchés, fautes ou faiblesses, sur les autres,
remonte au péché originel :
c'est pas moi qu'a fait, c'est l'autre que tu as mis à mes côtés.
Autant dire que ce n'est pas vraiment une nouveauté.
Mais c'est étonnant, on a beau savoir que ça existe depuis toujours, 
ça reste choquant et désolant comme attitude.

mardi 13 juin 2017

L'ordre de la grâce,
c'est d'aimer d'abord Dieu,
puis son prochain,
puis soi-même.
L'ordre du péché,
c'est de s'aimer d'abord soi-même,
puis les autres s'ils me servent à quelque chose,
puis de faire appel à Dieu quand je n'ai vraiment plus aucune autre solution.
La vie chrétienne,
c'est apprendre à passer de l'ordre du péché à l'ordre de la grâce,
jour après jour, petit à petit, dans notre façon de penser et d'agir, 
jusqu'à ce que l'ordre de la grâce nous devienne plus naturel que celui du péché.

lundi 12 juin 2017

Je sais que les enfants sont, pour beaucoup de personnes,
une gêne pendant la messe, surtout quand leurs parents les laissent faire n'importe quoi.
Cependant, il faut garder à l'esprit que la vie est bruyante, c'est comme ça.
La mort, elle, est silencieuse et donne toutes les apparences d'un grand recueillement.
Mais à choisir, je préfère la vie de beaucoup de petits enfants dans mes églises,
plutôt que de n'entendre que le gnic gnic gnic harmonieux des déambulateurs 
et le craquement discret des rhumatismes.

dimanche 11 juin 2017

On me demande parfois à partir de quel âge on peut emmener les enfants à la messe.
Eh bien, le plus tôt est le mieux.
On n'a pas besoin de savoir parler pour ressentir,
et les bébés sont plus aptes que nous à sentir et absorber la présence de Dieu.
Ce qui nous est invisible est souvent évident pour eux,
et plus on entre tôt à l'église et au coeur des communautés chrétiennes, 
plus on est chez soi, toute notre vie, dès qu'on rentre dans une église, où qu'elle soit.

samedi 10 juin 2017

L'argent est, comme le disait Jésus, un maître puissant
pour ceux qui mettent en lui leur confiance,
au point de devenir, pour beaucoup,
le dieu en qui ils espèrent pour les délivrer de tout mal.
Hélas, un compte en banque, même caché dans un paradis fiscal,
n'a jamais libéré personne de la mort, 
pas plus que n'importe quel autre faux dieu.

vendredi 9 juin 2017

Dans une époque où le sens du sacré a quasiment disparu,
je me demande s'il est bon de laisser les églises
continuer à être utilisées pour autre chose que pour le culte.
Je suis bien placé pour savoir qu'elles ont souvent une bonne acoustique,
mais je me demande depuis quelque temps si les concerts à l'église,
en particulier ceux qui n'ont rien de religieux (ou pas de la même religion) 
ne contribuent pas à désacraliser le peu d'espace réservé à Dieu qu'il nous reste.

jeudi 8 juin 2017

Le jour où on va casser notre pipe, on va entendre la voix de Dieu qui va nous poser une question, une seule : "est-ce que tu m'aimes ?". Alors bon, autant le savoir, la bonne réponse c'est "oui". C'est ça la clé pour entrer au paradis, parce que Dieu est Amour, et seul l'amour l'intéresse. Si on répond bien oui, Il va nous dire : "tu prétends m'aimer, moi que tu n'as jamais vu ? Commençons par voir si tu as déjà été capable d'aimer ceux que tu as croisé au long de ta vie."
Et il va ouvrir le livre de notre vie où on va vérifier, de notre premier à notre dernier jour, si on a accepté d'aimer ou rejeté l'amour. Attention, l'amour, selon la nouvelle définition qu'en a donné Jésus, ça consiste à "donner sa vie pour ceux qu'on aime", pas juste à éprouver les sentiments que notre instinct animal nous dicte.
Dans le livre de notre vie, il y aura à boire et à manger. Est-ce qu'on a aimé des gens ? Ben oui quand même, on n'est pas des sauvages. Il y a bien des gens pour lesquels on aura donné du temps, des services, des visites, de l'argent, de l'écoute, de la patience, du pardon, etc etc... Mais est-ce qu'on a aimé tout le monde, tout le temps, tout au long de notre vie ? Mh. Rien n'est moins sûr. Donner sa vie pour un homme de bien, peut-être qu'on pourrait le faire. Mais pour tout le monde ? Même pour ceux qui ne nous aiment pas ? Qui nous ont persécuté ou pourri la vie ? Rien n'est moins sûr. Cependant, il vaudrait mieux qu'on s'y soit efforcé quand même, parce qu'on ne sait pas qui il y a, au paradis. Et s'il y a ne serait-ce qu'une personne qu'on n'aime pas, voire qu'on déteste absolument, on va l'entendre crier de l'intérieur : "ne le laisse pas entrer celui-ci, il me hait !".
Ah, c'est que Dieu prend soin de ceux qui l'ont choisi et qui ont passé l'épreuve de l'amour avec courage. Il n'est pas fou, il ne va pas laisser entrer pour l'éternité un loup au milieu des brebis. C'est pour ça qu'il faut, sur terre, apprendre à aimer tout le monde, parce que c'est avec des gens qu'on n'a pas choisis qu'on devra vivre, au paradis, sans guerres, haine, rancoeur ou jalousies, vengeances ni violence. 
 Jésus nous a laissé un seul commandement, pour qu'on ne l'oublie pas : "tu aimeras Dieu par-dessus tout (...) et ton prochain comme toi-même". C'est le commandement qui a droit de cité au paradis. Et tout la vie chrétienne consiste à apprendre à le mettre en pratique afin que, ce jour où Dieu nous demandera : "est-ce que tu m'aimes ?", notre oui soit oui, et que nous entendions alors les plus belles paroles de notre vie : "très bien, serviteur bon et fidèle, entre dans la joie de ton maître !"

mercredi 7 juin 2017

La grâce surnaturelle envoyée par Dieu n'est pas destinée
à réparer tout ce qu'on fait de travers par plaisir, bêtise ou j'm'enfoutisme.
Ainsi, quand on est malade, avant de chercher des causes surnaturelles
ou de prier pour être guéri miraculeusement,
il faut commencer par aller voir un docteur et par accepter de se soigner.
Si ça ne suffit pas, alors d'accord, on peut faire appel à Dieu.
Mais commencer par ça avant d'avoir fait ce qui est humainement possible 
n'est pas un signe de foi mais de rejet de ses responsabilités sur Dieu.

mardi 6 juin 2017

Pour que la justice humaine fasse bien son travail
et qu'on puisse avoir confiance en elle,
il faudrait que ceux qui y travaillent soient incorruptibles,
c'est à dire insensibles aux pressions comme aux honneurs,
honnêtes, pleins de force et de courage, travailleurs,
indépendants, amis de la vérité, bienveillants mais fermes,
et conscients du fait qu'ils seront jugés sur leur travail
et que leur vie éternelle en dépend.
Autant dire que ce n'est pas demain la veille qu'on pourra lui faire confiance.

lundi 5 juin 2017

Ça me fait rire, les gens qui disent que le mariage a été inventé
quand on ne vivait qu'une trentaine d'années, ce qui fait que c'était supportable,
mais que maintenant qu'on vit 90 ans ce n'est plus réaliste.
Quand on aime quelqu'un de tout son coeur, le temps est toujours trop court, 
et mille ans sont comme un jour.

dimanche 4 juin 2017

Quand on rejette l'amour, on rejette Dieu, qu'on en ait conscience ou pas.
Pour renouer la relation, il ne suffit pas de le décider tout seul, 
encore faut-il se faire pardonner par celui qu'on a offensé.

samedi 3 juin 2017

Il m'arrive souvent de dire, pendant les baptêmes,
que tant qu'on n'est pas confirmé on n'est pas fini, quand on est chrétien,
parce que ça fait partie des sacrements d'initiation.
Une maman qui n'avait pas fait sa confirmation a été vexée,
du coup elle a demandé à être confirmée, ce qui s'est fait l'année suivante.
Comme quoi, il faut dire les choses comme elles sont :
si ça peut aider les gens à vivre en chrétiens, ne serait-ce que par amour propre, 
alors ça vaut la peine.

vendredi 2 juin 2017

Je ne sais pas pourquoi les chrétiens pratiquants ont souvent
une sorte de bienveillance paternaliste envers ceux qui ne pratiquent pas,
au point parfois de changer l'Evangile
pour que même ceux qui ne manifestent aucun amour de Dieu devant les hommes
soient sauvés sans que ça pose le moindre problème théologique.
Aller à la messe n'est pas réservé à une catégorie de gens
qui feraient partie d'une élite intellectuelle ou sociale.
Ça ne demande aucune qualification particulière, aucun niveau de vie spécial,
au contraire, c'est ouvert à tous, sans distinctions d'âge, de sexe, de race,
de revenus, de richesse, de travail, d'origine, de niveau d'études ou social, etc etc...
Alors, que ça n'intéresse pas de nombreux chrétiens qui "n'ont pas que ça à faire",
d'accord.
Mais que cette attitude, quelle que soit l'excuse invoquée pour la justifier,
soit considérée comme normale, facilement excusable ou sans importance,
non.
Jésus nous dit qu' "aimer Dieu par-dessus tout" est le premier commandement.
Comment puis-je affirmer que je le mets en pratique, quand je ne trouve jamais le temps 
ne serait-ce que d'assister à la messe, au minimum, chaque dimanche ou samedi soir?

jeudi 1 juin 2017

Le temps libre n'est pas nécessairement du temps perdu. 
C'est une source inépuisable d'imagination.