Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

samedi 31 août 2013

Les défauts, on peut les museler, les déplacer ou les changer par d'autres,
mais on ne peut pas les éliminer.
On a en tous quelques-uns qu'on va trainer comme ça toute notre vie,
de la naissance à la mort.
Dieu permet que nous ayons des défauts
parce qu'ils servent un but positif :
si on accepte de se reconnaître tel qu'on est, déficient et pécheur,
ils nous évitent toute tentation d'orgueil ou de gloriole. 

vendredi 30 août 2013

Se flatter de ses qualités, c'est très vain, mais on peut le comprendre.
Mais se vanter de ses défauts ou de ses lacunes? C'est idiot.
Quand quelqu'un dit une parole de sagesse,
que ce soit un homme ou une femme, un prêtre, un rabbin ou un imam,
un docteur ou un illettré, quelqu'un de connu ou un illustre inconnu,
que l'on sache son nom ou pas, quelle que soit sa profession ou sa fortune :
ça reste une parole de sagesse.
Et c'est ça qui compte, vraiment.

jeudi 29 août 2013

Personne au monde ne sait jamais vraiment qui on est.
On ne le sait pas soi-même.
Dieu seul le sait, Lui qui connait le fond des coeurs,
Lui qui seul peut sonder les tréfonds de notre âme,
là où même notre conscience n'arrive pas.
Nous, nous ne savons rien, ou plutôt si, une seule chose :
au-delà des apparences (parce que parfois, Il ne semble pas nous épargner),
Dieu nous aime, de tout son coeur, de tout son être et de toutes ses forces.
Et s'Il nous émonde, nous éprouve, nous corrige, nous passe au creuset,
c'est pour un bien, même si Lui seul en connait les tenants et les aboutissants. 

mercredi 28 août 2013

Si l'Eglise ne servait à rien, Jésus ne l'aurait pas fondée.
S'il était inutile qu'elle soit dirigée par un homme, il ne l'aurait pas confiée à Pierre.
S'il était superflu de transmettre sa parole, il n'aurait pas choisi les 12 apôtres.
Si on n'avait pas besoin de communauté pour nous mener à Dieu,
il n'aurait pas trainé partout des centaines de disciples.
Si les sacrements étaient superflus, il ne les aurait pas institués.
Comment prétendre qu'on a foi en lui,
si on ne tient aucun compte de ce qu'il a fait, fondé et enseigné? 

mardi 27 août 2013


Petit lexique simplifié, incomplet et éventuellement partial, sur le Salut. Pour débutants.

(pour toute objection, commentaire ou réclamation, voir le titre).

***

- Adam et Eve : on leur attribue le péché originel. Ancêtres métaphysiques ("au-delà de la physique", ce n'est pas une donnée scientifique) de toute l'humanité. Le péché leur a été suggéré par le diable.

- Amour : don de soi. "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis".

- Ange : "messager". Pur esprit créé par Dieu, immatériel, immortel, destiné à servir d'intermédiaire entre Dieu et nous. Il y a plusieurs catégories d'anges, dont on ne sait rien, si ce n'est leur existence. On sait aussi qu'ils sont "innombrables".

- Ange Gardien : ange spécialement chargé par Dieu de veiller sur chacun d'entre nous, personnellement, tout au long de notre vie.

- Apôtre : "envoyé", personne choisie par Jésus pour transmettre l'Evangile. Leurs successeurs sont les évêques.

- Baptême : "être plongé". Transmission de l'Esprit Saint à travers le signe de l'eau, qui enlève le Péché Originel, procure l'adoption divine, et fait des baptisé(e)s des prêtre(sse)s (dans la capacité à intercéder pour l'humanité et pour soi-même auprès de Dieu), des prophète(sse)s (capacité à entendre Dieu) et des r(eines)ois (promis au Royaume que Dieu a créé pour nous, le Paradis).

- Baptême de désir : on considère que les enfants morts sans baptême (fausse couche ou mort précoce du nourrisson), alors que leurs parents voulaient vraiment les faire baptiser, bénéficient des bienfaits que leur aurait procuré le baptême s'ils avaient eu le temps de le recevoir.

- Bible : ensemble fini des révélations de Dieu, composé de 71 livres reliés ensemble, écrits par des hommes inspirés par Dieu, dans le but de nous révéler le chemin du Salut.

- Catholique : "universel". Eglise catholique signifie "communauté universelle".

- Chrétien : personne qui croit que Jésus Christ est vrai Dieu et vrai homme, et qui croit en toutes les vérités contenues dans le Credo.

- Christ : "oint". Vrai Dieu et vrai homme, Jésus a reçu une onction des mains mêmes de Dieu (à travers saint Jean Baptiste), qui a confirmé qu'il était l'envoyé que Dieu avait promis pour nous sauver.

- Ciel ou Cieux : désigne soit l'endroit où vit Dieu ("endroit" qui, notons-le, est immatériel, Dieu n'étant limité ni par le temps ni par l'espace, qu'Il a créés...), soit le Paradis. Aussi appellé Royaume des cieux, ou Royaume de Dieu.

- Commandements : conseils donnés par Dieu pour nous permettre d'être heureux sur terre et d'arriver au paradis à la résurrection. Jésus nous a laissé comme unique commandement "d'aimer Dieu de tout son coeur, de toute son âme et de tout son esprit, et son prochain comme soi-même", ou, dit autrement, "aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés", parce que ce commandement est la source et le résumé de tous les autres.

- Démons : anges qui ont suivi le diable dans sa tentative de coup d'état.

- Diable : "le diviseur". Ange le plus parfait créé par Dieu, qui veut prendre sa place, mais qui a échoué, de manière définitive. On l'appelle aussi satan ("l'accusateur"), lucifer ("porte lumière") ou belzebuth ("le dieu des mouches", pour signifier qu'il n'est le dieu de rien du tout bien qu'il le prétende). C'est lui qui a fait entrer le péché dans le monde, pour nous éloigner de Dieu et être adoré à sa place, alors qu'il n'est qu'une créature.

- Dieu : origine de toutes choses, créateur du temps et de l'espace, incréé, infini, immortel. Définition particulière de Dieu, propre au christianisme : "Dieu est amour".

- Enfer : endroit mystérieux, créé à l'origine pour le diable et ses anges, où ressusciteront ceux qui n'aiment ni Dieu, ni leur prochain, ni eux-mêmes, conformément à leur choix de vie. L'enfer n'a ni fin, ni sortie.

- Eglise : "communauté", fondée et voulue par Jésus, afin de sauvegarder, de transmettre et d'expliquer à toute l'humanité son enseignement, sans limites de temps ni de lieu, et de transmettre ses sacrements. Pour faire partie de l'Eglise, il faut être baptisé(e). On appelle aussi "église" le bâtiment dans lequel se réunissent les chrétiens pour la liturgie.

- Evangile : "Bonne nouvelle" de la résurrection du Christ, de sa parole et de ses faits et gestes. Ce qui est contenu dans les évangiles sert à nous indiquer le chemin du salut, c'est à dire le chemin qui mène au paradis.

- Fin des temps : Jésus nous a dit, quand il est parti vers Dieu, qu'il reviendra un jour, et que ce jour marquera la "fin des temps". Après son retour, les morts ressusciteront pour être jugés. Personne n'en sait, ni ne peut en savoir, ni le jour ni l'heure, sinon Dieu le Père seul.

- Foi chrétienne : consiste à croire que Jésus Christ est Dieu, et que ce qu'il nous a enseigné et a fait mène au paradis. Consiste donc également à s'efforcer de mettre en pratique sa parole et ses enseignements, et à imiter sa façon de vivre, afin d'y parvenir nous aussi.

- Grâce : aide spécifique de Dieu, selon les circonstances de notre vie, pour nous aider à imiter la façon dont son fils a vécu parmi nous.

- Idolatrie : mettre sa confiance en qui ou quoi que ce soit d'autre que Dieu pour nous sauver.

- Liberté : choix du bien.

- Libre arbitre : possibilité de choisir entre le bien et le mal.

- Liturgie : "action du peuple". Ensemble codifié de rites et d'actions qui permettent, communautairement, soit de s'adresser à Dieu, soit de recevoir sa grâce à travers les sacrements.

- Marie : mère de Jésus, choisie par Dieu, protégée du péché originel, et qui n'a jamais commis de péchés personnels de toute sa vie. Vénérée par les chrétiens (et non pas adorée), parce qu'elle est la mère de Dieu (Jésus étant vrai Dieu et vrai homme) et le modèle de tout chrétien par sa fidélité et son obéissance à Dieu tout au long de sa vie. Miraculeusement conservée vierge par Dieu avant, pendant et après la naissance de Jésus, comme signe que Dieu seul est à l'origine de la vie qui est née en elle.

- Mensonge : instrument favori du diable pour tromper l'humanité. C'est par un mensonge que le péché et la mort sont entrés dans le monde.

- Morale chrétienne : imitation du Christ.

- Mort : non prévue par Dieu à la création, conséquence du péché originel, elle marque désormais une frontière entre notre vie terrestre et la vie éternelle, où nous ressusciterons. Elle permet le tri de ceux qui acceptent ou refusent d'aimer pour l'éternité, en fonction des choix qu'ils ont fait dans cette vie terrestre. Seul notre corps est mortel, pas notre esprit.

- Pape : successeur de saint Pierre, choisit explicitement par Jésus pour diriger l'Eglise, conserver et transmettre le message du salut dans son intégralité. Il est donc le garant de l'authenticité des enseignements transmis par l'Eglise.

- Père : c'est Jésus qui appelle Dieu "son Père", et "notre Père". Il l'appelle même "abba", c'est à dire "papa".

- Paradis : endroit mystérieux, créé pour l'humanité, où ressusciteront ceux qui aiment Dieu, leur prochain et eux-mêmes, conformément à la façon dont ils ont vécu. On y bénéficiera de la présence de Dieu pour l'éternité, ainsi que de la présence de tous ceux qui auront fait ce même choix d'aimer.

- Péché : manque d'amour ou rejet de l'amour.

- Péché originel : choix fait par Adam et Eve de décider par eux-mêmes ce qui était bon et ce qui était mal, en opposition aux enseignements de Dieu à ce sujet. Transmis à toute l'humanité, on en est libéré par le baptême. Seuls Marie et Jésus en ont été miraculeusement préservés.

- Pénitence : réparation des conséquences des péchés que nous avons commis. Si elle n'est pas accomplie sur terre, elle le sera au purgatoire. Demander pardon à Dieu de nos péchés suffit à obtenir ce pardon, mais pas à réparer les conséquences de nos péchés. Il nous appartient donc de le faire du mieux que nous pouvons.

- Prêtre : "ancien". Il y a un seul prêtre dans l'Eglise catholique, le Christ. Mais il choisit des hommes pour continuer à donner les sacrements au long des siècles à travers eux. Ils ont aussi pour rôle d'intercèder auprès de Dieu au nom de l'humanité, d'éduquer dans la foi, de sanctifier et de diriger les chrétiens vers Dieu.

- Prochain : toute personne dont on a connaissance ou qu'on est amené à cotoyer.

- Prophète : personne qui a la capacité d'entendre Dieu, et qui en reçoit les paroles soit pour lui-même, soit pour les transmettre. Tout baptisé devient, entre autre, prophète.

- Purgatoire : endroit mystérieux, où vont ceux qui aiment Dieu, leur prochain et eux-mêmes, après leur mort, alors qu'ils ont encore des dettes d'amour mutuel et des imperfections à résoudre. On y voit les conséquences de nos propres péchés, et on en sort pour aller au paradis quand nos dettes sont épongées, les conséquences de nos péchés réparées, et qu'on est prêt à vivre cette plénitude d'amour. On ne peut pas aller en enfer si on est au purgatoire, la seule porte de sortie mène au paradis.

- Résurrection : évènement fondateur du christianisme. Le Christ est ressuscité après être mort sur une croix, plus de 500 personnes (dont ses 12 apôtres) en ont été témoins, au long des 40 jours qu'il a passé alors sur terre. Il est ensuite retourné vers Dieu le Père, "nous préparer une place", qu'on appelle le paradis. Nous sommes tous appellés à ressusciter, nous aussi, c'est à dire à renaître, à la fin des temps, avec un corps qui sera, cette fois-là, éternel.

- Sacrement : action sacrée destinée à nous donner une grâce spécifique de Dieu, en fonction des circonstances de notre vie. Il y a 7 sacrements, mais ça serait l'objet d'un autre lexique.

- Saint : Dieu seul est saint. Le saint est, par analogie, celui qui s'efforce d'aimer comme Dieu nous aime. On appelle "saints", tous ceux qui sont au paradis.

- Salut : Dieu nous offre le salut, c'est à dire d'être libérés de la mort et du péché, si nous imitons la vie de son fils, avec son aide.

- Tentation : on appelle ainsi toute suggestion du diable de ne pas écouter Dieu et de lui désobéir. Une tentation n'est pas un péché : seule sa mise en pratique en est un.

- Trinité : Dieu unique, un seul être, en trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
Dieu étant Amour, il fallait bien qu'il aime quelqu'un de toute éternité : le Père aime donc le Fils, le Fils aime le Père, et le Saint-Esprit est pour ainsi dire la personne même de cet amour éternel et infini. Le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu, et cependant le Père n'est ni le Fils ni le Saint Esprit, le Fils n'est ni le Père ni le Saint-Esprit, et le Saint-Esprit n'est ni le Père ni le Fils.

- Vertu : plus grande facilité à faire tel ou tel bien à force de le pratiquer régulièrement.

lundi 26 août 2013

Si on espère vraiment aider quelqu'un
en lui montrant que la route qu'il suit n'est pas la bonne,
et qu'elle ne le mènera pas au bonheur parce qu'elle ne mène pas à Dieu,
alors il est indispensable de commencer par l'aimer, et l'aimer sincèrement,
affectueusement, de tout son coeur.
Sans quoi, ce qu'on pense être une aide fraternelle
ne sera, bien souvent, qu'une insupportable morale paternaliste. 

dimanche 25 août 2013

Un jour, lors d'un repas, un vieillard s'est mis à m'insulter.
Il s'en est ensuite expliqué: "je n'ai rien compris à ce que vous avez dit,
parce que je suis sourd. Mais ça ne m'a pas plu".
Nous faisons souvent la même chose : on critique et on attaque
ce qu'on ne comprend pas, avec véhémence, qui plus est,
et on donne un avis ferme sur ce dont on ne sait rien, comme si ça avait un sens.
Mais je n'arrive pas à m'empêcher de penser, encore aujourd'hui, que c'est idiot. 
Ce que nous sommes aux yeux des hommes n'a aucune valeur devant Dieu.
Ce qui compte pour Lui, c'est qui nous sommes à l'intérieur.

samedi 24 août 2013

Si nous comprenions enfin que nous sommes les premiers bénéficiaires
de tout rapport entretenu avec Dieu,
alors, ne serait-ce que par calcul et par intérêt,
il me semble que nous chercherions à nous approcher enfin de Lui... non?

vendredi 23 août 2013

Le résultat d'années de télé-réalité?
Une génération de gamins qui croient sincèrement
que le paraître est bien plus important que l'être,
et que la trahison et la manipulation sont les meilleurs moyens
de sortir du lot et de réussir dans la vie. 
Des mouvements d'origine catholique apparaissent de temps en temps,
qui cherchent à prendre de plus en plus de responsabilités au sein de l'Eglise,
parce qu'ils croient tous sincèrement être l'unique chemin de renouveau
qui sauvera à la fois l'Eglise et le monde...
L'un des fruits les plus remarquables de l'orgueil est la quête du pouvoir,
quitte à chercher à enlever celui-ci des mains de Dieu lui-même.

jeudi 22 août 2013

C'est peut-être parce que nous ne voyons plus que quelques étoiles la nuit
à cause de la pollution lumineuse
que les habitants des pays "éclairés"
ont perdu peu à peu le sens du divin.
Une simple ampoule peut occulter l'univers si on la regarde de trop près...
Mélanger la foi et la politique dans la sphère publique, 
ça ne sert qu'à justifier ses idées personnelles sous le label "au nom de Dieu". 
Mais le Christ s'étant toujours refusé à intervenir dans les affaires publiques, 
le faire en son nom, c'est à tout le moins abusif. 
Ça ne veut pas dire que les chrétiens ne peuvent pas faire de politique : 
mais alors, qu'ils assument la paternité de leurs idées, 
sans en attribuer la responsabilité à Dieu, 
parce que c'est eux qu'on élit (ou pas), pas Dieu, 
et on a le droit d'être chrétien sans adhérer à leurs idées politiques. 

mercredi 21 août 2013

Être persécuté parce qu'on met en pratique l'Evangile,
en se contentant d'être les humbles et silencieux disciples du Christ,
parce que "la simple existence du juste est un reproche pour les pécheurs",
c'est une chose.
Mais être persécuté parce qu'on fait la morale à tout le monde,
qu'on les juge ou même qu'on les condamne allègrement
du haut de nos certitudes et de notre perfection, avec condescendance et mépris,
c'en est une autre.
Ce n'est pas du martyr. C'est juste une correction amplement méritée. 

mardi 20 août 2013

"Il y a plusieurs demeures dans la maison du Père".
Tu te demandes à quoi ressemblera l'éternité, et qui tu vas y cotoyer?
Regarde-toi dans un miroir,
et imagine de ressusciter avec toi multiplié par quelques millions :
tou(te)s avec les mêmes qualités et les mêmes défauts,
les mêmes vices et les mêmes vertus,
la même façon d'agir et de penser.
Et demande-toi si c'est vivable, à priori.
Tu auras une bonne approximation de ce qui t'attend de l'autre côté.
Si rien que l'idée te glace les sangs,
rien ne t'interdit de changer et de t'améliorer d'ici-là. 

lundi 19 août 2013

Tu as du mal à croire que quelqu'un puisse faire le choix de rejeter Dieu ?
C'est pourtant ce qu'on fait tous chaque fois qu'on refuse d'aimer.
Réduire l'ensemble de la foi chrétienne à une simple morale,
c'est revenir au pharisaïsme.

dimanche 18 août 2013

Exclure l'Eglise de sa vie,
ce n'est pas se libérer,
parce que libre, nous l'étions déjà (personne n'est forcé à rien),
c'est juste se priver de l'aide que Dieu tient à notre portée.

samedi 17 août 2013

Les apôtres ont compris très tôt
que s'ils voulaient continuer à accomplir leur mission
de prière et d'évangélisation sans se disperser,
il leur fallait déléguer la charge du soin des biens de l'Eglise
à des diacres, choisis pour leurs qualités, en accord avec l'Esprit Saint,
et ordonnés dans l'unique but de s'acquitter de cette responsabilité.
Qu'est-ce qui justifie, aujourd'hui,
que nous ne suivions plus le sage chemin qu'ils ont tracé?
Parmi les gens qui viennent à la messe,
ceux qui sont le plus concernés par les reproches que Dieu nous adresse parfois
dans les Saintes Ecritures,
sont habituellement ceux qui les entendent le moins,
ou qui ne comprennent absolument pas ce qu'Il a voulu dire.

vendredi 16 août 2013

L'ambition humaine et le désir de sainteté se marient bien mal. 

jeudi 15 août 2013

J'ai enfin compris la parole de Jésus qui dit : 
"il en est de présents ici même qui ne goûteront pas la mort, 
avant d'avoir vu le Royaume de Dieu" (Lc 9, 27). 
Marie, par son Assomption, a non seulement vu mais inauguré, 
à la suite de son Fils, le Royaume de Dieu, en y entrant corps et âme, 
prémices de l'humanité appelée à ressusciter toute entière
lorsque le Christ reviendra, à la fin des temps. 
À ceux qui ont assisté à cette Assomption, 
Dieu a laissé entrevoir le Royaume qu'Il réserve à ceux qui l'aiment, 
qui écoutent sa Parole et la mettent en pratique. 
Par Marie, première disciple de son Fils, le monde à venir est déjà une réalité.

mercredi 14 août 2013

Une génération est née, qui craint les sentiments amoureux comme la peste.
Échaudée par des situations familiales instables, douloureuses ou bricolées,
traumatisée par le syndrome du survivant à cause de la généralisation de l'avortement,
elle rejette tout engagement amoureux sérieux
et s'efforce de vivre avec acharnement dans la superficialité affective
afin d'éviter tout risque d'échec ou de souffrance,
parfois même encouragée dans cette voie par ses propres parents.
Elle consomme du sexe sans amour comme elle mange du steak sans viande.
Je ne sais pas comment cette génération pourra trouver le bonheur :
sans le risque d'aimer, elle n'en connaîtra jamais non plus les bénéfices.

mardi 13 août 2013

Quelqu'un chez qui tout est faux est-il en capacité
d'avoir une relation vraie avec qui que ce soit?
Il est légitime d'en douter...
Il est aussi facile de basculer dans le pharisaïsme quand on est bien-pensant
que de tomber dans le relativisme en matière de morale sociale quand on est riche.

lundi 12 août 2013

Il n'est pas rare que ceux qui révèlent des scandales
soient blâmés comme s'ils en étaient les auteurs.
S'ils ne font que révéler un état de fait,
et qu'ils ne montent pas un scandale de toutes pièces à des fins personnelles,
alors il est injuste de leur en vouloir :
certaines infections doivent être incisées
si on veut avoir une chance de les soigner,
et il n'est pas juste de blâmer le scalpel comme s'il était la cause de l'infection,
même s'il fait mal.
Penser juste,
si on n'en tient aucun compte à l'heure d'agir,
ça n'a pas grand intérêt...

dimanche 11 août 2013

Pour reconnaître facilement un mensonge,
il faut avoir déjà menti soi-même.
C'est la même chose pour tout péché ou défaut :
reconnaître ceux qui ne nous concernent pas
prend toujours un temps considérable,
et même quand on les a identifiés,
on a du mal à croire que certains puissent les avoir.
Je comprends que certains veuillent sauver les pécheurs à tout prix :
après tout nous sommes tous pécheurs.
Mais on ne peut pas forcer quelqu'un qui ne le veut pas
à accepter Dieu ou à passer son éternité avec Lui,
parce que là où nous serions prêts à ne tenir aucun compte
de la volonté personnelle des gens
et à leur imposer le paradis contre leur gré si nécessaire,
Dieu, Lui, respecte parfaitement le choix de chacun,
même si ce choix consiste à Le rejeter pour l'éternité.

samedi 10 août 2013

Tu veux aller au paradis?
C'est bien. Moi aussi.
Mais on n'ira pas sans Dieu :
il faut qu'Il fasse partie de notre vie dès ici-bas.
Refuser de récompenser un enfant quand il agit bien
et de le punir quand il agit mal,
c'est refuser de l'éduquer.
Ce n'est pas de l'amour :
au mieux, c'est du désintérêt et au pire, de la malveillance.

vendredi 9 août 2013

Le bonheur sans Dieu n'est qu'une illusion : seul Dieu est éternel,
et le bonheur, pour être parfait, doit l'être aussi.
Il ne peut donc venir que de Lui.

jeudi 8 août 2013

Il faut avoir étudié et même obtenu des diplômes soi-même
pour se rendre compte sans équivoque possible
que les études et les diplômes ne font pas la valeur d'un homme.
Il faut avoir passé du temps seul à seul avec Dieu
pour connaitre vraiment ce qu'est la paix et la joie.

mercredi 7 août 2013

La jalousie, c'est faire payer aux autres
son manque d'estime de soi et les peurs qui en découlent :
peur de manquer, peur de l'échec ou peur d'être rejeté.

mardi 6 août 2013

Traiter les gens avec justice,
sans préjugés, sans à-priori, sans se contenter de la première impression,
sans faire d'une observation isolée une généralité,
sans extrapoler et sans fermer les portes, sans conclusions définitives,
c'est quelque chose d'extrèmement difficile.
Ça demande un grand sens de l'observation, de l'empathie, de la bienveillance,
mais aussi de la fermeté, de l'objectivité, de la patience
et la capacité de se remettre soi-même en question en permanence.
Inutile de dire que les gens qui agissent ainsi sont bien peu nombreux.

lundi 5 août 2013

Le paradis appartient aux enfants, ou à ceux qui leur ressemblent :
Jésus nous dit que, pour y entrer,
il faut être un enfant,
avoir un coeur d'enfant,
ne jamais avoir scandalisé un de ces petits qui sont à Dieu,
ou avoir au moins fait quelque chose de bien pour l'un d'entre eux...
Je soupçonne fortement Dieu d'être un enfant, en fait...

dimanche 4 août 2013

Grande est la faute de ceux qui ont le devoir de transmettre la Parole de Dieu,
et qui la remplacent, l'interprètent ou la déforment
pour qu'elle corresponde à leurs opinions ou à leur idéologie personnelle.
C'est Dieu lui-même qui leur demandera compte de cette fraude.
Qu'Il nous vienne en aide pour ne jamais en faire partie.

samedi 3 août 2013

Rien de ce que Dieu nous a prêté sur cette terre ne nous appartient.
Croire le contraire, c'est s'exposer à de graves désillusions
le jour où tout nous sera inévitablement enlevé.

vendredi 2 août 2013

Dieu a voulu que nous soyons un corps animé par un esprit,
et "Dieu vit que cela était très bon".
Ce que Dieu a déclaré bon, gardons-nous bien de jamais le déclarer mauvais.
Quant à l'usage qu'on est libre de faire de soi-même,
il est bon lui aussi, quel qu'il soit,
tant qu'il est guidé par la parole de Dieu
et par l'amour, c'est à dire par le don de soi et non par l'égoïsme.

jeudi 1 août 2013

Chercher à devenir prêtre sans en avoir reçu l'appel de Dieu? C'est suicidaire.
Mais refuser de le devenir quand on a reçu cet appel? C'est infiniment triste...
Voilà un bien grand mystère :
à cause de son amour infini pour nous,
Dieu a tellement de respect pour notre autonomie et notre volonté,
que si nous décidons de refuser tout amour
(en d'autre termes, si nous choisissons l'enfer),
Il accepte cette décision, bien qu'elle lui soit strictement incompréhensible...