Couv

Couv
Paradis, enfer, purgatoire... des réponses claires.

radio Mayenne

aléatoire

lundi 18 octobre 2021

Autant un prêtre prêt à transiger sur tout peut vite poser des problèmes, 

en particulier au niveau doctrinal et de fidélité à l'enseignement du Christ et de l'Église, 

autant un prêtre qui n'admet de transiger sur rien en pose aussi, 

en particulier au niveau de la miséricorde et de l'accueil de ceux qui sont loin de l'Église.

Pour la doctrine, sois un roc inébranlable. 

Mais pour la charité, sois de la pâte à modeler, et tu agiras bien.

dimanche 17 octobre 2021

La paroisse, c'est là où s'origine la vie chrétienne par le baptême, 

où on se forme par la catéchèse et les homélies, 

où on vient chercher des forces auprès de Dieu à la messe ou dans les sacrements.

Mais c'est loin d'être le tout de la vie chrétienne : c'est un endroit essentiel de rassemblement, 

mais la sainteté, c'est chez soi, au boulot, en vacances, bref dans la vie courante que ça se joue.

samedi 16 octobre 2021

Dire la vérité, c'est une excellente façon de se faire des ennemis sans même le savoir.

Tant pis, ça vaut la peine.

C'est par un mensonge que le péché est entré dans le monde, 

et avec le péché, la mort. 

vendredi 15 octobre 2021

Les moments de prière et de liturgie

ne sont pas des instants où on vient faire quelque chose pour Dieu, 

ce sont des instants où on vient se faire consoler et se reposer auprès de Lui. 

jeudi 14 octobre 2021

Quand tu apprends que quelqu'un a dit du mal de toi, 

ne réagis pas instinctivement mais vérifie s'il n'y aurait pas, par hasard, 

un fond de vérité dans ce qu'il dit et, le cas échéant, profites-en pour t'améliorer.

Ça te sera beaucoup plus utile que de réagir en outragé.

mercredi 13 octobre 2021

Je n'arriverai jamais à comprendre qu'on puisse refuser de communier

seulement parce qu'on refuse de nous donner la communion dans la bouche.

C'est vraiment un problème de riche, de faire la fine bouche sur la façon de recevoir Dieu :

il y a tellement de gens qui voudraient pouvoir communier mais qui en sont privés,

qu'il est stupéfiant de pouvoir mais de ne pas vouloir 

juste parce que nos préférences personnelles ne sont pas respectées de temps en temps.

mardi 12 octobre 2021

S'il y a quelque chose dont il faut se préoccuper, 

c'est d'être charitable envers tout le monde, 

que les gens le méritent ou non. 

Peu de choses ont autant d'importance que ça, en vérité. 

lundi 11 octobre 2021

Il ne suffit pas de rêver l'amour du prochain.

S'il n'est pas constitué d'actes concrets, généreux et gratuits, 

comment croire que l'on aime Dieu en vérité, 

puisque l'amour de Dieu et du prochain ne peuvent être séparés ?

dimanche 10 octobre 2021

Dieu n'obéit qu'à ceux qui lui obéissent. 

samedi 9 octobre 2021

Quand on a un accident, on ne dit pas "c'est de la faute de l'accident si j'ai eu un accident", 

ça n'a aucun sens. 

Je ne vois pas pourquoi ça aurait du sens, quand on commet un péché, de dire :

"c'est de la faute du péché si j'ai agit comme ça". 

Quand on pèche, le coupable n'est pas "le péché", 

mais celui qui le commet. 

vendredi 8 octobre 2021

Je ne sais pas si on donnera un jour à la Vierge Marie le titre de co-rédemptrice,

mais quoi qu'il en soit, elle est et demeure pour toujours la mère du rédempteur, 

autant par le sang que par son adhésion parfaite à la volonté de Dieu. 

Les titres, il n'y a que nous, ici-bas, que ça intéresse. 

Pour elle, je pense que "servante du Seigneur" est celui qui lui plait le plus, de toutes façons.

jeudi 7 octobre 2021

Le seul qui est saint par lui-même, c'est Dieu. 

Nous ne pouvons le devenir, en ce qui nous concerne, 

que par sa grâce. 

mercredi 6 octobre 2021

Le paradoxe du chemin qui mène au Royaume de Dieu, 

c'est qu'il est à la fois fondamentalement communautaire 

(il se vit en Église, grâce aux Saintes Écritures qui en procèdent et qu'elle transmet depuis le Christ, 

à la Tradition et au Magistère qui nous guident, et à la Liturgie qui nous soutient et nous sanctifie) ;

et en même temps, il est parfaitement personnel et intime, 

parce que le degré d'amour authentique qui se trouve dans le coeur de chacun 

n'est connu, dans toute sa vérité et sa plénitude, que de lui-même et de Dieu.

mardi 5 octobre 2021

La différence entre les Pharisiens et Jésus, 

c'est qu'eux pensaient que l'on peut aimer Dieu même si on déteste des gens, 

alors que Jésus ne fait pas de différence entre l'amour de Dieu et du prochain, 

allant même jusqu'à les unir dans un seul et unique commandement. 

Saint Jean enfoncera même le clou (1jn4,20) : "Si quelqu’un dit : « J’aime Dieu », 

alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. 

En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, 

est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas."

Gardons-nous bien de détester qui que ce soit, nous qui portons le nom de chrétiens. 

lundi 4 octobre 2021

Aucun péché n'est au-delà des capacités d'amour de Dieu : 

il peut pardonner tout ce que nous faisons de mal, 

y compris ce que nous-mêmes sommes incapables de pardonner.

Il y a cependant une condition qu'il ne faudrait pas oublier : 

il faut lui demander pardon, et regretter sincèrement le mal que l'on a commis.

Ça n'a l'air de rien, mais c'est essentiel, et puis c'est justice.

La moindre des choses, c'est qu'on soit capable de se reconnaître pécheurs, 

c'est à dire de reconnaître notre responsabilité dans les souffrances qu'on a pu causer.

dimanche 3 octobre 2021

            Le mariage chrétien, c'est carré : un seul homme avec une seule femme, jusqu'à ce que la mort les sépare. Pourquoi une vision aussi limitée, aussi archaïque, aussi stricte, diront certains ? N'y a-t-il pas eu, au cours de l'histoire et selon les cultures, pléthore d'autres solutions ? Un homme avec plusieurs femmes, une femme avec plusieurs hommes, un homme avec un homme, une femme avec une femme, une union valide seulement pour une nuit, une semaine ou un mois, une femme avec le pont de Brooklyn ou un homme avec sa voiture, ou aucune obligation que ce soit, bonsoir mademoiselle, au revoir madame, et tout le monde est content ? Pourquoi se restreindre ? Pourquoi imposer le carcan de la morale judéo-chrétienne encore aujourd'hui ? "Quand l'Église évoluera-t-elle enfin, et acceptera-t-elle de voir la vérité en face et de tenir compte de la nature, de la biologie, de la psychologie, de l'ethnologie, etc etc..." Oh, ce ne sont pas les critiques qui manquent, ni les idées plus ou moins originales pour faire autrement. Seulement voilà, quelqu'un a eu l'idée téméraire de poser à Jésus la question qui posait problème à son époque : peut-on se débarrasser de sa femme quand ça nous chante, ou faut-il se creuser un peu les méninges pour trouver un motif à peu près valide ? On remarquera que la question est très orientée, et défavorable à la femme, quoi qu'il arrive. Et alors là, la réponse de Jésus est claire comme du cristal, contrairement à son habitude de faire parabole sur parabole : le mariage, c'est un seul homme avec une seule femme, ils deviendront une seule chair, jusqu'à ce que la mort les sépare, telle est la volonté de Dieu depuis l'origine, point barre.

            Ce que le monde peine à saisir c'est que, quand on est chrétien, on ne considère pas Jésus juste comme un exemple, un philosophe, un penseur, un sage ou un maître. On croit fermement qu'il est Dieu, né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu. Du coup, quand il nous parle, ce n'est pas juste une opinion parmi tant d'autres, mais Dieu lui-même qui s'adresse à nous. Ce qui fait qu'il ne peut ni nous tromper (quel intérêt pour lui à le faire ?) ni se tromper (c'est Dieu, quand même). Alors on n'est pas obligé de l'écouter, parce qu'on n'est pas obligé d'être chrétien. Mais si on est chrétien, ça signifie qu'on est censés être ses disciples, pas ses maîtres, et qu'on a dès lors comme mission assumée celle de s'efforcer de mettre en pratique ses enseignements, et non de les remettre en question ou de les considérer comme optionnels ou superflus. Dieu, qui est Amour, nous a créés, par amour, pour que nous vivions dans l'amour. Et le mariage est non seulement une partie de ce plan, mais celle qui concerne le plus grand nombre. Il est le moyen privilégié de vivre l'amour du prochain, conformément à la volonté de Dieu. Ce n'est pas un moyen détourné de vivre de l'égoïsme à deux, ou de juste chercher à se faire plaisir sans se préoccuper de l'autre, ou un moyen pour obtenir une fin, non, c'est la voie royale de la sainteté pour la majorité de l'humanité. Et si on veut suivre le "mode d'emploi" inscrit en nous par Dieu depuis toujours, alors Jésus nous rappelle comment le mariage est censé fonctionner. 

            La Foi n'est pas toujours simple. Il peut arriver qu'elle contrarie nos instincts, ou ce que l'on considère comme notre intérêt immédiat. Cependant elle n'est pas là pour nous pourrir la vie, mais pour la donner en plénitude. Et si on croit fermement que Jésus est venu non pour nous juger ni nous condamner, mais pour nous sauver, alors il n'est pas déraisonnable de mettre notre foi et notre confiance dans ses enseignements, aujourd'hui comme hier et demain. La loi de Dieu inscrite en nous n'est pas sujette à l'obsolescence programmée, et la respecter, ce n'est pas vivre dans le passé mais dans la sagesse de Dieu.

samedi 2 octobre 2021

Quand un journal dit "telle personne a dérapé dans ses propos", 

ce n'est pas une information impartiale mais un jugement,

qui cherche à orienter ce que l'on doit penser des propos en question :

ils doivent nécessairement nous choquer, 

puisque le journal a décidé pour nous qu'ils sont choquants.

vendredi 1 octobre 2021

Les "pouvoirs" sacramentels du prêtre ne sont dûs ni à sa personnalité, 

ni à ses capacités, ni à ses études, ni à ses vertus, ni à ses charismes naturels.

Ils sont conférés par l'imposition des mains, et ils viennent du Christ. 

C'est à la fois un don et un devoir, qui ne peut être remplacé par rien ni personne d'autre

qui n'aurait reçu, lui aussi, l'ordination sacerdotale. 

jeudi 30 septembre 2021

Parfois, de façon totalement personnelle, sans avoir lu aucun auteur sur le sujet, 

je trouve tout seul la résolution de telle ou telle question théologique ou biblique

qui jusque là n'avait été, à ma connaissance, découverte par personne, 

ou tout au moins été expliquée de la même façon et avec les mêmes mots. 

Et puis, un beau jour, je me rends compte, au détour d'une lecture fortuite, 

que quelqu'un l'avait déjà découvert, en fait, depuis plus ou moins longtemps, 

et l'avait décrit avec exactement les mêmes mots et de la même façon. 

Je trouve tout à fait rassurant que l'Esprit Saint, depuis que Jésus nous l'a envoyé, 

ne cesse d'inspirer tous ceux qui scrutent les Saintes Écritures et la volonté de Dieu, 

et qu'il leur donne à tous les mêmes intuitions et les mêmes explications, 

même quand on a la vanité de croire qu'on a découvert l'eau chaude tout seul comme un grand.

mercredi 29 septembre 2021

Notre pire ennemi, c'est notre manque de patience ; de charité ; de pardon ; de maitrise de soi ;

de constance ; de don de soi ; d'intelligence ; d'obéissance à Dieu ; de confiance en Dieu ; 

de foi ; de bienveillance ; de générosité ; d'intérêt pour les autres ; d'empathie, etc etc...

Bref, notre pire ennemi, c'est nous, et non pas "les autres". 

mardi 28 septembre 2021

Celui qui condamne le monde, c'est le diable.

Ça n'a jamais été Dieu qui lui, au contraire, veut le sauver, 

quitte à donner sa vie pour les pécheurs. 

lundi 27 septembre 2021

C'est amusant de constater que ceux qui font peu de cas de la vie humaine, 

tant qu'il s'agit de celle des autres, 

changent radicalement d'avis quand c'est la leur qui est en danger immédiat

et qu'il ne s'agit plus pour eux d'une question purement théorique.

dimanche 26 septembre 2021

Le droit au repos et au calme n'est pas supérieur au devoir de la charité. 

samedi 25 septembre 2021

Faire payer les innocents avec les coupables n'est jamais excusable, 

même si la tentation d'agir sans discernement est parfois grande.

Mais considérer que "ça vaut la peine tant que le coupable est châtié", 

ou que de toutes façons, "personne n'est vraiment innocent", 

ce ne sont que des fausses excuses pour masquer la vraie raison de notre acharnement,

qui est ni plus ni moins qu'un instinct de vengeance qui cherche à nous dominer

et à nous rendre aussi monstrueux et méprisables que ceux qui méritent d'être punis.

vendredi 24 septembre 2021

C'est le diable qui est à l'origine de tout le mal qui se fait sur terre. 

Si on veut lutter contre lui, c'est à l'intérieur de nous que se trouve le combat.

S'en prendre à ceux qui font son sale boulot ne sert pas à grand chose, 

ce ne sont que des pions qui lui sont soumis et qui se damnent eux-mêmes.

jeudi 23 septembre 2021

Il est impossible de s'imposer à Dieu par la violence. 

Elle finit toujours par retomber, tôt ou tard, sur ceux qui l'ont commise. 

mercredi 22 septembre 2021

Quand on a un désaccord avec quelqu'un, 

on peut soit s'enfermer dans le bon droit de penser ce qu'on pense, 

soit s'efforcer de se mettre à la place de l'autre pour comprendre pourquoi il pense autre chose.

Le problème, c'est que c'est très fatiguant pour la tête de faire ça, ça demande un gros effort.

Du coup, trop souvent, on préfère s'abstenir et considérer que l'autre est dans l'erreur, 

non parce que c'est forcément vrai, mais juste parce que c'est plus facile.

mardi 21 septembre 2021

Quand on est bénévole, rien n'autorise ceux à qui on rend service à nous maltraiter.

Ils peuvent s'expliquer calmement si on fait quelque chose de travers, 

et si vraiment on n'est pas compétent, nous demander de nous retirer.

Mais crier ou menacer ou pire encore, non, ça n'est jamais acceptable ni excusable.

lundi 20 septembre 2021

Crier sur quelqu'un n'est jamais un signe d'autorité et de force.

Bien au contraire, ça montre une incapacité à maîtriser ses émotions et à gérer ses frustrations. 

dimanche 19 septembre 2021

L'amour est le bien le plus précieux qui soit, 

et pourtant on ne peut ni l'acheter, ni le vendre, 

juste l'offrir ou l'accepter gratuitement. 

samedi 18 septembre 2021

C'est amusant cette excuse qu'on entend parfois en confession : "tout le monde le fait". 

Alors non, tout le monde ne fait pas les mêmes péchés, ni les mêmes bonnes actions d'ailleurs. 

Je comprends le besoin de se sentir moins seul devant le jugement de Dieu, 

mais ça ne justifie pas de mettre tout le monde dans le même panier, parce que c'est un mensonge.

vendredi 17 septembre 2021

Il semblerait que beaucoup de gens ne soient capables de voir tout ce que leur vie a de bon

qu'une fois qu'ils l'ont perdu irrémédiablement. 

Ouvre les yeux sur tout ce qui est beau, agréable, satisfaisant et bon dans ta vie, ici et maintenant.

Apprécie-le et profites-en pleinement tant que c'est là. 

C'est ça, le secret du bonheur.

jeudi 16 septembre 2021

Avoir un caractère austère, prude, rigide ou de censeur n'est pas un gage de sainteté. 

On n'est pas d'autant plus saint que l'on est plus coincé, 

mais selon l'amour que l'on manifeste envers Dieu et envers tout le monde.

En fait, quand on passe son temps à critiquer, juger ou réprouver son prochain, 

quand bien même on ne le ferait que dans le silence de notre pensée,

parce qu'il est extraverti, vulgaire, grossier, ridicule ou parce qu'il ne pense pas comme nous, 

il devient même très difficile de plaire à Dieu qui, lui, aime tout le monde, 

même ceux qui sont défigurés par le péché ou par des défauts que l'on trouve inacceptables.

mercredi 15 septembre 2021

L'expression "il faut bien gagner son paradis" m'a toujours fait rire.

S'il était possible de "gagner" le paradis, 

on n'aurait pas eu besoin que le Fils de Dieu lui-même

vienne parmi nous pour en rouvrir les portes, 

ça aurait été fait depuis longtemps par les saints qui l'ont précédé. 

Or aucun d'entre eux n'a été sauvé, malgré leur foi, leur obéissance et leurs miracles,

avant la mort et la résurrection de Jésus. 

Voilà qui nous a fait, en vérité, "gagner le paradis" : Jésus Christ crucifié.

Quant à nous, tout ce qui nous est demandé, c'est de mettre toute notre foi en lui, 

et de faire du mieux que l'on peut pour s'efforcer d'imiter l'exemple qu'il nous a donné. 

Mais il ne s'agit pas de gagner quoi que ce soit, 

juste de suivre Jésus jusqu'à la croix de l'amour de Dieu et du prochain pour parvenir, avec lui, 

à la résurrection et à la vie éternelle dans le Royaume de son Père.

mardi 14 septembre 2021

La sainteté ne passe pas obligatoirement par la case "volontarisme". 

En effet, si c'était juste une histoire de volontarisme, 

ça signifierait qu'elle serait totalement inaccessible aux faibles et aux mous.

Or personne n'est d'emblée disqualifié pour ressusciter et vivre en Dieu pour l'éternité. 

Encore faut-il, bien sûr, ne pas manquer de faire appel à son pardon, dans une foi sincère, 

quelle que soit l'ampleur du marasme dans lequel nos manques de volonté nous font vivre.

lundi 13 septembre 2021

L'amour de l'argent est totalement irréconciliable avec l'amour de Dieu.

Je parle d'amour de l'argent, pas du simple fait d'en posséder. 

En effet, aimer l'argent, c'est s'attacher à du vide, 

puisqu'il ne peut nous sauver ni de la mort ni de l'enfer.

Au contraire, aimer Dieu, c'est s'attacher à l'auteur de la vie, de l'existence, de l'être même, 

et manifester que l'on accepte de passer notre vie éternelle dans son Royaume. 

dimanche 12 septembre 2021

On entend de temps en temps des gens qui sont passés très près de la mort, 

et qui se sont rendus compte tout d'un coup que la chose la plus importante était l'amour. 

Quand on est chrétien, on est censé déjà le savoir, puisque notre vie est fondée sur un Dieu amour.

Après, encore faut-il en tenir compte concrètement dans les choix de la vie quotidienne, 

et ça, c'est une autre paire de manches. 

samedi 11 septembre 2021

Le péché n'est jamais aussi grave que quand il cherche à nous éloigner durablement de Dieu.

Commettre des péchés, bon, c'est regrettable, mais c'est juste une bataille de perdue.

En revanche, à cause de ces péchés, justifier le fait que l'on s'éloigne de Dieu

et qu'on ne cherche plus du tout à mettre en pratique ses commandements, 

ça, c'est se résigner à perdre la guerre contre le mal.

vendredi 10 septembre 2021

Il est impossible d'éliminer tous nos défauts, même si on peut réussir à les museler.

D'ailleurs, un défaut n'étant jamais qu'une qualité utilisée à mauvais escient, 

mieux vaut apprendre ce qu'on peut faire de bien grâce à ce don particulier

plutôt que de s'efforcer de le suprimer parce qu'on ne l'utilise pas comme on devrait.

jeudi 9 septembre 2021

Il n'est pas rare que les chrétiens qui ne pratiquent qu'exceptionnellement 

pensent vivre exactement tout ce que Dieu leur demande, 

et que les chrétiens qui sont très proches des sacrements et ont une vie spirituelle sérieuse

pensent qu'ils sont bien loin d'agir conformément aux commandements du Seigneur. 

On ne peut avoir conscience de notre part d'ombre 

que lorsque l'on est réellement proche de la Lumière. 

mercredi 8 septembre 2021

J'aime bien la généalogie de Jésus, parce que dedans, il n'y a pas que des flèches. 

On trouve des gens qui ont commis de graves erreurs, des péchés grossiers, 

qui ont été faibles, envieux, jaloux ou injustes, attirés par la gloire, l'argent ou la luxure, 

mais, en fin de comptes, rien de tout cela n'a pu empêcher le plan de Dieu de se réaliser.

mardi 7 septembre 2021

Aimer tout le monde, déjà avec l'aide de Dieu, c'est difficile.

Mais alors sans son aide, seul face à tout ce que le monde a d'injuste, 

de ridicule, d'insupportable, de décevant, de dégoûtant, de méprisable ou d'inhumain... 

Franchement non, je ne pense pas qu'on puisse s'en sortir sans son aide.

lundi 6 septembre 2021

"Ce qui reste à souffrir des épreuves du Christ dans ma propre chair, 

je l'accomplis dans son corps qui est l'Église"... 

Qu'est-ce qui peut manquer aux épreuves du Christ ? 

Est-ce qu'il n'a pas souffert assez ? 

Est-ce qu'il a besoin de notre souffrance pour compléter la sienne, qui n'aurait pas suffit ? 

Est-ce que la rédemption passe par nous, et par nos efforts personnels ? 

Eh bien, oui et non.

La souffrance des épreuves du Christ a été plus que suffisante pour nous sauver, 

c'est à dire que, par sa mort et sa résurrection, le Christ a rouvert les portes du Royaume de Dieu, 

et désormais toute personne qui désire y entrer est la bienvenue.

Mais Jésus ne peut pas nous forcer à bien vouloir entrer dans ce Royaume, 

le choix durant notre vie de l'amour de Dieu et du prochain étant libre et propre à chacun.

Ainsi, les épreuves du Christ ont-elles suffit à donner pleinement la rédemption ? Oui.

Mais faut-il que chacun fasse cependant l'effort de l'amour, durant sa propre vie,

quel qu'en soit le coût, pour participer au salut obtenu par le Christ ? Oui.

C'est en cela que nous complétons, "en tant que membres du corps qu'est l'Église,

ce qui reste à souffrir des épreuves du Christ" : qu'elles n'aient pas été supportées en vain, 

mais qu'elles nous soient bénéfiques, par notre acceptation du Royaume de Dieu

signifié quand nous agissons par amour au cours de notre vie.

dimanche 5 septembre 2021

Jésus n'est pas un pansement censé remplacer tout ce que la médecine peut nous apporter de bon. 

samedi 4 septembre 2021

Quand on s'est éloigné de Dieu, revenir à l'église, c'est très bien, évidemment, 

mais il faut aussi penser à lui demander pardon, tôt ou tard, de l'avoir abandonné. 

On tient pour acquis qu'il est forcément content de nous voir revenir, 

mais l'entendre nous dire "je te pardonne tous tes péchés" au confessional, 

ça aide à guérir du manque qu'on a connu quand on était loin de lui. 

vendredi 3 septembre 2021

            Aujourd'hui, Jésus nous parle de son absence prévue : des jours viendront où l'Époux leur sera enlevé. Comme il est triste de rencontrer, parfois, des chrétiens déistes, qui ne connaissent rien de Jésus, mais pour lesquels la foi consiste à croire que "là-haut, y'a quelque chose", et rien de plus. Dieu est venu parmi nous. Il a vécu au milieu de nous, et ses disciples l'ont vu, touché, entendu, ont mangé et bu avec lui. Il fut deux temps où Dieu se promenait librement au milieu de nous : au jardin d'Éden, avant que nous n'en soyons expulsés ; et en Terre Sainte, avant qu'il ne retourne auprès du Père. Le Dieu en qui nous croyons n'est pas juste "quelque chose" dans les nuages, ni même simplement le Créateur ou le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, non, il a demeuré parmi nous, il est devenu l'un de nous, il a pris chair, s'est fait homme, et nous avons vu son visage. 

            Nous ne sommes pas nés au bon endroit ni à la bonne époque pour le rencontrer. Doit-on pour autant en être affecté, et regretter d'avoir raté le coche ? Rien n'est moins sûr. Ils sont rares, ceux qui ont tout quitté pour le suivre quand Dieu était parmi nous. Beaucoup plus nombreux sont ceux qui n'en avaient rien à faire, ou pire, qui voulaient le faire taire et se débarasser de lui au plus vite. Et il faut aussi considérer que, même pour ses disciples, tout n'était pas si évident que ça. Il a fallu huit siècles à l'Église pour comprendre, au rythme des sept conciles oecuméniques, qui était réellement Jésus et ce qui s'était passé. Si certains parmi ses disciples le comprenaient mieux que d'autres, il n'en restait pas moins des zones d'ombre ou des incompréhensions, ce qui est un minimum : Dieu qui se fait homme, personne ne l'avait vu venir. Digérer cette information et en comprendre le contenu et la portée, ça ne se fait pas en deux minutes. Nous avons la chance d'avoir 2000 ans de réflexion derrière nous, ce qui nous facilite la tâche.

            De plus, grâce à Dieu, même si Jésus n'est plus présent aujourd'hui corporellement (mais l'est toujours, auprès de son Père, en attendant de revenir nous chercher), il nous reste un moyen tout à fait valide pour demeurer en sa présence, qui s'appelle la liturgie. Par les sacrements, nous recevons l'Esprit Saint, nous communions au Corps et au Sang du Christ, il se trouve au milieu de nous dès que deux ou trois se réunissent en son nom pour prier, et partout où se trouve un tabernacle plein. Alors bien sûr, ces rencontres sont couvertes du voile de la chair, qui fait que nous ne n'avons pas la claire vision de ce à quoi nous assistons, mais la Foi nous permet cependant de savoir que nous n'en sommes pas moins en sa présence réelle. Dieu est parmi nous, encore aujourd'hui. Encore faut-il aller le voir là où il est véritablement présent, sous une forme sacramentaire. 

            L'Époux nous a été enlevé, d'une certaine façon. Mais pour ce qui est de jeûner, nous n'y sommes pas forcés (ouf !) : il demeure sacramentellement certes, mais néanmoins réellement, au milieu de nous. Il ne tient qu'à nous d'aller le voir et de profiter de sa présence. Dieu n'abandonne jamais ceux qui le cherchent. 

jeudi 2 septembre 2021

Avoir la foi, ça ne signifie pas croire n'importe quoi, 

pas plus que ça ne signifie refuser de faire usage de raison. 

mercredi 1 septembre 2021

Devant une question, une fois qu'on a trouvé une réponse qui nous satisfait, 

en général, on ne va pas chercher plus loin et on l'adopte comme nôtre.

Et comme personne n'aime changer d'avis, et encore moins reconnaître qu'il s'est trompé, 

on va défendre cette opinion avec conviction, juste parce qu'on l'a adoptée, 

et même quand on n'a absolument pas les moyens de prouver qu'elle est juste et bonne.

mardi 31 août 2021

Quand on lit qu'il y aura un jugement personnel et un jugement dernier pour tous, 

on entend spontanément "condamnation" au lieu de "jugement". 

Il faut en fait entendre "justice", parce que Dieu est un juste juge, 

qui ne se laisse pas impressionner par les excuses superficielles mais qui lit le fond des coeurs.

lundi 30 août 2021

On a tous quelque chose de pharisien en nous, 

et le risque est d'autant plus grand qu'on est plus fidèle et pratiquant. 

Cette impression qu'on doit être protégés par Dieu parce qu'on est de son côté, 

et qu'on est quand même un peu au-dessus des autres, 

qui ne le connaissent pas ou qui ne lui sont pas aussi fidèles que nous...

Ces petits arrangements qu'on fait avec notre conscience, 

en considérant qu'on a des sortes de bons pour faire des choses pas très claires

parce qu'on a suffisamment de crédit par ailleurs avec ce qu'on fait de bien... 

Ce respect sincère mais obtus des traditions et de notre formation, 

qui fait que quand quelqu'un n'entre pas dans le cadre liturgique ou théologique qui nous plait, 

ça le disqualifie sans discussion dans notre esprit, et qu'on n'essaie même pas de l'écouter... 

Non, vraiment, il faut faire attention, on a tous quelque chose de pharisien en nous.

Il ne faudrait pas que ça tue l'humilité à laquelle on reconnait les vrais disciples de Jésus-Christ, 

et qui fait qu'on croit sincèrement que tout le monde et n'importe qui est meilleur que nous, 

que Dieu ne nous doit rien et qu'on doit, au contraire, 

faire appel à son pardon et à sa miséricorde en tous temps et jusqu'à notre dernier souffle.

dimanche 29 août 2021

Le chrétien n'est pas déiste. 

Sa foi ne repose pas en un dieu invisible, inatteignable et lointain, 

mais en Jésus-Christ, Dieu fait homme, venu parmi nous, 

que ses disciples ont pu voir, entendre, toucher, avec qui ils ont mangé, bu, travaillé, etc etc...

Dieu s'est fait homme, nous avons vu son visage, et c'est en lui que nous avons mis notre foi.

samedi 28 août 2021

Ce n'est pas parce que quelque chose est simple que c'est facile.

Être admis dans le Royaume de Dieu, c'est simple : 

il suffit d'aimer Dieu par-dessus tout et son prochain comme soi-même.

Mais aimer Dieu par-dessus tout et son prochain comme soi-même, 

ce n'est pas facile à faire. 

vendredi 27 août 2021

C'est formidable, les réseaux sociaux. 

Tout le monde peut y devenir docteur en tout et spécialiste en n'importe quoi, 

et n'importe quel avis a la même valeur que n'importe quel autre avis.

Ainsi, que la personne qui poste soit honnête ou malhonnête, capable ou incapable, 

saine d'esprit ou secouée du bulbe, avec une bonne intention ou une mauvaise, 

du moment que son avis est repris et transmis au plus grand nombre, il devient crédible.

Et plus on y est connecté, moins on sait ce qu'on pense soi-même, ou ce qu'on doit penser, 

tant l'accumulation de messages contradictoires est déroutante. 

Non, vraiment, pour ne plus rien comprendre au monde et ne plus rien savoir de sûr et certain, 

c'est formidable, les réseaux sociaux. 

jeudi 26 août 2021

Ce ne sont pas nécessairement les personnes les plus compétentes 

à qui on demande de remplir des fonctions de prises de décision de haut niveau dans l'Église.

Parfois, il peut arriver que ça soient les personnes les plus ambitieuses, 

dont la seule qualité est d'avoir pris bien soin de se faire remarquer 

par ceux qui pouvaient les nommer à des postes de responsabilité.

Mais il peut aussi arriver que ça soient les personnes qui aiment le plus le Christ,

et qui, à cause de ça, sont prêtes à abandonner le confort d'une vie relativement privée et libre,

pour se mettre au service de l'Église à un poste beaucoup moins confortable

qu'elles n'avaient pourtant ni demandé, ni ambitionné, ni même désiré, 

et qu'elles n'acceptent que par obéissance et esprit de sacrifice, 

là où beaucoup d'autres ont refusé avant parce qu'elles ne voulaient pas d'ennuis ni de soucis.

mercredi 25 août 2021

Connaître l'Église au plan historique, ou parce qu'on travaille pour elle, 

ou parce qu'on fréquente des monastères ou des paroisses, c'est une chose.

Mais avoir une vraie vie spirituelle, fondée sur une fréquentation quotidienne de Dieu, 

sur la prière, la méditation, les sacrements et la parole de Dieu, c'en est une autre. 

Or vivre en chrétien, c'est correspondre au second, pas au premier. 

mardi 24 août 2021

Plus on aime de gens différents, provenant d'autres cultures, couleurs, religions, etc etc...,

moins on risque d'être raciste, ou de se contenter de préjugés négatifs envers qui que ce soit.

Rien d'étonnant que quelqu'un qui n'est jamais sorti de son village 

et qui ne connait qu'une population homogène ait, en revanche, 

beaucoup de difficultés à comprendre ou accepter quelqu'un de différent. 

lundi 23 août 2021

Résister, n'est pas, de soi, quelque chose qui serait toujours positif par principe.

Si je résiste à l'information, à l'intelligence, à l'amour du prochain ou au bien commun, par exemple,

ça ne fait de moi ni un héros ni un exemple à suivre, 

mais juste un ignorant satisfait, qui n'a que faire des autres et ne pense qu'à ses propres intérêts. 

dimanche 22 août 2021

Nul ne peut prétendre aimer Dieu, qu'il ne voit pas, s'il est incapable d'aimer son prochain, qu'il voit.

L'une des spécificités du christianisme, 

c'est d'avoir indissolublement lié l'amour de Dieu et du prochain en un seul commandement.

Ainsi, ceux qui pensent être des héros de la foi, voire des martyrs en puissance, 

parce qu'ils méprisent la valeur de leur propre vie et la mettent en danger volontairement, 

au risque de mettre en danger celle des gens qui peuvent entrer en contact avec eux, 

et qui eux, n'ont rien demandé et n'ont aucunement l'intention de mourir ni de tomber malades, 

non seulement ne sont pas des martyrs, mais ils n'agissent même pas en chrétiens. 


samedi 21 août 2021

C'est curieux, la rhétorique de la pureté.

Beaucoup de thérapies alternatives / soins bien-être proposent de nous purifier, 

comme si nous étions naturellement à moitié moisis sur pattes. 

De la même façon, pour certains, la religion est un moyen d'obtenir une purification,

comme si nous n'étions constitués que d'une agglomération grouillante de péchés visqueux. 

Dieu seul est saint, soit. 

Mais ne pas être Dieu ne signifie pas qu'on soit nécessairement répugnant ni haïssable.

"Dieu vit tout ce qu'il avait créé. Et tout cela était très bon."

Il faudrait s'en souvenir, parfois, au lieu de considérer que, par définition, 

tout le monde serait à la base impur et condamnable.

vendredi 20 août 2021

Un sacrement, c'est la Parole de Dieu qui se matérialise pour exécuter une action donnée. 

jeudi 19 août 2021

Jésus a dit à ses disciples : "prenez et mangez", durant la dernière cène.

Il ne leur a pas dit : "ouvrez la bouche et surtout ne touchez à rien, bande de dégoûtants". 

Je ne vois pas comment le fait de recevoir le corps du christ dans la main pourrait être sacrilège, 

quand c'est ce que Jésus lui-même a fait avec ses disciples. 

Être plus chrétien que le Christ, est-ce bien raisonnable ? 

mercredi 18 août 2021

Être chrétien n'a aucune raison d'être incompatible avec le fait d'avoir du bon sens. Par exemple,

ce n'est pas parce que j'ai la foi que je peux conduire les yeux fermés, tant que je prie le chapelet.

Je peux prier le chapelet en conduisant, si ça me plait. Mais les yeux ouverts.

On a trouvé la lumière du Christ, ok, mais ce n'est pas censé faire de nous des illuminés, 

c'est à dire des gens qui ne croiraient que ce qui est contenu dans la bible, 

à l'exclusion de tout ce que le génie humain a pu découvrir et concevoir avant, pendant et après. 

mardi 17 août 2021

Tout le monde est invité au repas du festin de Dieu dans son royaume, qu'on appelle le paradis ?

Oui, tout le monde est invité, mais tout le monde n'y participera pas.

Ceux qui n'ont pas le temps pour ça, parce qu'ils ont d'autres trucs à faire, n'y entreront pas.

Ceux qui y entrent mais dont la tunique n'est pas immaculée ou, pour le dire autrement, 

dont la sincérité et les actions sont discutables, 

sans la moindre volonté de s'amender ou de demander pardon, 

se feront expulser aussi vite qu'ils y sont entrés. 

Oui, nous sommes tous invités au Royaume de Dieu. 

Mais si ça ne nous intéresse pas, si nous ne nous efforçons pas de nous y préparer 

en mettant en pratique les commandements laissés par Jésus Christ, 

si nous ne recherchons pas son pardon 

chaque fois que nous péchons contre Dieu ou contre nos frères,

alors nous n'y passerons pas l'éternité, 

selon l'avertissement très clair et sévère que Jésus lui-même nous a laissé.

lundi 16 août 2021

On peut être chrétien tout en étant pécheur : 

c'est la condition première de tout être humain, de toutes façons. 

Mais une chose est d'être pécheur, une autre de relativiser l'importance du péché

pour ne pas se sentir en porte-à-faux avec nos actions mauvaises. 

Que nous soyons tous pécheurs, certes.

Mais ça ne doit pas être une raison pour ne pas reconnaître le mal intrinsèque du péché, 

ni pour renoncer à en dénoncer la perversité, 

quand bien même nous y aurions nous-même succombé, ce qu'à Dieu ne plaise. 

dimanche 15 août 2021

Si l'Église ne propose plus un idéal moral clair et univoque, 

les personnes qui cherchent à suivre un chemin balisé dans leur vie iront le chercher ailleurs. 

C'est la raison pour laquelle la survie même de l'Église en tant qu'institution 

est profondément incompatible avec le relativisme moral, 

ainsi qu'avec l'ignorance des principes moraux qui sont les siens depuis sa création. 

samedi 14 août 2021

Toute généralisation est, par nature, mensongère, 

en particulier quand elle s'adresse à une origine géographique, historique, ethnique ou religieuse.

On trouve des braves gens partout, en vérité. 

Des imbéciles ou des malhonnêtes aussi, d'ailleurs. 

Mais leur cas reste toujours personnel, et ne saurait être appliqué sans discernement 

à tous ceux qui partagent avec eux quelque caractéristique que ce soit. 

vendredi 13 août 2021

Je ne sais pas comment ceux qui sont totalement dépourvus de générosité

peuvent parvenir jusqu'à Dieu, 

ni même espérer le comprendre un tant soit peu. 

jeudi 12 août 2021

Avoir la Foi ne signifie pas être crédule, ni avaler n'importe quoi sans discernement.

On croit que Jésus est ressuscité, et qu'il est le Fils de Dieu.

Du coup, on croit en ce qu'il nous a enseigné.

Mais ça ne veut pas dire qu'on doit être superstitieux ou faciles à duper, 

ni qu'on doit prendre tout ce qui passe sur internet pour parole d'évangile.

mercredi 11 août 2021

On devrait se méfier quand on croit tout savoir sur tout : 

c'est à ça qu'on reconnait ceux qui ne savent quasiment rien. 

mardi 10 août 2021

 Le pire quand on vit loin de Dieu, c'est qu'on pense vivre librement, alors qu'on est juste perdus.

lundi 9 août 2021

On peut avoir plusieurs objectifs secondaires dans la vie, mais on n'a qu'un seul but final, 

qui est de choisir de passer l'éternité dans le royaume de Dieu qu'on appelle le paradis.

Pour parvenir à ce but, il faut s'efforcer de mettre en pratique les commandements de Dieu,

afin d'être prêts à recevoir les sacrements qu'il nous a donnés, le plus fréquemment possible.

Tant qu'on a cette boussole dans la tête et dans le coeur, 

on ne risque pas de se perdre sur le chemin de la vie.

Si on ne l'a pas, on court dans tous les sens comme des canards sans tête, 

attirés par telle envie, tel besoin, telle chose pressée ou tel stimulus qui nous titille,

et notre vie devient celle de l'âne dirigé à la carotte et au bâton sans même qu'on en ait conscience.

dimanche 8 août 2021

Pour le péché comme pour tout le reste, il n'y a que la première fois qui coûte.

C'est pourquoi, au moins pour les péchés graves, 

on ne doit jamais laisser cette première fois avoir lieu.

samedi 7 août 2021

Faut-il que l'amour de Dieu soit incommensurable 

pour qu'il se fasse homme pour nous sauver, 

et qu'il le demeure ensuite pour l'éternité !

vendredi 6 août 2021

Homo sum : humani nihil a me alienum puto

Je suis Homme : j'estime que rien d'humain ne m'est étranger. (Terence, IIème s. av.JC)

J'aime bien cette phrase, tirée d'une pièce de théatre comique.

Mais elle serait bien difficile à prendre au sérieux aujourd'hui, 

où on doit toujours prendre parti et avoir une opinion définitive sur tout et sur rien, 

ce qui conduit, que l'on en soit conscients ou pas, 

à rejeter toute la partie de l'humanité qui pense ou agit différemment de nous. 

Être humain sans s'amputer d'aucune de nos capacités de réflexion ou de connaissance, 

c'est accepter l'universalité, c'est à dire le droit qu'a la Vérité de n'être l'esclave de personne,

et non pas créer des communautarismes, qui sont par définition bornés et limités.

jeudi 5 août 2021

Quand on ne considère plus un autre être humain comme une personne à part entière, 

mais simplement comme une ressource comme une autre, utilisable comme bon nous semble, 

c'est le signe qu'on a soi-même perdu une part importante de notre humanité

qui s'appelle l'empathie. 

mercredi 4 août 2021

Tant que nous sommes sur cette terre, 

la persévérance dans la Foi est l'une des vertus les plus nécessaires.

Quand nous serons arrivés au Royaume de Dieu, nous n'en aurons plus besoin, 

mais en attendant, elle nous est aussi utile que le canot de sauvetage l'est au naufragé.

mardi 3 août 2021

            On voit régulièrement Jésus prier. Petit déjà, il participe aux pélerinages à Jérusalem et prend plaisir à rester dans le temple. Avant de commencer à prêcher le Royaume de Dieu, il passe 40 jours au désert en prière. Et régulièrement, il part dans la montagne, seul, pour prier, ou y va avec ses disciples quand il voit qu'ils ont besoin de repos. 

            Prier, c'est parler avec Dieu. Mais pour beaucoup de monde, c'est surtout lui demander son aide, pour tout et n'importe quoi. On lui demande pour retrouver un animal domestique perdu ; pour réussir un examen ; pour la santé ; pour le travail ; pour régler une situation politique ; pour favoriser telle ou telle personne, etc etc... Bref, très souvent, on demande à Dieu un coup de pouce, une faveur, quelque chose qu'il pourrait faire pour nous, et qui accroîtrait, il faut qu'il en soit conscient, le crédit qu'on porte à son existence et à l'intérêt qu'il dit avoir pour nous. D'ailleurs, une critique qui revient toujours, c'est "si Dieu existait, il n'y aurait pas de guerre, pas de misère, ni de pauvreté, ni de faim" etc etc... Bref, s'il existait il devrait nous servir de pansement, et régler lui-même toutes les conséquences de nos actions mauvaises et égoïstes. Nous, on fait ce que bon nous semble, sans tenir compte de ses commandements ni des enseignements du Christ. Et lui, il répare les dégâts, et tout le monde est content. On serait même prêts, à ces conditions, à lui rendre un culte de temps en temps, pas trop souvent, bien sûr, mais une ou deux fois par an, enfin les années où on a le temps pour ça. Mais bon, déjà, qu'il fasse un effort, et après on verra si on va à ses trucs à lui ou pas.

            Alors, surprise et stupéfaction, la prière ne sert pas à commander à Dieu de faire le ménage derrière nous. En fait, d'après celle que Jésus nous a enseignée, elle sert surtout à demander à Dieu d'avoir le courage et la persévérance nécessaires pour mettre en pratique ses volontés, et pour que nous nous mettions au service de sa Parole. On demande la force de faire non pas notre volonté, mais la sienne, et celle de Jésus, qu'il a envoyé parmi nous. Voilà le but de la prière chrétienne. On demande à Dieu de changer notre coeur de pierre en coeur de chair. On lui demande de nous donner plus de compassion, de miséricorde, de capacité à pardonner, de générosité, bref, d'amour de Dieu et du prochain. On lui demande, bien sûr, qu'il nous donne ce dont nous avons besoin pour vivre, afin de ne pas avoir à nous en préoccuper et de pouvoir être tout entier à son service, dédiés à l'adoration et à la louange. Et, afin de ne pas être orgueilleux ni exigeants plus que de mesure, on conclut en demandant que sa volonté soit faite : c'est à lui de décider de ce qu'il nous donne, selon le besoin qu'il sait être le nôtre. 

            La prière chrétienne, c'est parler avec Dieu. C'est vrai. Mais pour nous mettre à son service, pas pour exiger de lui qu'il soit le génie de la lampe qui doit nous obéir en toutes circonstances.

lundi 2 août 2021

Quelle est la place de Dieu et la nôtre dans le plan du Salut ? 

Lui nous donne les moyens, par ses dons qu'on nomme des sacrements, de parvenir jusqu'à lui.

Nous, par l'accomplissement, au mieux de nos capacités, de ses commandements, 

nous essayons d'être dignes de les recevoir sans commettre de sacrilège, 

et il nous reste ensuite à nous approcher de l'autel pour les recevoir en temps voulu. 

Ainsi, la volonté de Dieu de nous sauver rencontre notre volonté personnelle de nous saisir du Salut.

dimanche 1 août 2021

Je vois de plus en plus de chrétiens "de toute la vie" sacrifier à la mode actuelle de la crémation, 

sans se poser trop de questions, entrainés par des raisons économiques ou par l'exemple.

Pour rappel, quand on est chrétien, on croit à la résurrection des morts.

Comment et quand ? Je ne sais pas, mais en tous cas Jésus est ressuscité avec son corps d'ici-bas, 

transformé certes, mais pas avec un autre corps tout neuf sorti on ne sait d'où.

C'est la raison pour laquelle, dans la tradition chrétienne, il n'a jamais été question de crémation, 

mais qu'on conserve les corps dans un lieu dont le nom, "cimetière", signifie "dortoir", 

parce qu'on attend le jour de notre résurrection, qui est l'un des éléments essentiels de notre foi. 

samedi 31 juillet 2021

Toute personne qui pense qu'aimer Dieu est compatible 

avec le fait de mépriser qui que ce soit

est totalement dans l'erreur.

vendredi 30 juillet 2021

Le fait que l'amour de Dieu est indéfectiblemet lié à l'amour du prochain 

est la perle de la révélation chrétienne, 

le trésor caché qui vaut la peine de vendre tout ce qu'on possède pour l'acheter.

La religion chrétienne est l'écrin dans lequel ce trésor est conservé, 

qui le met en valeur et dans lequel il peut donner tout son éclat.

jeudi 29 juillet 2021

Ça me fait toujours grincer des dents quand j'entends quelqu'un se vanter d'être hédoniste.

Consacrer toute sa vie à la recherche des plaisirs subtils de la chair, quelle perte de temps ! 

Tout ce qui est terrestre restera dans la terre. Seul ce qui est céleste montera aux cieux. 

Comme il est plus utile de chercher les biens spirituels !

Eux, au moins, constituent un trésor que ni la mite ni le voleur ne pourra jamais nous enlever, 

et ils nous précèdent sur le chemin de la Vie Éternelle !