Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

mercredi 31 juillet 2013

Sans la foi dans la résurrection du Christ, et donc dans la nôtre à venir,
alors l'Eglise et le message de l'Evangile sont dévitalisés, vidés de leur substance,
et l'Eglise ne devient plus qu'une ONG parmi tant d'autres.
Mais non! Le Christ est ressuscité,
et l'Eglise est l'épouse bien-aimée de Dieu, la demeure du Saint Esprit,
le peuple que Dieu s'est acquis!

mardi 30 juillet 2013

Pour devenir riche d'argent, il faut penser à soi en premier,
pour devenir riche d'amour, c'est aux autres qu'il faut d'abord penser.

lundi 29 juillet 2013

Si je devais être opéré, et que le chirurgien me semble incompétent,
je n'irais pas pour autant chercher un plombier ou un boucher pour le remplacer :
je chercherais juste un autre chirurgien, qui me convienne.
C'est la même chose quand on a besoin d'un prêtre :
si on pense que celui qu'on a trouvé est incompétent,
c'est un autre prêtre qu'il faut chercher alors,
et non pas n'importe qui dans n'importe quelle religion.
Les défauts des autres sont une mine d'or
quand il s'agit de s'en inspirer
afin de ne pas les reproduire soi-même.
"Est-ce que vous êtes un prêtre de Jean-Paul II ?"
m'a-t-on demandé cette semaine.
Même si je comprends le sens (pervers) de la question,
je n'en approuve pas le principe.
On n'est pas prêtre de Jean-Paul, Benoit, François ou un autre,
on est prêtre de Jésus-Christ et de l'Eglise Catholique.
C'est tout.
Ne rechercher le bonheur que pour cette vie terrestre,
guidés par notre seul instinct et la satisfaction de nos désirs immédiats,
c'est inévitablement voué à l'échec :
en effet le bonheur n'est pas juste une succession de petites satisfactions éparses,
souvent frustrées et de plus en plus rares et lointaines à mesure qu'on vieillit,
soumises aux aléas de la maladie, de la pauvreté ou de l'abandon.
Au contraire, c'est une paix qui, guidée par la foi, l'espérance et la charité,
ne craint ni les difficultés, ni les pertes, ni la mort elle-même.
On ne peut donc le trouver vraiment que s'il vient de Dieu et va à Lui,
bref, que s'il a les pieds sur terre mais le nez dans la vie éternelle.

dimanche 28 juillet 2013

Dieu nous donne toujours ce qu'on Lui demande, à une condition :
il faut Lui demander ce qu'Il veut nous donner.
Ça a l'air idiot mais ça ne l'est pas :
une prière qui serait puérile, faite par haine, égoïsme, ou radinerie
a bien peu de chances d'aboutir...
En revanche, "que Ta volonté soit faite", ça marche très bien.
"Dieu premier servi".
Voilà une règle de vie saine pour le dimanche, mais pas seulement :
pour chaque jour de notre vie.
Il y a un âge du corps,
il y a un âge de l'esprit.
Il est de plus en plus rare que les deux coïncident.
Si ce que l'on dit peut aider, soulager, guider, éclairer ou réconforter quelqu'un,
alors il faut parler, même si, en vérité, on aime plutôt se taire.

samedi 27 juillet 2013

La jalousie et la haine peuvent déformer jusqu'à le rendre méconnaissable
n'importe quel visage, même celui d'un ange s'ils en avaient un.
On ne peut pas se permettre d'héberger ce genre de sentiments,
dont rien de bon ne peut jamais sortir.
Exiger des autres ce qui n'a de la valeur
que quand c'est donné librement et sans contraintes
ne peut mener qu'à la frustration,
une frustration infantile et capricieuse.
L'amour est toujours et nécessairement un cadeau.
La capacité à trouver beau et à apprécier même ce que notre esprit ne comprend pas
est sans doute quelque chose d'important pour ouvrir ce même esprit
tant dans le domaine artistique qu'intellectuel ou même religieux.

vendredi 26 juillet 2013

La sagesse est certainement indissociable de l'âge,
dans la mesure où seules les expériences pratiques qui valident ou non la théorie
nous permettent de discerner le vrai du faux au long de notre vie, et ça prend du temps.
En revanche, on peut parfaitement prendre de l'âge
tout en restant parfaitement idiot et ignorant :
il suffit d'être obtus et fermé à toute remise en question. 

jeudi 25 juillet 2013

Quand on est guidé par la peur,
on fait facilement aux autres
ce qu'on craint que les autres nous fassent.
Saint Bernard appelle la Vierge Marie "l'aqueduc de la grâce".
C'est bien ce qu'elle est : elle ne retient pour elle aucune des grâces de Dieu.
Elle court aider Elizabeth quand elle apprend par l'ange qu'elle est enceinte,
au lieu de penser à elle, et elle nous donne son fils,
faisant ainsi profiter l'humanité entière du don que Dieu lui a fait...
Il nous faut apprendre d'elle à partager, nous aussi, ce que nous recevons de Dieu :
dons, réussite, qualités, amour, bref tout ce qu'Il veut donner au monde à travers nous
et que nous sommes souvent tentés de garder seulement pour nous-même.

mercredi 24 juillet 2013

Qu'il est difficile de trouver le bonheur
pour qui rejette systématiquement
la faute de ses échecs et de ses malheurs sur les autres !
Tout appel de Dieu (vocation sacerdotale, religieuse ou de service,
don de guérison, dons charismatiques divers, visions, apparitions...)
doit être confirmé par l'Eglise pour que son authenticité soit établie.
Ce n'est pas un luxe inutile :
sans cet acte d'humilité,
nombre de gens ont fini par se prendre pour Dieu,
et par faire au final beaucoup plus de mal que de bien.
La souplesse est souvent confondue avec la faiblesse,
et la rigidité avec la force.
En fait, c'est exactement l'inverse :
la souplesse est supérieure en tous points à la rigidité en matière militaire.
J'ai dit souplesse : pas couardise, relativisme ou j'm'enfoutisme.

mardi 23 juillet 2013

Quand l'orgueil se développe anarchiquement dans un esprit,
ça ne laisse que très peu de place pour la connaissance,
et aucune pour la sagesse.
C'est en acceptant de laisser la théologie converser librement
avec des auteurs grecs païens comme Platon ou Aristote,
persan comme Avicenne ou musulman espagnol comme Averroès,
que saint Thomas d'Aquin a pu approfondir cette même théologie,
et faire progresser la vérité en discernant la sagesse venue d'autres hommes.
L'ouverture d'esprit est indispensable à la connaissance véritable de Dieu.

lundi 22 juillet 2013

Être naïf ne prépare pas aux inévitables difficultés de la vie.
Être cynique empêche d'en voir les beautés.
Le chemin qui évite ces deux écueils est étroit.
Comment savoir si une amitié est bonne ?
C'est tout simple. Si elle l'est, alors elle bonifie ceux qui la partagent.
Si elle est malsaine, elle les dégrade.

dimanche 21 juillet 2013

Comment aimer quelqu'un sans le respecter ?
Comment le respecter si on le juge et qu'on le condamne ?
Juger son prochain est toujours quelque chose de grave,
même quand on le fait par simple préjugé,
sans seulement le connaître.

Si nous étions immortels, alors on pourrait s'occuper en priorité
de ce qu'on mange, de notre maison, de notre travail, de nos vacances,
bref de tous les petits détails de la vie quotidienne.
Mais parce que nous sommes mortels,
et que nous sommes sur terre pour faire un choix
qui déterminera les conditions de toute notre vie éternelle,
notre priorité doit être l'écoute de la Parole de Dieu
et sa mise en pratique,
c'est à dire le choix d'aimer Dieu et son prochain comme soi-même.
On aura bien le temps, une fois ressuscités, de privilégier
toutes ces petites occupations qui veulent déjà remplir notre vie ici-bas.
Un jour, une personne a écrit une lettre indignée à son curé pour lui signifier
qu'elle ne donnerait plus rien pour le denier du culte,
parce qu'il y avait eu un concert de musique arabe dans l'église...
Mon Dieu, mais si les chrétiens n'aiment plus leur prochain,
alors qui le fera?

samedi 20 juillet 2013

Peut-on être l'ami de quelqu'un qui ment comme il respire?
Absolument.
Peut-on lui faire confiance en quelque domaine que ce soit?
Absolument pas.
Le diable ne donne jamais rien pour rien.
D'ailleurs, donner est un mot qui ne fait pas partie de son vocabulaire.
Il vend.
Et le prix qu'il exige de sa marchandise, quelle qu'elle soit, c'est notre vie.

vendredi 19 juillet 2013

Si le diable veut s'approprier notre vie, c'est parce que lui n'est ni mort ni vivant.
Mais quand il parvient à arracher une vie, elle lui meure dans les doigts...
Faut-il qu'il soit bête, pour ne pas avoir encore compris
que sans Dieu, la vie n'est pas viable...

jeudi 18 juillet 2013

Pour connaître le bonheur sur terre, il y a une condition essentielle :
ne pas se laisser tenter par le "complexe du Christ" :
vous savez, quand on se sent responsable de tous les malheurs du monde
comme s'il était de notre ressort et dans nos possibilités
d'y mettre fin par notre seule volonté ou par nos actions,
endossant ainsi un rôle qui n'appartient qu'à Dieu...

L'humilité est la première vertu du sage.

mercredi 17 juillet 2013

L'espoir et l'Espérance chrétienne sont deux choses différentes.
L'espoir ne se fonde sur rien de tangible,
mais seulement sur un vœu pieux ou une velléité :
"j'aimerais que...", "ce serait bien si...", "si seulement"...
L'Espérance, elle, se fonde sur une promesse faite par Dieu,
transmise par sa Parole,
validée par la mort et la résurrection du Christ.
Et elle mène non pas vers un produit de notre imagination,
mais vers une réalité voulue par Dieu et connue
par la foi, certes, mais connue tout de même.
Tirer orgueil de sa vocation, quelle qu'elle soit,
parce qu'elle serait supérieure aux autres?
Dans la mesure où on ne choisit ni ses qualités, ni ses défauts, ni ses goûts,
et donc pas sa vocation,
c'est totalement absurde.

mardi 16 juillet 2013

Vaut-il mieux être religieux ou éboueur?
Si on a la vocation religieuse, religieux : c'est la voie de la sainteté.
Si on a la vocation d'être éboueur, éboueur : c'est la voie de la sainteté.

lundi 15 juillet 2013

La peur d'aimer vient de la peur de souffrir,
et suit une ou plusieurs expériences douloureuses,
qu'on a vécu soit-même ou observé chez les autres.
Mais si on conçoit l'amour comme un don de soi,
et non plus d'abord comme quelque chose que les autres nous apportent,
alors cette peur n'a plus de raison d'être,
parce que même si notre amour n'est pas reconnu ni payé en retour,
en tout cas personne ne peut plus nous l'enlever.

dimanche 14 juillet 2013

Le poids des malheurs du monde est inhumain.
S'en charger les épaules en écoutant les infos
chargées de mauvaises nouvelles dont on nous abreuve sans cesse
ne les résoud pas, et peut facilement nous faire perdre toute espérance.
Les filtrer me semble être tout à fait nécessaire.
Et si l'amour et la délivrance du mal étaient une seule et même chose?
Dans ce monde-ci, ça n'est pas toujours facile à voir ni même très crédible,
mais dans le prochain, ça nous apparaitra comme une évidence.

samedi 13 juillet 2013

L'Eglise est, par simple traduction du mot, une communauté
(c'est ce que signifie le mot "ekklesia" qui est devenu "église").
Il est donc très compliqué de dire qu'on fait partie de l'Eglise
quand on ne fréquente et qu'on ne connait même pas
les membres de sa propre paroisse,
ni personne de son entourage qui soit pratiquant...
La clé de l'amour ce n'est pas le courage, ni la générosité, l'abnégation,
la séduction, l'endurance, la beauté ou l'argent, la volonté ou l'intérêt.
La clé de l'amour, c'est Dieu.
Qui vit avec Dieu ne manquera jamais de tout ce qui est nécessaire pour aimer.

vendredi 12 juillet 2013

La légalité politique et la légitimité morale sont deux choses différentes.
La morale chrétienne étant, par définition, l'imitation du Christ
et la mise en pratique de ses enseignements,
il est évident que nombre de lois politiques n'y souscrivent en aucune façon
et que, si elle sont légales, elles sont en revanche immorales.
Dieu étant la source de la vie,
le refus de la vie n'est-il pas de facto un refus de Dieu?

jeudi 11 juillet 2013

Être saint sans avoir un regard d'enfant?
Je doute que ça soit possible.
Jésus est juif. Marie est juive. Joseph est juif.
Pierre, Jacques et Jean sont juifs.
La communauté chrétienne des origines est majoritairement juive.
Prétendre être chrétien en étant antisémite? C'est rigoureusement impossible.

mercredi 10 juillet 2013

La flatterie est au manipulateur ce que l'appât est au chasseur.
Être épidermiquement crispé contre d'autres religions,
d'autres philosophies ou des pensées politiques différentes,
ce n'est pas un bon signe.
Ça révèle une peur de l'autre basée sur une ignorance plus ou moins grave
de ce en quoi on croit soi-même (on ne craint que ce qui nous met en danger).
Or, guidés par la peur (l'une des armes favorites du diable) et l'ignorance,
il est quasiment impossible de connaître Dieu en vérité et de le comprendre,
et donc de l'accepter tel qu'Il est (et pas seulement tel qu'on voudrait qu'Il soit).

mardi 9 juillet 2013

Celui qui connaît Dieu ne craint personne,
parce que toute vie est dans la main de Dieu.

lundi 8 juillet 2013

L'orgueil est capable de corrompre n'importe quelle intelligence.
Le diable en est le meilleur exemple :
lui qui est un ange, et le plus accompli de tous,
il est devenu idiot au point de croire qu'il pouvait prendre la place de Dieu.
L'amour, lui, est capable de rendre sages les simples,
sans doute parce que l'amour véritable est nécessairement humble.

dimanche 7 juillet 2013

Dans cette vie d'ici-bas, être aveugle et sourd à sa propre conscience est courant.
Mais quand on a perdu son corps par la mort,
alors on ne peut plus fermer les yeux ni se boucher les oreilles pour lui échapper.
Ça doit être quelque chose de très inconfortable, pour ne pas dire de terrible.

samedi 6 juillet 2013

Nous, prêtres, nous nous sentons responsables de l'Eglise.
Très bien.
Mais nous ne sommes pas les seuls à nous en sentir responsables.
Il y a quantité de diacres permanents, consacré(e)s, religieux(ses) et laïcs
qui se sentent tout autant responsables que nous, parfois même plus,
et qui sont, par formation ou par vocation, plus compétents dans bien des domaines.
Eux nous font confiance (souvent aveuglément) pour faire notre part.
Il est de notre devoir de leur accorder notre confiance à notre tour,
tout comme le Christ l'a accordée à ses apôtres et à ses disciples.
L'Eglise est un corps complexe, qui ne peut fonctionner correctement
que quand toutes les parts qui le constituent remplissent leur juste rôle.
Toute personne qui se croit suffisament intelligente pour pouvoir se passer de Dieu
a la tête bien plus bouffie d'orgueil que remplie de sagesse.

vendredi 5 juillet 2013

Il est beaucoup plus facile d'avoir des inconditionnels aveuglément dévoués
quand on mène les gens à soi plutôt qu'à Dieu.
Si des gens se comportaient ainsi avec moi, ça m'inquièterait.

Je ne crois pas que les moines qui partaient au désert rencontrer Dieu étaient idiots.
Le dénuement matériel, le dépouillement, la pauvreté et la pénitence,
qu'on le veuille ou non, nous aident à nous approcher de Dieu,
et ils ne peuvent pas être que virtuels, dans notre tête,
mais il faut aussi qu'ils soient incarnés dans notre vie de tous les jours
pour être efficaces.

jeudi 4 juillet 2013

Un prêtre qui n'aurait aucun goût ni aucune passion pour la liturgie,
c'est tout aussi stupéfiant qu'un chanteur d'opéra qui n'aimerait pas la musique...
J'ai connu un prêtre très riche,
qui expliquait qu'être riche n'était pas incompatible avec le fait d'être chrétien,
tant qu'on n'était pas attaché à son argent.
Mais le jour où je lui ai demandé son aide, il ne m'a pas donné un centime...
La théorie c'est bien beau, mais parfois ça sert juste à masquer nos faiblesses.

mercredi 3 juillet 2013

L'eucharistie n'est pas le tout de l'Eglise,
mais elle en est le début et la fin :
tout vient de Dieu, et tout va vers Dieu.
Être protégé par des murs, c'est aussi être retenu par eux.
La protection s'accompagne toujours d'une perte relative d'indépendance.

mardi 2 juillet 2013

Être aimé malgré ce qu'on est, ce n'est pas très réjouissant.
Il est beaucoup plus agréable d'être aimé pour ce qu'on est...
Ceux qui veulent vivre en couple devraient toujours vérifier
qu'ils sont bien dans la deuxième catégorie avant de se lancer.
Dieu aime en nous ce qui vient de Lui.
Et c'est logique, puisque Jésus nous dit que "Dieu seul est bon",
il faut donc bien que ce qu'il y a d'aimable en nous vienne de Lui.

lundi 1 juillet 2013

Jésus, avec sa manie d'aimer les pauvres et d'être pauvre lui-même,
d'avoir de la miséricorde pour les misérables,
de pardonner aux prostituées et aux voleurs et de manger avec eux,
et de refuser les honneurs, les premières places et la condamnation des pécheurs
aurait à cause de ça beaucoup d'ennemis parmi des gens qui se disent chrétiens
s'Il revenait aujourd'hui. 
Devant Dieu, rejeter la faute de nos propres péchés sur les autres ne tiendra pas.