Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

mercredi 31 décembre 2014

Il est très difficile, sans un entrainement spécifique,
d'être capable d'agir raisonnablement quand on est sous l'emprise de la peur.
C'est pour ça que c'est un état qui ne favorise pas la paix,
qui n'est possible que quand on pense avec toute sa tête 
et dans un environnement où existe une certaine confiance.

mardi 30 décembre 2014

Il y a des gens qui ne s'intéressent à toi que dans la mesure où tu t'intéresses à eux,
qu'ils sont ta priorité, et que tu réponds dès qu'ils te sifflent
pour être au service de leurs loisirs, de leurs coups de blues ou de leur ennui.
Tu n'es qu'un miroir dans lequel ils se contemplent quand bon leur semble,
une roue de secours qui ne leur sert que quand tout le reste leur fait défaut...
Ce n'est pas juste.
L'amour ou l'amitié authentique, c'est d'être reconnu et aimé pour soi-même,
pas de n'avoir de valeur que dans les services que l'on peut rendre.
Après, on est libre, si on le désire, de se faire l'esclave de qui on veut.
Mais il faut au moins être lucide sur la vérité de cette relation, 
et ne pas la confondre naïvement avec ce qu'elle n'est pas.

lundi 29 décembre 2014

Quand les non-croyants arriveront au ciel, ils seront tout surpris
et se diront "ah mais alors c'était vrai, en fait, tout ça?".
Mais ne faisons pas trop les malins, nous aussi nous serons surpris,
non par l'existence de Dieu ou du paradis ou du jugement et de toutes ces choses,
mais par l'infini, qui est une expérience à laquelle
aucune lecture, aucune connaissance, aucune foi 
ne peut nous préparer.

dimanche 28 décembre 2014

Quand on se rend compte qu'on fait des drames pour des broutilles,
et qu'on prend des verres d'eau pour des tempêtes tropicales,
c'est le signe sans équivoque qu'il est temps de prendre l'air :
partir, parfois seul, parfois loin, aussi longtemps que nécessaire,
changer, de ville, de pays, d'entourage, de hobby, voire de métier,
enfin bref prendre autant de hauteur qu'il le faut
en fonction de la gravité de la crise que l'on traverse
pour remettre les broutilles à leur juste place
et être de nouveau capable de voir les choses telles qu'elles sont véritablement. 
Bon, la plupart du temps, quelques jours de vacance suffisent, en fait...

samedi 27 décembre 2014

J'ai toujours trouvé absolument hallucinant
que des gens puissent dire qu'il "faudrait une bonne guerre"
pour régler tous les problèmes du monde, voire même la souhaiter vraiment.
Depuis quand la guerre est une solution? Et une "bonne" solution, en plus?
Quand il y a des guerres, leur résolution ne s'obtient pas par les armes,
mais par une discussion autour d'une table, tôt ou tard,
quelles que soient les étapes pour en arriver là.
Nous avons donc plus besoin de diplomates et de conciliateurs 
que du bruit des canons et de l'odeur des cadavres...

vendredi 26 décembre 2014

Quand on a peur de Dieu,
des autres religions,
des garants de la sienne propre,
de tout ce qu'on ne connait ou qu'on ne comprend pas,
de tous les gens "qui ne sont pas comme nous",
et de ses propres défauts,
il n'y a rien d'étonnant à ce qu'on se replie sur soi-même.
Je me demande même jusqu'à quel point on peut demeurer sain d'esprit,
ni comment on peut vivre normalement 
en étant cerné de toutes parts par une paranoïa aussi terrifiante.

jeudi 25 décembre 2014

Le seul pouvoir qui appartienne en propre au Christ,
de sa naissance à sa résurrection,
c'est celui de pardonner les péchés...
Ça n'a l'air de rien,
et pourtant c'est par ce pouvoir-là, et nul autre, 
que le monde et chacun d'entre nous a reçu le salut.
Dieu était tellement impatient de nous révéler qu'il n'est qu'amour
qu'il est venu parmi nous petit bébé... 
Il faut être bouché à l'émeri pour ne pas saisir le message.

mercredi 24 décembre 2014

Un mensonge, même s'il est accepté par une majorité comme une vérité, 
n'en devient pas une pour autant.

mardi 23 décembre 2014

 Seul l'instant dans lequel je me trouve existe vraiment, subjectivement parlant. 
C'est là, et là seul, qu'il faut vivre, puisque ce n'est que là que ma vie existe réellement...

lundi 22 décembre 2014

On devrait toujours traiter les autres comme s'ils devaient nous juger au dernier jour. 
Parce que, dans un certain sens, ça sera le cas.

dimanche 21 décembre 2014

"Donner sa vie pour ceux qu'on aime"...
Ce n'est pas une formule creuse.
Quand on est prêt à donner sa vie par amour de Dieu et du prochain,
il y a toujours quelqu'un qui est prêt à nous la prendre,
et pas toujours la personne qu'on avait prévu 
ni de la façon qu'on avait envisagée.

samedi 20 décembre 2014

Le chrétien n'a pas à être l'esclave potentiel du premier imbécile venu.
Ce n'est pas ça que ça veut dire, "aimer son prochain comme soi-même".
L'amour est un choix, avant d'être un devoir,
et un choix parfaitement libre, non pas une obligation,
parce que s'il ne remplit pas ces deux conditions, eh bien ça n'est pas de l'amour.
Remplir ses obligations par sens du devoir, c'est très beau, c'est très noble,
ça s'appelle du pharisaïsme (et non, ça n'est pas une insulte),
mais ce n'est pas ça que Jésus nous a demandé...
C'est ainsi que, dans le christianisme, notre seule obligation,
nous n'y sommes pas obligés...
Et dire qu'il y en a qui pensent que c'est une religion qui nous prive de notre liberté, 
et que Dieu est un tyran!

vendredi 19 décembre 2014

Dans l'ancien testament,
le prêtre est l'intermédiaire entre le peuple et Dieu,
chargé d'offrir des sacrifices à Dieu en faveur de ceux qui le lui demandent.
Dans l'Eglise catholique,
le prêtre est l'intermédiaire entre le peuple et Dieu,
chargé de lui offrir le sacrifice de son fils lors de la messe en faveur du peuple rassemblé.
Ce n'est pas d'abord un assistant social, un animateur ni un coordinateur pastoral.
D'ailleurs ces fonctions peuvent très bien être remplies par n'importe qui d'autre, 
alors que la fonction sacerdotale ne peut être remplie que par un prêtre.

jeudi 18 décembre 2014

Pour être parfaitement libres,
les gens qui souhaitent se marier à l'église devraient commencer par voir le prêtre
avant d'avoir choisi les dates, prévenu tout le monde et envoyé les faire-part.
Sinon, on peut bien leur dire tout ce qu'on veut
sur l'engagement irréversible et définitif que ça représente,
sur l'acceptation des enfants, la fidélité ou tout ce qu'on voudra,
et leur demander de réfléchir avant de se décider pour toute leur vie :
qu'ils soient prêts ou non, rares sont ceux qui feront machine arrière,
plus rares en tout cas que le grand nombre qui devrait le faire sans hésiter
après s'être rendu compte que la "petite bénédiction" qu'ils attendaient de nous 
n'a pas grand-chose à voir  avec le sacrement que nous allons leur donner.

mercredi 17 décembre 2014

Il me semble qu'il est compliqué, mais possible, d'avoir du bonheur sans plaisirs.
Extrêmement improbable, en revanche, d'avoir du bonheur sans joie.
Et rigoureusement impossible d'avoir du bonheur sans aimer personne.
Cependant, bien souvent, ceux qui sont heureux ne le savent pas, 
et ceux qui ne le sont pas ne le savent pas non plus.

mardi 16 décembre 2014

Il n'est de maux dont le temps ne prenne soin.

lundi 15 décembre 2014

Je n'arrive plus à lire les commentaires qui se sont installés partout sur internet.
Déjà, à la base, l'avis de mr. Truc ou de mme. Bidule sur tout et n'importe quoi,
ça n'a rien de fascinant, surtout quand il s'agit de litanies de lieux communs
et qu'il n'y a pas une once de réflexion personnelle ou argumentée dedans.
Mais quand en plus il s'agit de jugements débordants de fiel, de méchanceté,
d'aigreur, de jalousie, de malveillance (pour ne rien dire de la bêtise),
basés sur des réactions épidermiques, pour suivre le mouvement, ou sur des préjugés,
ça devient franchement imbuvable, et surtout, ça n'apporte rien d'autre
qu'un profond pessimisme quant à la nature humaine, 
et la tentation toujours plus séduisante de sombrer dans la misanthropie...

dimanche 14 décembre 2014

Déposer les armes avant même d'avoir combattu,
s'avouer vaincu avant que l'épreuve ait seulement commencé,
ça s'appelle de la lâcheté, ça n'a aucun autre nom.
Nombreux sont ceux qui, de nos jours, sont tentés par la lâcheté,
que ce soit devant la vie, la maladie, la douleur ou la vieillesse.
On essaye de nous vendre ça en le qualifiant de "dignité".
Le vaincu peut être digne. 
Le lâche? jamais.
Tiens, une façon simple d'avoir des moments de joie :
regarder des belles choses (des maisons, des bijoux, des endroits de rêves etc...)
et se réjouir pour les personnes qui en profitent.
Si on croit vraiment qu'on est tous frères et soeurs,
que nous somme tous les enfants d'un seul et même père, qui est Dieu, 
alors il est facile de se réjouir des bienfaits dont profitent des gens de notre famille...

samedi 13 décembre 2014

De nos jours, pour peu qu'on soit "choqué", qu'on se sente "nié dans sa différence",
"touché" par une situation, ou "discriminé" par ceux qui ne pensent pas comme soi,
on a par le fait même une légitimité pour se plaindre, surtout dans les médias.
La subjectivité la plus absolue, la sensiblerie et le relativisme
ont pris la place qu'occupaient la vérité, la raison ou le droit...
C'est assez inquiétant, quand le ressenti du premier venu
peut devenir du jour au lendemain la mesure de toute chose
et déterminer ce qu'il faut penser ou comment il faut agir, 
enfin jusqu'au prochain "choqué" ou aux prochaines plaintes...

vendredi 12 décembre 2014

Je n'ai jamais cru à la conversion des foules.
C'est bien, les rassemblements, les "temps forts", les pelerinages etc...
mais c'est dans l'intimité et la durée de l'accompagnement spirituel personnel
que se forgent les fondations qui tiennent dans la tempête 
et que se christianisent, petit à petit, tous les aspects de notre vie.

jeudi 11 décembre 2014

Il est plus facile d'être généreux
quand on se considère comme de simples gérants de nos biens 
plutôt que comme leur propriétaire.

mercredi 10 décembre 2014

Je suis content que la "faim et soif de la justice" fasse partie des béatitudes,
et que nous ayons l'assurance d'en être rassasiés au royaume de Dieu,
parce que sur terre, ça apporte plus souvent des larmes et de l'amertume 
que des consolations.
Il faut bien du temps pour que les pierres pleines d'aspérités
qui tombent dans les ruisseaux deviennent un jour des galets tout doux.
Il en faut au moins autant pour que des peuples aux cultures différentes
puissent se mélanger sans s'entretuer, 
et apprennent à s'apprécier et à s'aimer sincèrement.

mardi 9 décembre 2014

"Croire en Dieu" ne suffit pas.
Encore faut-il savoir qui Il est,
ce qu'Il a dit,
et s'efforcer de le mettre en pratique. 
Sinon, ça ne sert à rien.

lundi 8 décembre 2014

Un ami véritable, c'est un trésor qui n'a pas de prix. 
Prends-en soin, ce n'est pas un dû.

dimanche 7 décembre 2014

Pour autant que je sache, le seul qui peut vraiment sauver l'humanité, c'est le Christ.
Donc, ce ce qui me concerne, toute personne qui se présente
comme le sauveur de quoi que ce soit, de l'Eglise, d'un pays ou du monde, 
est un imposteur.

samedi 6 décembre 2014

Il t'arrive de te permettre des choses que tu interdirais à d'autres?
Mets-toi d'accord avec toi-même,
en ajustant ta façon d'agir ou ta façon de penser, ou les deux.
Il ne faudrait pas, le jour du jugement final,
si Dieu laisse ton moi intransigeant juger ton moi laxiste, 
que tu te condamnes toi-même,
comme l'a fait le roi David.

vendredi 5 décembre 2014

Il faut de tout, dans l'Eglise.
Je le répète : il faut de tout.
Parce qu'il faut que tout le monde puisse s'y sentir à l'aise,
et ça commence par le fait de pouvoir y être accueilli par des gens qui nous ressemblent.
Or l'humanité n'est pas exclusivement constituée de gens "bien nés",
bien habillés, bien éduqués, sérieux, solennels et docteurs en théologie ou en liturgie.
Il y a aussi les pauvres, les illettrés, les malades, les artistes, les simples d'esprit,
les penseurs, les ouvriers, les handicapés, les immigrés, les chômeurs,
les abandonnés, les exploités, les rejetés, les mal-vus, les souffrants etc etc...
En vérité, il faut de tout, dans l'Eglise, afin de pouvoir mener chacun à Dieu.
Il faut de tout. Même chez les prêtres. 
Être tous pareils, ça serait l'assurance de laisser des gens sur le chemin.

jeudi 4 décembre 2014

Il n'y a rien d'étonnant à la conversion d'une partie de la jeunesse à l'islam.
Ceux qui s'efforcent, en France, depuis des siècles, d'éradiquer le christianisme
en le spoliant, en le confinant à l'espace privé, en le ridiculisant ou en le calomniant
pensent que l'on peut vivre sans religion, et que c'est même souhaitable,
que c'est en quelque sorte l'état "bio" de l'humanité,
que pour être sain d'esprit il faut se libérer d'une recherche de sainteté d'esprit.
Ils se trompent, voilà tout : l'humanité n'est pas, en "état de nature", athée.
Elle est au contraire spontanément religieuse. 
Et si on fait tout pour éliminer une religion, alors c'est une autre qui fleurira.

mercredi 3 décembre 2014

À trop vouloir supprimer ce qui, dans la religion, ressemble à de la superstition,
on peut finir par éliminer aussi le sens du sacré.
Or, s'il est souhaitable de ne pas être superstitieux, 
il ne l'est pas de devenir sacrilège.
C'est par rapport à une date située dans le passé qu'on est vieux.
Et c'est par rapport à des évènements du passé, quand on en a la nostalgie, 
qu'on peut devenir vieux de coeur et d'esprit.

mardi 2 décembre 2014

C'est à la Parole de Dieu que le chrétien doit être docile, 
pas aux voix qui cherchent à le faire taire quand il la proclame.

lundi 1 décembre 2014

Dans la parabole de "j'avais faim, et vous m'avez donné à manger, etc",
Jésus ne reproche rien de ce à quoi on aurait pu s'attendre
à ceux qui sont rejetés du paradis :
ce qu'il leur reproche, ce n'est pas des péchés qu'ils auraient commis,
c'est le bien qu'ils n'ont pas fait à leur prochain.
Il faut donc faire bien attention :
la sainteté ne consiste pas tant à ne pas faire tout un tas de choses interdites 
qu'à aimer son prochain comme soi-même, en actes.
Quand on est radin, ce n'est pas qu'on manque d'argent, 
c'est juste qu'on l'aime plus que son prochain.

dimanche 30 novembre 2014

La ligne est ténue
entre partager son opinion, en cherchant à être clair et compréhensible,
ou chercher à obliger l'autre à être convaincu et à penser comme nous.
Fais attention si tu es chrétien(ne), à fortiori si tu es prêtre :
l'Evangile et son enseignement sont une invitation au salut, 
pas un fardeau qu'on aurait le droit de charger de force sur ceux qui n'en veulent pas.

samedi 29 novembre 2014

La sensibilité (ce que nos cinq sens perçoivent du monde)
est un instrument absolument indispensable dans le processus de la connaissance.
Elle nous aide à appréhender notre entourage
(avec plus ou moins de précision selon qu'on est plus ou moins sensible)
et à interagir avec lui de façon rationnelle et intelligente.
La sensiblerie, en revanche, si elle ressent aussi des sensations,
ne les fait pas passer par le circuit de la connaissance ou de la raison :
elle ne provoque que des réactions instinctives, primales ou réflexes.
Si nous avons la sensiblerie en commun avec le règne animal,
il est indispensable qu'elle devienne de la sensibilité pour agir en êtres humains.
Ce n'est pas si évident que ça en a l'air, parce que ça n'est pas automatique :
ça passe par une transmission et une éducation que devraient donner les parents
à agir en humains et non en animaux, 
guidés par la raison et non par l'instinct.

vendredi 28 novembre 2014

Un effort ou un sacrifice n'est pas, de soi, intelligent.
Je peux faire beaucoup d'efforts qui soient totalement inutiles et stériles :
par exemple en m'agitant dans tous les sens pour un résultat finalement médiocre,
ou en faisant un régime drastique qui ne me fera pas perdre de poids sur la durée.
Avant de consentir un sacrifice ou de se jeter dans l'effort,
il n'est donc pas superflu d'en analyser la pertinence
et de s'assurer que le résultat sera bien conforme à ce qu'on en attend :
rien ne sert d'accélérer en voiture pour rattraper son retard 
si on ne s'assure pas d'abord qu'on roule dans la bonne direction...

jeudi 27 novembre 2014

Il y avait un intérêt majeur, durant les trois premiers siècles du christianisme,
à ne pas avoir de bâtiments officiels pour se réunir, à ne pas avoir d'églises.
L'église, c'était juste la communauté elle-même :
soit on participait à ses rassemblements, au minimum pour l'eucharistie,
et c'est d'abord à ça qu'on reconnaissait qu'on était chrétien,
soit on ne participait à rien et on ne s'y unissait pas,
et on savait qu'on ne l'était pas.
On ne pouvait pas avoir l'illusion d'être bien assez chrétien comme ça
juste parce qu'un bâtiment dans son village ou dans sa ville s'appelle une "église" 
et qu'on y a son nom inscrit quelque part sur un registre, au fond d'un placard...

mercredi 26 novembre 2014

Ceux qui nous donnent de la joie méritent qu'on leur en donne en retour.
Ceux qui ne nous en donnent pas ne le méritent pas, 
mais il faut leur en donner quand même quand on le peut.

mardi 25 novembre 2014

Je ne sais pas si "Dieu reconnaîtra les siens", 
mais il est possible que seuls les siens soient capables de reconnaître Dieu...

lundi 24 novembre 2014

L'humanité est tellement vaste et diverse
que toute personne qui ne veut y voir que du scandale et de la méchanceté
trouvera toujours de quoi repaître son appétit,
mais toute personne qui veut être édifiée et voir des gens admirables 
les trouvera tout aussi facilement.

dimanche 23 novembre 2014

Il m'arrive d'entendre des gens prétendre qu'ils "défendent le Christ",
en s'opposant, parfois jusqu'à la violence, à des lois opposées à la morale chrétienne
ou à des gens qui ont juste le tort impardonnable de ne pas penser comme eux.
Ce sont les idoles qui ont besoin d'être défendues,
elles qui n'ont aucune façon de se défendre elles-mêmes,
parce qu'elles n'existent que dans l'esprit de ceux qui les créent.
Dieu, lui, n'a nullement besoin de qui que ce soit pour le "défendre",
il n'est ni un incapable ni une chimère!
En réalité, c'est uniquement soi-même et son mode de vie ou de pensée que l'on défend.
Ce n'est pas nécessairement un mauvais motif, d'ailleurs.
Mais il faut juste être au clair avec les véritables raisons d'être de nos combats, 
et avoir la vaillance d'en assumer la responsabilité.

samedi 22 novembre 2014

La foi chrétienne ne façonne l'individu à l'image et à la ressemblance du Christ
que si on la vit comme Lui, qui a donné sa vie pour nous par choix d'aimer.
Si on la déconnecte de l'amour de Dieu et du don de soi, 
elle n'est souvent plus qu'une vague superstition sans queue ni tête.

vendredi 21 novembre 2014

C'est étrange de tenir Dieu pour responsable de tous les maux :
la pauvreté, les guerres, les injustices, la souffrance, la mort etc etc...,
alors que le vrai coupable, lui, n'est jamais inquiété ni même cité.
Tout le mal qui arrive sur terre te révolte?
Très bien. Alors sache que le responsable s'appelle le diable, 
et l'outil qu'il a inventé pour faire tout ce mal s'appelle le péché.
J'aimerais bien que certains chrétiens changent de religion,
tellement ils sont un contre-exemple et un repoussoir pour parvenir à Dieu... 
Mais bon, on ne choisit pas sa famille, comme dit le dicton.

jeudi 20 novembre 2014

Ça m'amuse toujours quand des intellectuels s'étonnent
du fait qu'on puisse encore être chrétien de nos jours,
comme si c'était la chose la plus ringarde au monde.
Ça me fait penser à un aveugle qui se demanderait
"mais comment font-ils pour voir la lumière
alors que moi je ne vois rien, 
et que je suis très content comme ça ?"

mercredi 19 novembre 2014

Tant que l'humanité gardera un goût prononcé pour le romanesque et l'extraordinaire, 
les théoriciens du complot auront de beaux jours devant eux.

mardi 18 novembre 2014

Jésus se demandait s'il trouverait la foi sur la terre à son retour...
Si ceux qui s'acharnent à détruire l'Eglise parviennent un jour à leurs fins,
alors il ne la trouvera pas.
C'est l'Eglise qui est la gardienne et la garante du dépôt de la foi, 
elle que Jésus a fondé lui-même dans ce but.

lundi 17 novembre 2014

Il y a de nombreuses voix pour discréditer et rejeter la morale chrétienne,  
parce qu'elle est comme un caillou dans la chaussure de notre conscience.
C'est possible de la supprimer, tout comme il est possible de supprimer
le code de la route et toute règle de conduite automobile :
seulement, très prévisiblement, ça coûtera cher, ici en vies humaines, 
là en vies éternelles.

dimanche 16 novembre 2014

Couper un arbre à la racine alors qu'on est assis sur les branches,
c'est l'assurance de se retrouver par terre.
C'est la même chose quand on s'en prend au pape alors qu'on est chrétien :
on attaque la pierre angulaire que le Christ lui-même a voulue pour son Eglise,
qu'Il a choisie personnellement et confimée à maintes reprises dans les évangiles, 
mettant ainsi en péril la religion dont on prétend pourtant être les disciples.

samedi 15 novembre 2014

Le bruit du monde est d'autant plus fatigant qu'il est, bien souvent, vain et stérile.
Et si l'avenir de l'humanité était vraiment dans les étoiles?
Pas pour y aller, mais pour y envoyer des sondes, comme Voyager ou Rosetta et Philae.
Il est tout de même plus satisfaisant d'unir nos efforts pour explorer l'univers
que de nous diviser pour régner sur notre planète aux dépens des autres...
Observer le monde de loin, ça aide à relativiser beaucoup de choses.
Et quand la mission est réussie, quelle beauté, quelle émotion, quelle fierté!
Je trouve que ça réconcilie largement avec le genre humain, 
et ne serait-ce que pour ça, c'est quelque chose de salutaire et de nécessaire.

vendredi 14 novembre 2014

Est-il légitime de faire passer sa vocation avant tout le reste,
en particulier avant les personnes qui nous aiment?
Trouver le bonheur en accomplissant sa vocation, ce n'est déjà pas si facile,
mais alors le trouver sans pouvoir l'accomplir, c'est extrêmement fastidieux
à un point tel que ça tient, pour ainsi dire, du miracle.
Dans la mesure où tout être humain a droit au bonheur,
donc moi aussi bien que les personnes qui m'aiment,
alors oui, je pense qu'il est légitime d'accomplir sa vocation,
même si elle ne correspond pas aux besoins ni aux envies de ceux qui m'aiment.
D'ailleurs, s'ils m'aiment pour moi et non pour eux-mêmes, 
ils devraient, sinon s'en réjouir, au moins le comprendre et l'accepter.

jeudi 13 novembre 2014

Si ceux qui passent leur vie à observer celle des autres pour la critiquer
utilisaient tout ce temps perdu pour s'améliorer eux-mêmes,
ça fait longtemps qu'ils seraient devenus saints  
au lieu de devenir amers et détestables.

mercredi 12 novembre 2014

Les gens qui réduisent le christianisme à une morale sont rarement rigolos.
Ceux qui le réduisent à une pratique liturgique sont rarement magnanimes.
Ceux qui le réduisent à une connaissance théologique sont rarement humbles.
Mais ceux qui sont des amis proches du Christ,
parce qu'ils le fréquentent, l'écoutent et mettent sa parole en pratique, 
ceux-ci sont souvent charmants, parce qu'ils sont joyeux, bons et simples.
Le premier commandement est d'aimer Dieu par-dessus tout.
Si le deuxième, "aime ton prochain comme toi-même", lui est semblable,
le premier reste malgré tout prioritaire,
et si on ne peut prétendre aimer Dieu sans aimer son prochain,
on ne peut pas plus prétendre aimer parfaitement son prochain sans aimer Dieu.
C'est Dieu qui est la source de tout amour véritable, 
et on ne peut aimer sans aimer l'amour...

mardi 11 novembre 2014

À l'époque où on avait des prêtres en pagaille,
mourir d'épuisement le sourire aux lèvres et le travail accompli
pouvait être un idéal sacerdotal : il y aurait bien quelqu'un pour prendre la suite.
Aujourd'hui, cet idéal ressemble plutôt à un suicide pour nos paroisses,
parce que quand un prêtre disparaît, il n'est pas toujours remplacé, 
et c'est beaucoup de monde qui est alors laissé à l'abandon.

lundi 10 novembre 2014

Il n'est pas superflu de se souvenir, au moins une fois par jour,
de la raison pour laquelle nous sommes sur cette terre,
du sens véritable de notre existence ici-bas,
et de la décision que nous avons à y prendre.
C'est même absolument indispensable, si on veut avoir le recul nécessaire
pour ne pas oublier qui nous sommes et ce que nous avons à devenir,
et pour ne pas nous laisser ballotter uniquement au gré de nos sentiments, 
de nos instincts, de nos problèmes ou des difficultés de cette vie.

dimanche 9 novembre 2014

C'est le jour de ma mort,
quelle qu'en soit l'heure,
que Dieu veut me trouver prêt.
Comme je ne sais pas quand ça sera, 
il faut être prêt tout le temps.

samedi 8 novembre 2014

On ne peut pas vivre la vie des autres à leur place,
même pour porter leurs fardeaux ou leurs croix,
pour leur éviter de souffrir ou de mourir.
C'est à eux de faire leur expérience, de prendre leurs décisions,
et d'être plus ou moins profondément marqués par leurs conséquences.
Je ne sais pas si c'est du fatalisme, 
mais c'est comme ça.

vendredi 7 novembre 2014

Quand l'individu prime sur le groupe
et les droits individuels sur le bien commun,
la société n'a plus la cohérence qui lui permettait d'exister en tant que telle, 
et elle est appellée à disparaître.

jeudi 6 novembre 2014

Ici c'est aujourd'hui,
à un autre endroit de la terre c'est encore hier
et à un autre déjà demain.
En fait, au moins sur terre, pour voyager dans le temps, 
il suffit de voyager dans l'espace...
La joie chrétienne n'est pas nécessairement tonitruante ni pleine de rires.
Selon les circonstances de la vie elle pourra même se faire secrète,
mais elle est là, au coeur, ancrée juste à côté de l'espérance de la résurrection
et du jour où, "délivrés du péché et de tout mal", 
on se retrouvera tous au paradis pour la vie éternelle !

mercredi 5 novembre 2014

De même qu'un champ laissé en jachère ne reste pas nu
mais se couvre de mauvaises herbes,
ainsi un peuple qui a perdu la foi en Dieu ne reste pas sans croire en rien 
mais il se remplit de magie et de superstitions.

mardi 4 novembre 2014


Beaucoup d'évêques de pays étrangers
refusent catégoriquement d'envoyer des prêtres en France.
Ils ont peur qu'ils n'y perdent leur vocation, voire la foi.
Ils pensent, à juste titre, que quand un prêtre n'est pas reconnu pour ce qu'il est,
mais qu'on s'en sert comme d'un distributeur automatique de sacrements,
qui doit juste être sorti de sa sacristie quand on a besoin de lui
et y retourner très vite, si possible sans avoir trop parlé, quand on a fini,
alors sa vie sacerdotale est en danger mortel.
Le pire, c'est qu'ils n'ont pas tout à fait tort, et que je comprends leur réticence :
c'est une vie qui ne convient pas plus à tous les prêtres
que le désert ne convient à tous les animaux 
ou la guerre à tous les reporters.

lundi 3 novembre 2014

Que la famille explose et c'est la civilisation telle qu'on la connait qui disparait.

dimanche 2 novembre 2014

J'ai connu dans ma vie des prêtres qui se sont retrouvés à l'hôpital
pour en avoir trop fait, parce qu'ils n'ont jamais pris le temps
de se reposer ni de se soigner quand ils en avaient besoin.
Je ne sais pas si c'est la vertu qui les a menés là, ou l'orgueil
de se prendre pour les sauveurs du monde
et de croire qu'ils étaient indispensables 
au point d'avoir mis leur vie en danger par négligence...

samedi 1 novembre 2014

En fait, dans les Béatitudes,
le Christ nous indique ni plus ni moins le chemin pour l'imiter,
parce que c'est lui-même qu'il décrit...
Dieu seul est saint.
Mais rien ne nous interdit de devenir ses enfants,
et donc de devenir, nous aussi, saints.
Comment ?
Par le baptême, qui nous met sur le chemin qui mène à Lui,
avec l'aide de l'Esprit Saint qui désormais habite en nous.
Mais aussi en "écoutant la parole de Dieu et en la mettant en pratique",
puisque Jésus nous dit que tous ceux qui font ça sont
"son frère, sa soeur, sa mère...", bref, sa famille.
Or comme il est l'unique fils de Dieu, lui qui est de nature divine
(contrairement à nous),
si nous devenons ses frères et ses soeurs
alors nous participons de sa sainteté,
car il est Dieu, car il est saint. 
C'est aussi simple que ça... au moins à comprendre.

vendredi 31 octobre 2014

Curieusement, chaque fois que je suis passé à deux doigts de la mort,
elle m'est soudainement apparue beaucoup moins appétissante
que quand elle n'est qu'un concept lointain,
qui considère les joies du paradis et de la compagnie de Dieu et des saints,
mais qui oublie largement le renoncement immense et terrifiant 
que constitue le moment du passage de cette vie à la vie éternelle...
J'aimerais bien mourir pendant une messe, juste après la communion. 
Comme ça, j'aurai Dieu en moi, alors il sera bien obligé de me recevoir en Lui...

jeudi 30 octobre 2014

Il y a une question que je trouve parfaitement stupide :
"sommes-nous seuls dans l'univers ?"
C'est tellement étrange de se demander si on est "seul", 
quand on vit sur une planête peuplée de milliards de milliards d'êtres vivants...

mercredi 29 octobre 2014

Le seul et unique intérêt des généralités, 
c'est de favoriser la paresse de l'esprit.
Tu crois manipuler les esprits, bons ou mauvais, anges ou démons, à ton service ?
Pauvre fou !
C'est comme si une marionnette pensait manipuler le marionnettiste,
parce que quand elle lève le bras elle voit qu'il lève un doigt...


mardi 28 octobre 2014

L'arbre se reconnait à ses fruits,
et je n'ai jamais trouvé de joie et d'espérance aussi profondes et inébranlables
que chez des chrétiens qui vivent de leur Foi et qui, humblement,
acceptent de Dieu tout ce qui leur arrive, les épreuves comme les consolations, 
soutenus par la pratique des sacrements, par la prière et les sacrifices.

lundi 27 octobre 2014

Je me demande si je ne préfère pas un païen qui sait ce que c'est qu'être païen 
à un chrétien qui ne sait pas ce que c'est qu'être chrétien...

dimanche 26 octobre 2014

Ceux qui restent tout le temps au front finissent, tôt ou tard, par y laisser leur peau.
Il faut parfois pouvoir prendre du recul, aller sur les bases arrières,
savoir se laisser soigner, se reposer et oublier un peu tout avant d'y retourner.
Ça vaut pour les soldats, mais ça vaut aussi pour les prêtres, 
et pour tous les chrétiens, d'ailleurs.
La révélation de la Trinité est l'un des plus grands trésors de l'Eglise chrétienne.
On ne peut pas être chrétien sans croire en la Trinité,
ni comprendre la hauteur, la largeur et la profondeur de l'amour de Dieu 
sans contempler cette vérité révélée.

samedi 25 octobre 2014

"Tomber amoureux", c'est rencontrer quelqu'un qui nous plait.
En réalité, ce n'est pas encore de l'amour, ou plutôt si :
c'est de l'amour de soi, parce que l'autre m'apporte quelque chose qui m'agrée.
Maintenant, pour que ça devienne vraiment de l'amour,
il faut aussi que je prenne la décision de vouloir le bien de cette personne,
et de lui donner tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'elle l'obtienne, 
non pas d'abord pour mon agrément personnel, mais pour le sien.

vendredi 24 octobre 2014

Invoquer les fautes historiques de l'Eglise,
qu'elles soient authentiques ou fantasmées,
pour justifier qu'on ne pratique pas ou qu'on a perdu la foi,
même si c'est une excuse courante et de bon ton, 
ça reste ni plus ni moins qu'une excuse, en vérité.

jeudi 23 octobre 2014

Seule la Parole de Dieu est, intrinsèquement, la Vérité. 
Les mots humains n'en sont, au mieux, qu'une traduction.

mercredi 22 octobre 2014

C'est porter beaucoup de crédit à l'Eglise
que de penser qu'elle est à elle seule responsable
de l'éloignement loin de Dieu de la part du monde actuel,
soit parce qu'elle n'aurait pas assez évolué pour le comprendre,
soit parce qu'elle aurait au contraire trop évolué pour rester fidèle à elle-même.
Mais quand on est dans un tonneau sur un fleuve qui se précipite dans des chutes,
qu'on cherche à s'enfermer dedans ou qu'on cherche à en sortir revient au même :
on va quand même tomber dans les chutes, quoi qu'on fasse, 
et ce n'est pas la faute du tonneau.

mardi 21 octobre 2014

Les médias sont un peu paresseux avec les papes :
quand un nouveau arrive, ils décident très vite quelle étiquette ils vont lui coller.
On s'est ainsi retrouvé avec Benoit XVI, dont ils ont décidé qu'il serait "froid".
Puis François, qu'ils ont décidé de qualifier de "révolutionnaire" (?).
Une fois que l'étiquette est choisie, ils ne vont plus parler du pape que sous cet angle,
qui ne correspond pourtant qu'à une perception tout à fait partiale et indigente.
Tout ce que fait le pape qui correspond à ce qu'ils ont décidé fera les premières pages.
Tout le reste sera soit soigneusement édité pour être vu sous cet angle quand même,
soit tout simplement passé sous silence.
Alors que les médias fassent ça, bon, c'est peu professionnel et assez malhonnête,
mais on n'y peut rien.
En revanche, que des chrétiens se laissent embobiner par ces obsessions paresseuses,
ça n'est pas normal.
Tout ce qu'écrivent les papes est publié in extenso et facile à trouver,
donc rien ne nous interdit d'aller vérifier à la source ce qu'il en est vraiment,
et d'avoir du pape non pas une idée qui serait celle qu'on veut nous imposer, 
mais qui corresponde à la réalité de ce qu'il a vraiment dit et fait,
et de ce qu'il est en vérité.

lundi 20 octobre 2014

Les concepts, ce monde des idées imaginé par Platon, n'existent pas vraiment.
Ils sont une construction de l'esprit qui nous permet de comprendre quelque chose
à un monde trop vaste et trop divers pour être compris
dans la multiplicité de son existence et la singularité de tout ce qui le compose.
Ils sont bien pratiques : sans eux, aucune science n'est possible.
Mais ils ont leurs limites.
On peut penser qu'un homme est remplaçable par un autre homme,
puisqu'ils sont classés dans la même case "humanité"
et qu'ils sont donc, en tant que concepts, interchangeables.
Mais c'est une erreur : chaque homme est un être unique et singulier,
et si on peut en remplacer des éléments (ses capacités ou son travail par exemple),
on ne peut pas le remplacer lui, en tant que tel, dans tout ce qu'il est.
La même remarque est vraie pour chaque être, chaque élément, chaque fragment 
de l'espace, de l'univers et du temps.

dimanche 19 octobre 2014

Comme il n'y a pas d'amour sans liberté de choix,
et que l'amour est l'origine, le chemin et le but de la religion chrétienne,
chez les chrétiens, plus encore que n'importe où ailleurs,
le respect de la liberté de choix de chacun doit être absolu.
Ce qui ne veut pas dire que tous les choix se valent pour autant :
l'Eglise a le devoir de nous dire lesquels mènent à la vie éternelle avec Dieu
ou à la mort éternelle, l'éternité sans Dieu. 
Mais si elle doit montrer où ils mènent, elle ne peut, en aucun cas, les imposer.

samedi 18 octobre 2014

Dans la mesure où "toute vie est dans la main de Dieu",
je ne pense pas que la mort physique soit la pire des choses.
En revanche, la mort spirituelle,
qui advient quand on choisit de rejeter l'amour de Dieu et de notre prochain, 
voilà bien la plus épouvantable des tragédies.

vendredi 17 octobre 2014

Je trouve peu de choses plus émouvantes qu'un geste de bienveillance, 
et peu de choses plus tristes que de la mésentente.

jeudi 16 octobre 2014

Ça fait 2000 ans que l'Eglise se construit.
C'est long, 2000 ans.
C'est lent, comme construction.
Le rythme de l'Eglise n'est ni celui des médias ni des réseaux sociaux.
Ce n'est pas le rythme du sensationnel, du scoop ni du buzz. 
Juger et critiquer ses évolutions dans l'immédiateté est une ineptie.
Les chrétiens qui font profession d'aider les pauvres,
quand ils le font sans aucune humilité, 
sont la pire plaie après les crapauds d'Egypte.

mercredi 15 octobre 2014

Bienveillance, espérance, patience, douceur, calme, et plus que tout confiance...
Elles sont nombreuses, les qualités nécessaires 
pour être les enfants de l'Eglise et non ses juges.
Un chrétien sans amour et sans bonté n'est pas plus un chrétien 
qu'un soleil sans lumière et sans chaleur n'est un soleil.

mardi 14 octobre 2014

Toute vocation, quelle qu'elle soit, n'est compréhensible que par celui qui la possède. 
C'est pourquoi juger la vocation de quelqu'un d'autre n'a pas de sens.

lundi 13 octobre 2014

Je me demande si le fait de penser que, pour être fidèle à Jésus,
il faille nécessairement être infidèle à l'Eglise qu'il a fondée,
ou à tout le moins critique et souvent en opposition contre elle,
n'est pas ni plus ni moins qu'une forme de snobisme, en réalité... 
Au moins, ça serait moins grave que de se retrouver en guerre contre Dieu.

dimanche 12 octobre 2014

Quand on juge quelqu'un qu'on n'aime pas, on est facilement intransigeant.
Quand on juge quelqu'un qu'on aime, on est facilement complaisant.
Pour éviter ces deux écueils, il faudrait déjà être capable de se juger soi-même 
sans intransigeance ni complaisance.

samedi 11 octobre 2014

Chez les petits enfants, "je ne connais pas" et "je n'aime pas" sont souvent synonymes. 
Il ne devrait plus en être ainsi quand on est adulte, normalement...

vendredi 10 octobre 2014

Soumettre le monde à mes besoins : 
une tentation discrète et pourtant redoutablement fréquente.

jeudi 9 octobre 2014

L'instinct grégaire est quelque chose de tellement ancré dans l'être humain,
que même quand une personne quitte sa communauté d'origine
au nom de la liberté, de la rébellion et de l'indépendance,
elle n'a de cesse d'en reconstituer une autour d'elle qui soit acquise à ses idées, 
même si elles sont antinomiques avec le concept même de communauté...

mercredi 8 octobre 2014

Si l'adage qui veut que "qui se ressemble s'assemble" est vrai,
alors il faut que je cultive les qualités que j'aimerais retrouver autour de moi 
si je veux avoir une chance d'attirer les gens qui les possèdent...

mardi 7 octobre 2014

Est-ce que Dieu aurait pu faire l'économie de la croix pour sauver le monde?
Pas s'il voulait nous révéler qu'il est Amour.
Pas s'il voulait nous apprendre "qu'il n'y a pas de plus grand amour
que de donner sa vie pour ses amis".
Pas s'il voulait nous rejoindre dans nos souffrances en les partageant avec nous.
Pas s'il voulait nous laisser la possibilité de l'imiter dans le don de soi, 
les yeux fixés sur la croix...

lundi 6 octobre 2014

Hier, pendant l'homélie, j'ai dit entre autre
qu'il était "complètement con de citer l'évangile pour justifier l'antisémitisme".
Je reconnais que la formule était (volontairement) un peu rugueuse.
Quelqu'un m'a d'ailleurs repris, après la messe, en me faisant remarquer
que le mot "con" n'était pas convenable dans la bouche d'un prêtre.
C'est drôle, moi j'aurais plutôt pensé que ce qui était vraiment scandaleux 
c'était que des gens qui se disent chrétiens puissent être antisémites...
On ne peut pas plaire à tout le monde, et cet adage sera d'autant plus vrai
qu'on aura plus d'idées personnelles qu'on est prêt à défendre.
Mais si on finit par ne plaire à personne, 
peut-être est-il temps de remettre certaines de ces idées en cause.

dimanche 5 octobre 2014

Certains péchés se sont tellement incrustés en nous au fil du temps
qu'ils finissent par se confondre avec ce qu'on pense être notre personnalité.
Il est très difficile de s'en défaire,
parce qu'il faut alors accepter, pendant un temps plus ou moins long,
de ne plus se reconnaître soi-même
et de devenir quelqu'un qu'on ne connaissait pas encore.
Il me semble que seul l'amour est un moteur assez puissant 
pour justifier ce coût exorbitant de façon librement consentie.

samedi 4 octobre 2014

Quand on est timide, la colère permet d'obtenir une certaine assurance.
Mais il ne faudrait pas que ça devienne une habitude, 
surtout qu'on la dirige alors souvent vers des gens qui ne l'ont pas méritée.

vendredi 3 octobre 2014

Plus Dieu devient le centre de ma vie
et le salut le seul sujet qui occupe mon esprit en permanence, 
plus la compagnie de ceux qui sont dans le même cas m'est agréable.

jeudi 2 octobre 2014

Je préfère mille fois célébrer un mariage long, fatiguant,
ayant nécessité une préparation conséquente et un grand investissement de temps,
pour des personnes réellement en recherche de la volonté de Dieu,
qu'un mariage de dix minutes, avec une préparation d'une heure,
pour des personnes qui n'en ont strictement rien à faire. 
Mais ça ne dépend pas de moi.

mercredi 1 octobre 2014

Jésus nous a demandé de nous faire baptiser.
Il n'y a pas besoin de plus de justifications que celle-ci pour faire baptiser ses enfants, 
quand on aime le Christ et qu'on s'efforce de vivre comme Il nous a dit de le faire.

mardi 30 septembre 2014

N'être important pour personne est quelque chose d'affreux,
mais ça n'est pas une fatalité :
pour que les autres s'intéressent à nous, 
il faut aussi s'intéresser à eux.

lundi 29 septembre 2014

Le bonheur sans Dieu, à supposer qu'il soit possible (ce que je ne crois pas),
serait de toutes façons nécessairement incomplet et temporaire 
et donc, d'une certaine façon, illusoire.

dimanche 28 septembre 2014

La haine ne vient jamais de Dieu.

samedi 27 septembre 2014

Passer sa vie avec quelqu'un juste parce qu'on n'a pas su dire non,
ou par défaut, parce qu'on n'a pas trouvé mieux,
bref passer sa vie avec quelqu'un qu'on n'a pas choisi et qu'on n'aime pas vraiment, 
c'est quelque chose de tellement triste qu'il est étonnant que ça soit si courant.

vendredi 26 septembre 2014

C'est en maintenant les gens dans un état de frustration constante
que les publicitaires les transforment en consommateurs effrénés.
La vie n'est pas, comme ils le prétendent, une succession ininterrompue
de fête et de joies délirantes, de plaisirs, de jouissances et de rires.
Il faut être conscients de la valeur de la routine, de la simplicité,
de la sobriété et même des difficultés et des souffrances de la vie,
si on veut échapper à cette illusion qu'ils nous imposent si habilement 
dans l'unique but de récolter notre argent sans se soucier des conséquences.
À quoi servent les amis, 
s'ils ne nous disent rien quand ils pensent qu'on est dans l'erreur ?

jeudi 25 septembre 2014

C'est l'adhésion libre et généreuse aux commandements du Christ 
qui fait que l'on devient ce qu'on a reçu le jour de notre baptême.

mercredi 24 septembre 2014

Le confort éloigne plus de gens de Dieu que la misère.
Pour éviter ça, il faudrait que la prière d'action de grâce 
devienne aussi naturelle que la prière pour demander de l'aide.

mardi 23 septembre 2014

Peut-être bien que ce qui distingue le croyant du païen,
plus que la foi en Dieu,
c'est d'abord la conscience aigüe d'être mortel :
c'est seulement quand ils commencent à sentir le souffle de la mort sur leur nuque 
que bien des païens endurcis deviennent spontanément croyants...

lundi 22 septembre 2014

Je ne connais pas de prophète de l'ancien testament
qui ait bénéficié de la reconnaissance unanime de ses contemporains.
Au contraire, ils ont toujours été des signes de contradiction,
et ils ont souvent dit des choses qui ont vivement scandalisé beaucoup de gens.
Un prêtre qui chercherait à être toujours loué et apprécié par tout le monde,
ça m'inquiète un peu :
la Parole de Dieu ne peut être annoncée sans causer des contradictions, 
dans un monde soumis au péché.

dimanche 21 septembre 2014

À l'époque où j'avais quarante enfants de choeur, à Cuzco,
je leur ai enseigné tout ce qu'ils avaient à savoir sur la liturgie
et sur la façon de célébrer la messe, de l'origine des vêtements liturgiques
à la dernière rubrique, en passant par les références des livres concernés.
Ensuite je leur ai donné à tous cette consigne sévère :
ne jamais utiliser cette connaissance pour juger, se moquer ou mépriser
le prêtre qui essayerait honnêtement d'être fidèle à la liturgie
mais ne suivrait pas chaque rubrique à la lettre ou qui ferait des erreurs.
Je leur ai même dit que je préférais qu'ils oublient tout ce qu'ils savaient
plutôt que d'en tirer de l'orgueil ou de la suffisance.
Si l'amour de la liturgie est quelque chose de bon, de noble et de légitime,
ça ne justifie jamais le manque de charité ou d'humilité envers son prochain, 
en particulier quand il est prêtre.

samedi 20 septembre 2014

Je préfère être insulté pour avoir exposé fidèlement
la foi de l'Eglise que le Christ nous a transmise,
qu'être félicité pour m'être tu ou pour avoir frelaté la vérité.  
Même si, sur le moment, il est plus agréable d'être félicité qu'insulté.
L'humilité n'a rien à voir avec le manque de confiance en soi :
c'est juste savoir rendre à Dieu ce qui est à Dieu
et reconnaître ce qui vient de soi, même quand ce n'est pas très glorieux. 
Il n'est pas nécessaire pour ça de se déprecier ou de se diminuer.

vendredi 19 septembre 2014

Quand Dieu nous fait rencontrer des personnes qui le recherchent vraiment,
et qu'on sera susceptibles de guider et de soutenir sur ce chemin,
ça nous paye, nous qui sommes prêtres,
de toutes les fois où on a le sentiment d'être inutiles  
et de vivre dans un monde qui n'a rien à faire de Dieu ni de sa volonté.

jeudi 18 septembre 2014

Méchancetés, critiques, bassesses, vengeances, brutalité, mensonges,
bêtise, calomnies, perversité, rancoeurs, jalousies ou menaces,
n'oublie jamais que le véritable ennemi, l'origine de tous ces maux
est le péché, et celui qui l'a fait entrer dans le monde, le diable.
Si on veut que tous ces maux disparaissent,
c'est donc au péché qu'il faut s'attaquer, 
en commençant par lui résister soi-même autant qu'on le peut.

mercredi 17 septembre 2014

Ce n'est pas parce que j'aime mes parents
que personne d'autre n'a le droit de les aimer,
et qu'ils n'ont pas le droit d'aimer quelqu'un d'autre que moi.  
C'est la même chose avec l'amour de Dieu.

mardi 16 septembre 2014

Le Christ nous a dit d'aimer nos ennemis, 
mais ça n'est pas une raison pour négliger ses amis...

lundi 15 septembre 2014

La peur de manquer est une bien étrange affliction,
qui nous fait accumuler déraisonnablement toute sorte de choses 
qui, bien souvent, ne nous ont pourtant jamais fait défaut.

dimanche 14 septembre 2014

Nier la résurrection, c'est chercher à déresponsabiliser l'humanité.
S'il n'y a rien après la mort, alors je peux faire n'importe quoi, quelle importance ?
Ou si personne n'est revenu nous dire qu'il y a un jugement divin,
on peut imaginer ce qu'on veut, on peut dire n'importe quoi,
comme par exemple que tout le monde ira au paradis, quoi qu'il ait fait,
sans avoir jamais à demander pardon à Dieu, à se repentir et à faire pénitence,
après tout pourquoi pas ?
Le seul qui ait un intérêt véritable à cette falsification de la vérité
n'est pas l'ami de l'humanité, c'est même son pire ennemi.
Et s'il nie la vie éternelle, la résurrection ou la possibilité d'une condamnation,
ça n'est pas dans notre intérêt mais uniquement dans le sien, 
afin de remplir plus facilement l'enfer dont il nie ou minimise l'existence.

samedi 13 septembre 2014

Avoir quelqu'un dans sa vie pour qui on compte,
qui s'intéresse sincèrement à tout ce qui peut nous arriver
non parce qu'il y est forcé ou qu'il n'a pas d'autre choix,
mais à cause d'une amitié ou d'un amour sincères, 
c'est l'un des biens les plus précieux qui soient,
et ce qui nous manque le plus quand on ne l'a pas.

vendredi 12 septembre 2014

Si on veut être aimé, 
ça aide quand même beaucoup d'être aimable...

jeudi 11 septembre 2014

Seule la vérité est pérenne.
Le mensonge, lui, ne dure qu'un temps.
Parce que seul Dieu est éternel, 
alors que la domination du diable connaîtra une fin inéluctable.