Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

mercredi 23 avril 2014

Chercher le bonheur sur terre, c'est bien légitime.
Mais le bonheur terrestre n'est rien, comparé au bonheur de la vie éternelle.
Ils peuvent même suivre des routes opposées, et devenir alors incompatibles.
Par exemple, le bonheur céleste exige d'assumer ce qu'on est et ce qu'on a fait,
et d'avoir cherché avec obstination à réparer tout ce qu'on a pu faire de mal.
Le bonheur terrestre, lui, s'accomode très bien, parfois pendant toute une vie,
de l'oubli, de la fuite ou du mensonge.
Le bonheur éternel passe nécessairement par l'obéissance à Dieu,
quand le bonheur terrestre peut se contenter de n'obéir qu'à ses propres désirs.
Le bonheur terrestre est brisé par la mort, 
alors que c'est là que le bonheur éternel peut enfin s'épanouir pleinement...
Quand on est en guerre contre soi-même,
on peut être certain qu'on va perdre.
Quand on se fuit,
on peut être certain qu'on va finir par être rattrapé.
Dans un cas comme dans l'autre, 
il vaudrait mieux apprendre à faire la paix tant qu'il en est encore temps.