Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

samedi 25 janvier 2020

On n'arrête pas d'aimer parce qu'on devient vieux, 
on devient vieux quand on arrête d'aimer.

vendredi 24 janvier 2020

Les activités qu'on a sur terre peuvent nous sembler importantes, 
mais elle ne sont que relativement importantes.
Relativement, parce que la seule activité qui compte vraiment, 
c'est de mettre en pratique la parole de Dieu. 
Tout le reste, c'est bien pour s'occuper, mais ça ne mène pas au Royaume de Dieu. 

jeudi 23 janvier 2020

Il y a une façon de faire qui m'insupporte, c'est, sous prétexte d'humilité, 
alors qu'on lui a consacré sa vie, de faire comme si on ne savait absolument rien sur Dieu, 
et de ne rien transmettre d'autre que des doutes et des interrogations. 
Si on ne savait vraiment rien, alors pourquoi avoir consacré sa vie à un parfait inconnu ?

mercredi 22 janvier 2020

J'ai déjà entendu des théologiens dire que pour qu'il y ait un péché, 
il faut impérativement l'implication de l'intelligence et de la volonté, 
ce qu'on appelle un acte humain, en langage philosophique ou théologique.
Bref, si quelqu'un fait quelque chose de mal, mais sans savoir que c'est un péché, 
ou sans avoir la volonté formelle d'en commettre un, alors ça ne serait pas un péché.
C'est totalement idiot. 
Si c'était vrai, alors il serait absolument impossible de faire des péchés par omission, 
puisqu'on n'a, par définition, rien fait, et que l'intelligence et la volonté ne sont donc pas intervenues.
Or les péchés par omission ne sont pas seulement une possibilité réelle, 
ils représentent, probablement, le plus grand pourcentage de péchés dans notre vie : 
tout ce bien qu'on aurait pu faire mais qu'on n'a pas fait. 
Et il n'y a pas besoin de se dire : "je pourrais faire ce bien, mais je ne le ferai pas, 
parce que je veux pécher contre les hommes et contre Dieu", pour que ça soit un péché. 
Ne penser qu'à soi tout le temps suffit parfaitement, sans autres conditions,
pour pécher par omission chaque jour que Dieu fait. 

mardi 21 janvier 2020

L'orgueil, ça se paye cash, 
il y aura toujours un retour de bâton, 
en particulier quand il s'accompagne d'humiliations envers les autres.
Il ne faudra pas s'étonner si on se retrouve seul devant l'adversité
quand on a passé sa vie à mépriser tout le monde.

lundi 20 janvier 2020

Penser qu'il suffit qu'un couple soit très croyant et pratiquant
pour vivre heureux et unis toute leur vie, je me suis rendu compte que c'était un peu naïf.
C'est qu'on oublie souvent qu'on a un ennemi qui ne dort ni ne sommeille, 
dont l'obsession maladive est de détruire l'amour sous toutes ses formes, 
et à fortiori quand il uni à Dieu et par Dieu, 
parce que son but ultime, c'est de nous séparer de Dieu pour l'éternité. 
Alors si on se repose sur ses lauriers en se disant que bof, ça va, c'est pas si compliqué, 
et qu'on néglige l'accompagnement spirituel et la confession fréquente, 
si on prend l'autre pour acquis et qu'on ne fait plus d'efforts, 
demandant au contraire de plus en plus de compréhension et de sacrifices
sans prendre le temps de compenser les vides par une attention quotidienne, 
bref si on baisse sa garde, tant au niveau spirituel qu'affectif, et que ça devient normal,
alors on est en grand danger de se faire envahir par l'ennemi, 
et on ne s'en rendra compte que quand il aura réduit notre campement en cendres. 

dimanche 19 janvier 2020

La liberté, c'est le choix du bien, 
pas nécessairement l'indépendance absolue
vis à vis des personnes ou des responsabilités.
On peut être tout à fait libre, tout en étant engagé. 

samedi 18 janvier 2020

Le phare qui a sauvé des bateaux dans la nuit
ne recevra quasiment jamais de merci
et ne saura pas, sauf exception rarissime, s'il sert à quelque chose ou pas du tout.
Ainsi en est-il du curé de paroisse pour le salut des âmes. 

vendredi 17 janvier 2020

Tiens, j'ai entendu un médecin en soins paliatifs dire que ce n'est pas la même chose
de soigner et de guérir les gens, il y en a qu'on soigne mais qu'on ne pourra jamais guérir.
Ça m'a semblé intéressant. Souvent, quand on ne peut pas "guérir" quelqu'un
la tentation peut être grande de ne plus en prendre soin non plus, 
sous prétexte que ça ne sert à rien puisque la personne ne veut ou ne peut pas changer.
Or prendre soin de quelqu'un, même sans espoir de guérison, 
ce n'est pas peine perdue, ça reste un acte d'amour, d'autant plus gratuit 
qu'il ne sera sans doute jamais payé en retour par un résultat gratifiant pour notre orgueil.

jeudi 16 janvier 2020

Parce que Dieu nous aime, et que, comme toute personne amoureuse, 
il aspire à ce que nous l'aimions nous aussi, 
il ne peut faire l'impasse sur notre acceptation librement consentie de l'aimer. 
Il sait bien qu'il ne peut, sans que nous l'aimions, nous inviter à vivre pour l'éternité en sa présence, 
parce qu'une relation, à fortiori éternelle, sans amour, ça n'aurait aucun sens. 
C'est pour ça que notre salut éternel dépend autant de nous que de lui, 
parce qu'il ne peut nous sauver si nous ne choisissons pas de l'aimer par-dessus tout. 

mercredi 15 janvier 2020

Chercher à forcer le consentement à l'amour, 
c'est le meilleur moyen pour que la personne en face se ferme comme une huître. 
L'amour ne peut être que librement consenti, 
et s'il ne l'est pas, ce n'est pas, ça ne sera jamais, de l'amour. 
Qui cherche à imposer l'amour ne récoltera que mépris. 

mardi 14 janvier 2020

Penser que, sans le secours de la grâce donnée par les sacrements, on peut être sauvé,
c'est anathème. Ça a été condamné au 16ème concile de Carthage. 
Ceci dit, penser que les sacrements suffisent, et qu'on n'a pas besoin de collaborer avec la grâce
en s'efforçant, tout au long de notre vie, de vivre selon les enseignements du Christ,
c'est idiot. Et c'est Jésus lui-même qui condamne cette attitude.