Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

samedi 19 octobre 2019

Blasphémer contre l'Esprit Saint, c'est rejeter le pardon de Dieu
lorsqu'on croit que notre péché est plus grand que lui, 
et qu'on refuse de se convertir en disant qu'on est irrécupérable.
L'amour de Dieu est infiniment plus grand que tous les péchés du monde réunis. 
Encore faut-il l'accepter humblement, parce que si Dieu ne rejette jamais un coeur contrit, 
il peut en revanche parfaitement rejeter un coeur arrogant qui se croit au-dessus de son amour.

vendredi 18 octobre 2019

C'est dur, quand on a toujours tout fait pour tout le monde, 
de se retrouver sans personne pour nous aider quand on a à son tour besoin de soutien. 
C'est pourtant très courant, surtout quand on a agi par esprit chrétien : 
saint Paul s'en plaignait déjà, abandonné par tous après avoir fondé tant d'églises locales. 
C'est que la récompense du chrétien n'est pas de ce monde. 
Ici, on sème dans les larmes. Mais viendra le jour où on récoltera dans la joie. 

jeudi 17 octobre 2019

Si je greffe un rosier sur un églantier, c'est grâce à la greffe que l'églantier peut faire des roses.
Mais si elle n'en produit pas, ça veut dire que la greffe n'a pas pris.
De même, la justification devant Dieu a été greffée sur les pécheurs par la foi, on n'y est pour rien,
mais si ça ne produit pas d'oeuvres conformes aux commandements de Jésus-Christ, 
alors ça signifie que la greffe n'a pas pris.
On n'est pas sauvé par nos bonnes oeuvres, mais si on n'en produit pas, 
ça signifie qu'on a rejeté le salut qui vient de Dieu.

mercredi 16 octobre 2019

Juger les manques d'amour des autres quand on en manque soi-même si souvent, 
ça revient à demander à Dieu de nous condamner fermement pour nos péchés.

mardi 15 octobre 2019

L'injustice souvent dénoncée par les prophètes, par Jésus et par les apôtres, 
ce n'est pas une histoire de tribunal ou de jugement, mais de faire acception des personnes, 
en ne traitant pas équitablement tout le monde, 
favorisant le riche et le puissant et négligeant le pauvre et le petit.
C'est l'attitude du petit chef, gluant devant ses supérieurs mais dur envers ses subordonnés.
S'il y a bien un péché qui met Dieu de travers, c'est celui-ci !

lundi 14 octobre 2019

Le livre de Jonas, dont nous parle Jésus aujourd'hui, n'est pas un livre historique. Il y a un indice pour s'en rendre compte : les gens qui se font manger tout crus par une baleine pour être rejetés en vie trois jours plus tard sur le rivage, ça ne court pas les rues. Ce n'est pas pour ça que c'est un livre sans intérêt, parce qu'il est prophétique. Jonas, c'est, par moments dans cette petite histoire de trois pages, la figure du Christ : jeté à la mer (à la mort, selon la symbolique prophétique) pour sauver ceux qui sont sur le bateau (il vaut mieux qu'un seul homme meure pour tout le peuple), englouti par la baleine pendant trois jours (descendu aux enfers) puis rejeté sur le rivage (et ressuscité), il traverse Ninive (le monde pécheur) en annonçant qu'elle sera détruite dans 40 jours, et tout le monde se convertit, ce qui pousse Dieu à pardonner à la ville ses péchés (et le monde sera sauvé). Donc, quand Jésus annonce aux foules qu'il leur sera donné le signe de Jonas, il leur parle de sa résurrection, accompagnée d'un appel à la conversion, qui doit servir de signe lorsqu'elle sera annoncée à toute la terre. 
Tout ça est très rassurant. Le sacrifice du Christ nous donne le Salut. Mais il y a un petit détail dont il faut tenir compte : Ninive s'est convertie. "Hommes et bêtes, gros et petit bétail ne goûteront rien, ne mangeront pas et ne boiront pas d'eau. On se couvrira de sacs, on criera vers Dieu avec force, et chacun se détournera de sa mauvaise conduite et de l'iniquité que commettent ses mains. Qui sait si Dieu ne se ravisera pas et ne se repentira pas, s'il ne reviendra pas de l'ardeur de sa colère, de sorte que nous ne périssions point?". Dieu vit ce qu'ils faisaient pour se détourner de leur conduite mauvaise. Aussi Dieu se repentit du mal dont il les avait menacés, il ne le réalisa pas (Jon 3, 7-10). Jésus fera lui aussi un appel à la conversion après sa résurrection : proclamez l'Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé; celui qui ne croira pas, sera condamné (Mc 16, 15-16).
Par la mort et la résurrection du Christ, le Salut est entré dans le monde, les portes du paradis ont été ouvertes à nouveau, et nous sommes appelés, nous aussi, à la vie éternelle et à la résurrection. Mais il faut se convertir. Il faut revenir à Dieu, demander le pardon de nos péchés et nous efforcer de faire désormais sa Volonté de tout notre coeur. Parce que si on ne tient aucun compte de la proclamation de Jonas, si personne ne se convertit, Ninive sera détruite. 

dimanche 13 octobre 2019

Il n'y a nulle part de taux de suicide plus élevé chez la jeunesse que dans les pays riches. 
Rien d'étonnant : vivre sans connaître Dieu et sans l'aimer, ça n'a aucun sens, 
parce qu'on a été créés par amour et pour l'amour, et que l'Amour, c'est Dieu lui-même.
Mais comme l'immense majorité des parents chrétiens ne mettent jamais les pieds à l'église, 
leurs enfants seraient bien en peine de connaître Dieu, de l'aimer et de l'adorer. 
Et être privés de la connaissance de Dieu, c'est être privés de leur propre raison d'être. 

samedi 12 octobre 2019

Si tu veux être du côté de Dieu quand il reviendra dans la gloire, 
défends les petits, les faibles, les pauvres et les laissés pour compte.

vendredi 11 octobre 2019

J'ai très souvent dû aller bénir des maisons parce qu'il s'y passait des "phénomènes bizarres".
En général ce ne sont pas les maisons qui ont un problème, mais ceux qui les habitent :
ils pensent être chrétiens parce qu'il sont baptisés, mais ils vivent comme des païens,
ce qui fait qu'ils ne bénéficient en réalité d'aucune protection contre les esprits mauvais.
Je ne dis pas que c'est toujours le cas, mais c'est une grande majorité.

jeudi 10 octobre 2019

La justice est l'une des vertus que Dieu préfère, à tel point 
qu'il est impossible d'entrer au paradis si on abuse de son prochain.
Celui qui dépouille l'innocent ou le fait condamner injustement
n'a pas sa place dans le royaume de Dieu.

mercredi 9 octobre 2019

Dans le "Notre Père", on affirme qu'on pardonne à ceux qui nous ont offensé. 
Il faudrait que ça soit vrai. 

mardi 8 octobre 2019

Quand on voit des défauts ou des péchés chez les autres, 
il faut en profiter pour se souvenir qu'il faut réformer les siens.
Ce n'est pas en se plaignant des autres qu'on changera le monde, 
mais en s'efforçant de s'améliorer un peu et d'être plus fidèle à Dieu soi-même.