Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

lundi 30 avril 2018

Le rejet massif de Dieu de la part du monde affecte tous les chrétiens. 
Du coup, on ne cesse d'en chercher les causes à l'intérieur de l'Eglise, 
se rejetant la faute les uns sur les autres : ne serait-ce pas la faute de Vatican II ? 
Du changement liturgique ? Du pape, des évêques, des prêtres, des religieux et religieuses ? 
Du catéchisme défaillant ? Des intégristes ? Des progressistes ? Des paroisses ? 
D'un manque de formation des chrétiens, d'un enseignement inexistant, etc etc... 
Tout ça n'a pas de sens. L'Eglise a déjà connu des périodes 
où elle était en bien pire état qu'elle ne l'est maintenant : 
il fut un temps où la formation des prêtres était inexistante ; 
où les laïcs n'avaient même pas accès aux Saintes Écritures ; 
où on a eu jusqu'à trois papes en même temps, sans parler de leurs moeurs discutables ; 
où la morale interne à l'institution était beaucoup plus décousue qu'aujourd'hui ; 
où on célébrait n'importe comment, personne, du prêtre à l'assemblée, ne s'en rendant compte, etc... 
Pour moi, ce n'est pas tant ad intra qu'il faut chercher d'où vient le problème qu'ad extra. 
Le monde n'aime pas Dieu. Point. 
Et nous sommes les témoins impuissants de cette apostasie massive, volontaire et assumée. 
S'en rejeter la faute les uns sur les autres ne sert à rien, 
c'est juste rajouter de l'auto-flagellation à nos pleurs.
On ferait mieux de prier pour le monde que de se taper dessus ou de perdre l'Espérance, 
comme si on croyait que la conversion dépendait de nous ou de nos méthodes humaines, 
alors qu'elle vient de Dieu. 

dimanche 29 avril 2018

Savoir se réjouir du bonheur de quelqu'un d'autre sans que ça nous rapporte rien, 
sans y être impliqué en aucune façon, sans en faire partie ou en tirer le moindre bénéfice, 
ça commence à ressembler à de l'amour, parce que c'est désinteressé. 

samedi 28 avril 2018

Connaître le christianisme et être chrétien, ce n'est pas la même chose. 
Pour connaître le christianisme, il suffit d'avoir été formé par le catéchisme. 
Pour être chrétien, il faut mettre en pratique les préceptes du Christ, 
vivre comme il me l'a demandé dans les Évangiles. 
Il faut faire très attention à ça, parce que beaucoup de catéchisés croient que ça y est, 
ils ont tout fait, Dieu ne pourra rien leur demander de plus, 
alors qu'en réalité ils n'ont même pas encore mis la main à la pâte. 

vendredi 27 avril 2018

Il est courant de confondre "sérieux" et "sinistre".
Mais on peut parfaitement être sérieux tout en étant joyeux et heureux de vivre, 
en racontant des blagues et en riant de bon coeur, 
tout comme on peut être sinistre sans pour autant être cohérent dans ses choix, 
dans sa manière de vivre ou dans ses pensées. 
Soit sérieux. Soit solide. Soit quelqu'un en qui on peut avoir confiance, sur qui on peut s'appuyer.
Mais ne sois pas sinistre. Laisse ça à ceux qui n'ont pas la chance de connaître Dieu. 

jeudi 26 avril 2018

On le sait avec internet : une amitié purement virtuelle, 
d'une personne qu'on ne rencontre jamais, tôt ou tard, dans la vraie vie, 
ça finit toujours par s'estomper puis par ne rester qu'un souvenir. 
Avec Dieu, on court le même risque : après tout, on ne le voit pas, 
on ne peut pas le toucher, le prendre dans ses bras ou boire un coup en blaguant. 
Du coup, si on ne se met pas, tôt ou tard, à le fréquenter régulièrement et souvent à la messe, 
l'amour de Dieu s'estompe, petit à petit, puis finit par disparaitre sans même qu'on s'en rende compte.

mercredi 25 avril 2018

On est obligés, quand on est prêtre, d'avoir un certain détachement
devant le manque d'amour et de recherche de Dieu des gens. 
Si on laissait l'indifférence du monde face à l'amour de Dieu nous affecter pleinement, 
on n'y survivrait pas. 

mardi 24 avril 2018

Autant je peux aider quelqu'un qui a le coeur ouvert et qui cherche Dieu à le trouver, 
autant je ne peux rien pour quelqu'un que Dieu n'intéresse pas et qui est satisfait comme ça. 
Dieu lui-même n'a pas la clé des coeurs, et ne peut contraindre personne à l'aimer.
Eh bien, ce que Dieu ne peut pas faire, je ne le peux pas non plus. 

lundi 23 avril 2018

Je n'arriverai jamais à me faire à l'idée qu'on puisse accepter froidement, 
comme si c'était quelque chose de peu d'importance, 
d'interdire à un être déjà conçu de naître.
S'il y a bien un endroit où le péché originel, 
c'est à dire choisir ce qui est bien et mal sans tenir compte de la volonté de Dieu, 
se manifeste dans toute sa terreur, 
c'est là. 

dimanche 22 avril 2018

Tant qu'un problème ne nous concerne pas directement, 
on le trouve généralement de peu d'importance. 

samedi 21 avril 2018

Je crois que la chose qui me fait le plus de peine au monde
est la dureté de coeur :
quand quelqu'un n'a aucun amour de Dieu,
au mieux une indifférence polie, au pire de la colère ou de la haine, 
ou aucun amour du prochain, sous prétexte que celui-ci
n'a pas la bonne religion, la bonne origine, nationalité, couleur de peau, etc...
Seul l'amour passionné de Dieu ouvre à l'amour du prochain,
à l'amour de la vie et au respect de tout ce qu'Il a créé par amour.

vendredi 20 avril 2018

Plus on est impliqué dans la vie spirituelle, 
plus il est important d'avoir les pieds sur terre. 
Parce que c'est impossible de transmettre notre foi
si on a l'air complètement perdu dans les alleluias en permanence. 
Eh puis, jusqu'à la résurrection, on fait partie de cette terre, comme tout le monde,  
alors il serait prématuré de faire comme si ça n'était pas le cas.

jeudi 19 avril 2018

Y a-t-il des gens assez méchants pour aller finir en enfer ? 
Oui, il y en a. 
Mais il n'y a pas besoin d'être un monstre pour y aller. 
Refuser d'aimer Dieu ou son prochain est à la portée de n'importe qui.
C'est même très facile : on ne peut aimer deux maîtres, 
or ceux qui décident d'aimer l'argent, le pouvoir ou les plaisirs par dessus tout,
en ne pensant qu'à leur intérêt personnel, au détriment de tout le monde, 
n'aiment ni Dieu ni ses commandements. 
Comment pourraient-ils alors choisir de passer leur éternité avec Lui, 
après l'avoir méprisé et rejeté avec ardeur toute leur vie ici-bas ? 
Or l'enfer, ce n'est ni plus ni moins que la vie éternelle sans Dieu. 
Non, vraiment, il est large, et largement parcouru, le chemin qui y mène.  
Hélas.

mercredi 18 avril 2018

Quand on est avec des gens qu'on aime, le temps passe toujours trop vite.
Quand on est avec des gens qu'on n'aime pas, il passe toujours trop lentement.
C'est pour ça qu'on ne s'ennuyera pas un instant au paradis, 
puisque ne pourront y entrer que ceux qui, lors de leur vie sur terre,
ont accepter d'aimer et d'être aimés en donnant leur vie les uns pour les autres,
et que l'amour de Dieu les unira tous dans un même amour mutuel,
alors que le temps semblera désespérément long en enfer,  
puisque ceux qui iront ont refusé l'amour.

mardi 17 avril 2018

Je ne sais pas si c'est parce qu'on appelle les prêtres "père"
que parfois certains paroissiens se comportent avec eux comme des enfants,
voire comme des adolescents capricieux.
Si c'est à cause de ça, alors j'aimerais autant qu'on m'appelle autrement.

lundi 16 avril 2018

Pour qu'il sache vivre, 
l'oisillon a besoin que ses parents lui apprennent à voler ; 
le prédateur, qu'ils lui apprennent à chasser ;  
l'humain, qu'ils lui apprennent à aimer. 

dimanche 15 avril 2018

On ne peut pas avoir d'amis 
si on n'est pas prêt à accepter les défauts des autres. 

samedi 14 avril 2018

Plus on voudrait que quelque chose soit vrai,  
plus il est difficile d'admettre quand ce n'est pas le cas.

vendredi 13 avril 2018

Penses-tu être réductible à ta religion, ou à ton pays d'origine, à ton niveau social, 
ton compte en banque, ton métier, tes opinions politiques, tes idées ou tes actes ? 
Non ? Pas vraiment ? C'est trop réducteur ? Tu es plus que chacune de ces choses, 
et même que toutes ces choses réunies ? 
Alors, si c'est trop réducteur pour toi, ça l'est pour tout le monde.  
Ne juge pas les autres sur des critères sur lesquels tu n'aimerais pas être jugé toi-même.

jeudi 12 avril 2018

Une culture qui n'évolue pas est condamnée à se scléroser et à disparaitre.
Ce qui est valable pour l'art en général l'est aussi pour la liturgie.
Pour qu'elle reste vivante, il ne faut pas avoir peur de ses évolutions.
Tant qu'elle continue à remplir sa mission de relation entre Dieu et son peuple
et entre le peuple et Dieu, quelles que soient les nostalgies des uns ou des autres, 
alors elle reste non seulement légitime, mais juste et bonne.

mercredi 11 avril 2018

Je trouve que le monde devient de plus en plus agressif.
La bienveillance, la délicatesse, l'éducation même, n'ont plus pignon sur rue.
Ce qui prévaut, ce sont les revendications, les cris et les exigences.
C'est le signe évident que quelque chose ne va pas dans notre société : 
quand on crie, c'est qu'on a mal quelque part, qu'on en soit conscient ou pas.

mardi 10 avril 2018

Pour traiter les autres avec empathie,
il faut être sûr de soi : savoir ce que l'on croit, savoir qui l'on est.
Sinon, on serait complètement perdu, baladé d'une idée à l'autre
sans plus savoir à quoi se raccrocher.
C'est peut-être pour ça que si peu de monde se permet d'avoir de l'empathie :
parce qu'ils ne sont pas assez sûrs d'eux pour pouvoir aller vers les autres 
et tenter de les comprendre en se mettant un instant à leur place.

lundi 9 avril 2018

Le succès jamais démenti des revues, sites internets,
réseaux sociaux ou émissions, basés sur le voyeurisme,
qui épluchent la vie des stars ou de parfaits inconnus,
est à mon sens un révélateur de la vacuité de la vie d'un grand nombre de gens :
s'ils avaient une vie satisfaisante et pleinement vécue,
ils n'auraient que faire de la vie des autres, 
et n'auraient pas besoin de s'en repaître.

dimanche 8 avril 2018

Je suis, par principe, opposé à tout type de ségrégation ou de sectarisme.
Dieu aimant tout ce qu'Il a créé, Il aime toute l'humanité.
Pas seulement les chrétiens, les saints ou les personnes vertueuses,
mais absolument tout le monde, du premier athée à la dernière prostituée.
Ceux que Dieu aime, qui suis-je, moi, pour les mépriser ?
Depuis quand les poteries font-elles des concours de beauté entre elles,
alors que le potier les a toutes façonnées avec le même soin et la même passion ?
On sera sauvés ensemble, ou on sera perdus ensemble.
Ne crois pas que le fait de mépriser toute l'humanité qui ne pense pas comme toi,
qui n'a pas la même vie, la même formation ou la même chance que toi,
te rend plus aimable aux yeux de Dieu et te mènera au salut 
pendant que le reste de l'humanité sera plongé dans la mort.

samedi 7 avril 2018

Tiens, une petite combine utile quand tu ne sais pas quoi dire en confession :
demande pardon pour le bien que tu n'as pas fait,
pour les actions de grâce que tu n'as pas rendues à Dieu.
Tu peux être tranquille : même si tu ne t'en es pas rendu compte,
mais c'est un peu le principe des péchés par omission, 
il y a sans aucun doute quelque chose qui te concerne là.

vendredi 6 avril 2018

Le jour de Pâques, l'église était pleine.
Le lundi, nous n'étions plus que 8 à la messe.
Je pense que ça a dû se passer un peu comme ça, après la résurrection.
Ceux qui aimaient vraiment le Christ sont restés sur le coup,
profitant de chaque apparition du Christ, présents pour l'écouter.
Quant à la majorité du monde, elle est retournée à ses affaires.
Je ne dis pas que c'est mal, ni bien.
C'est juste comme ça que le monde fonctionne et, que ça nous plaise ou pas, 
il faut bien s'y faire.

jeudi 5 avril 2018

Plus on trouve que tout le monde est con,
plus il y a de monde pour penser la même chose de nous. 
L'orgueil ne mène nulle part, et certainement pas au paradis.

mercredi 4 avril 2018

On peut s'enfermer dans une bulle de suffisance et de morgue,
traitant tout le monde avec condescendance ou mépris.
Par contre il ne faudra pas s'étonner si on finit sa vie seul et amer, 
abandonné de tous.

mardi 3 avril 2018

On n'a jamais raison de haïr quelqu'un.
On peut détester sa façon d'agir, de penser ou de se comporter.
Mais haïr une personne, quand on est dans la perspective de la vie éternelle, 
c'est toujours un échec.

lundi 2 avril 2018

Maintenant que le Christ est ressuscité, on sait que la vie a un sens.
Non parce que bon, on aime bien Dieu et son monde, mais franchement,
on était en droit de se demander s'il n'y avait pas quelque chose de raté dans le projet...
Mais si on ressuscite, alors non, tout a à nouveau un sens, Dieu ne s'est pas trompé,
ne nous a pas trompé, et n'a pas laissé le péché triompher. 
Du coup, la vie vaut la peine, quoi qu'en disent les apparences de ce monde qui passe.

dimanche 1 avril 2018

Je devrais commencer à être habitué, maintenant,
à la résurrection de Jésus à Pâques, puisqu'on en fait mémoire chaque année.
Pourtant je n'arrive pas à m'y habituer,
pas plus que je n'arrive à m'habituer à la messe, d'ailleurs.
C'est que l'amour de Dieu, c'est toujours surprenant,
surtout quand on en voit la puissance inimaginable
et les oeuvres exceptionnelles qu'il accomplit par cette force unique 
que le monde ignore largement non dans la théorie, mais dans sa façon d'agir.