Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

vendredi 31 août 2018

Aimer, ça va au-delà du raisonnable, ça le dépasse infiniment.
Par exemple, si l'amour n'accompagne pas la raison, 
alors il est impossible de connaître quelqu'un à fond, 
parce que seul l'amour peut sonder jusqu'au fond de l'être. 
Et là où la raison sera découragée, dégoutée ou dépassée, 
l'amour trouvera toujours un passage et une solution. 
Ne suis pas que ta raison, si tu veux aimer. 
La raison peut t'emmener jusqu'à la porte de l'amour, mais elle est incapable de l'ouvrir seule.

jeudi 30 août 2018

L'idée de ce que c'est qu'aimer, et aimer quelqu'un pour de vrai, 
ce sont deux choses différentes.
Eh bien c'est pareil avec l'amour de Dieu. 
Qu'on se l'imagine, qu'on sache qu'il faut l'aimer, d'accord.
Mais l'aimer pour de vrai, autant de coeur qu'en actes, c'est tout autre chose. 

mercredi 29 août 2018

D'un côté, il y a la théorie : ce que nous devrions être, comment on aurait dû nous éduquer, 
ce que nous devrions savoir, puis mettre en pratique, bref comment nous devrions vivre
pour correspondre parfaitement au plan de Dieu sur nous et sur l'humanité.
De l'autre côté, il y a la réalité : les tares, handicaps ou maladies avec lesquels nous sommes nés, 
la façon dont nous avons été éduqué, ou pas, selon les parents qu'on a eu, 
le fait d'être né dans un pays libre ou pas, riche ou pauvre, chrétien ou pas, 
ce qu'est notre famille, qui sont nos amis, à quel point le péché est entremêlé dans notre vie, etc...
Une vie au cordeau, pleinement conforme à la théorie, ça n'existe pas : 
c'est un plan qui, dans notre vie, ne sera jamais parfaitement réalisé, à cause de notre réalité.
Ce qu'il faut s'efforcer de faire, c'est de tendre vers ce qu'on sait être bon, 
à la mesure de nos moyens et de nos faiblesses, avec bonne volonté,
selon ce qu'on en comprend et qui est à notre portée.
Mais alors, me diras-tu, comment devenir saint ?
Heureusement, la sainteté n'a rien à voir avec notre perfection, sinon personne ne serait sauvé.
Dieu seul est saint. Tu veux le devenir aussi ? Aime-Le, puis colle-toi à Lui, 
par la prière, les sacrements et la lecture des Evangiles, à la mesure de tes possibilités.
Et laisse-le te transformer de l'intérieur, laisse l'Esprit Saint t'indiquer ce que tu peux faire de bon. 
Lui te connait mieux que toi-même, il connait ta situation, tes possibilités et tes limites.
Il saura t'indiquer la route à suivre, et mettra sur ta route des gens capables de t'aider. 

mardi 28 août 2018

C'est rarement une bonne idée de donner son avis quand personne ne le demande,
en particulier sur des sujets douloureux que l'on n'a jamais vécus soi-même
ou dont on n'a jamais eu à subir les conséquences. 

lundi 27 août 2018

L'Eglise a une raison d'être : 
transmettre fidèlement la Parole de Dieu, en particulier celles du Christ, 
à toutes les générations et jusqu'aux extrémités de la terre. 
Annoncer la résurrection de Jésus, qui préfigure la nôtre, 
avec le mode d'emploi pour parvenir au paradis qu'Il nous a promis. 
Et donner au monde les sacrements dont il a besoin pour avoir la force, avec la grâce de Dieu, 
de mettre en pratique tout ce que le Christ nous a enseigné. 
Au cours des siècles, l'Eglise a accumulé toute sorte d'habitudes et de traditions,
que l'on aime et auxquelles on tient, mais qui tiennent plus de la décoration que de rien d'autre.
Si ce folklore, à un moment ou en un lieu, devient un frein à l'annonce de l'Evangile, 
alors il est légitime de s'en passer, 
tant que le but consiste à transmettre fidèlement le message de Jésus
ainsi que les sacrements licites et valides qui l'accompagnent, quel que soit leur habillage local. 
Il ne faut pas que les traditions culturelles ou cultuelles des hommes soient un frein à l'extension 
du message salvifique de l'Evangile du Christ,
qui n'a aucune raison d'être gravé dans le marbre d'une époque ou d'un lieu 
alors qu'il est, par essence, universel et intemporel. 

dimanche 26 août 2018

"Servir Dieu"... 
Je ne sais pas ce que ça veut dire. 
Je sais ce que c'est qu'aimer Dieu par-dessus tout, enfin quand je dis "je sais"...
je le sais dans la limite de mes capacités et de ce que j'ai déjà fait dans ce sens, quoi. 
Mais "servir Dieu" ? 
Ça voudrait dire que Dieu a besoin de mes services ? 
Que sans moi Il ne peut pas faire ce qu'Il a à faire ? 
Qu'il est coincé dans son projet tant que je refuse de collaborer ? 
Non, vraiment, je trouve que ça n'a pas de sens. 
Je ne me souviens pas avoir été consulté quand Il a créé l'univers à partir de rien. 
La seule chose qui dépende véritablement de moi, 
c'est le choix d'aimer, ou de refuser d'aimer. 
Ça, d'accord, personne ne peut le faire à ma place, même pas Dieu. 
Mais pour les bricoles, honnêtement, je pense qu'Il peut parfaitement se passer de mon aide.
C'est moi qui ai besoin de Lui, pas le contraire. 

samedi 25 août 2018

On est juste un petit peu de terre avec du souffle divin, si on en croit la Genèse.
On est si fragiles... 
C'est sans doute pour ça que Dieu est si miséricordeux avec nous, 
parce que, quoi qu'on en pense, on n'est pas grand-chose en fait. 
Un pas grand-chose que Dieu a choisi d'aimer, 
parce qu'Il est grand. 

vendredi 24 août 2018

L'Eglise est l'épouse bien-aimée du Christ. 
L'Eglise céleste, déjà parfaite, et l'Eglise terrestre, toujours perfectible.
Toujours est-il que s'en prendre à elle et prétendre rester ami avec Dieu, 
c'est parfaitement illusoire. 
Qui resterait ami avec quelqu'un qui dénigre en permanence celle qu'il aime plus que tout, 
à fortiori celle pour laquelle il a donné sa vie par amour ? 

jeudi 23 août 2018

C'est la mode, aujourd'hui, de trouver pour son enfant 
le prénom le plus original possible, celui à qui personne n'avait pensé.
Chacun fait ce qu'il veut, mais en ne donnant pas à son enfant un prénom chrétien, 
on le prive de la protection d'un saint qui vit en présence de Dieu jour et nuit. 
Pas sûr qu'il y ait un Globulon ou une Clafoutine au ciel...

mercredi 22 août 2018

Il m'est arrivé souvent que des gens me disent qu'ils étaient heureux après une célébration. 
Du coup je leur fais remarquer qu'il y en a tous les dimanche, et même tous les jours, 
et qu'il ne tient qu'à eux d'être heureux plus souvent. 
Alors certains deviennent tout tristes, parce qu'ils ne comptent pas revenir... 
C'est curieux de savoir où on peut trouver le bonheur, et de n'en tenir aucun compte. 

mardi 21 août 2018

Ceux qui pensent que Dieu est quelqu'un du passé dont on n'a plus besoin, 
maintenant qu'on a la science, la sécurité sociale ou la retraite, 
oublient qu'ils sont mortels, eux. 
Ce n'est pas Dieu qui se dissout dans le temps quand on pense n'avoir plus besoin de lui.
Lui est immortel, 
contrairement à notre orgueil et notre suffisance qui mourront avec nous. 
Il faut être bien imbu de soi pour penser ne plus avoir besoin de Dieu. 

lundi 20 août 2018

Ce que Dieu a donné, Dieu peut le reprendre.
Qui pourrait lui en vouloir d'agir comme bon lui semble avec ses propres biens ? 
Ne te rebelle pas, au contraire, humilie-toi et cherche la volonté de Dieu de nouveau.
Peut-être changera-t-il d'avis en voyant ta réaction ?
Oh ! Qu'elles sont dures à entendre, ces paroles de sagesse, 
à une époque où tout le monde croit être supérieur à Dieu et parfaitement autonome ! 
Et pourtant elles ont sauvé bien des gens par le passé, 
et elles pourraient en sauver tellement aujourd'hui ! 

dimanche 19 août 2018

La sagesse ne vient pas de l'originalité ou de l'inventivité de chacun.
C'est au contraire quelque chose qui se recueille aux pieds 
de ceux qui ont vécu avant nous en appliquant les principes
que bien des générations avaient suivis avant eux. 
Celui qui tient à tout prix à vivre selon ce qui lui passe par la tête
en ne tenant aucun compte des sages des temps passés
aura bien du mal à faire de sa vie quelque chose de sensé. 

samedi 18 août 2018

Sur cette terre, on peut vivre du travail de ses parents, 
sans jamais lever le petit doigt, simplement en héritant. 
Il n'en va pas de même au ciel. 
Quand bien même tes parents auraient été des saints canonisés, 
ça n'enlève rien à ta responsabilité personnelle dans les choix que tu fais. 
Si on rejette l'amour, alors on vivra loin de Dieu, 
quels que soient notre nom, notre religion ou notre origine. 

vendredi 17 août 2018

Il y a toujours deux façons d'envisager les relations humaines : 
avec ou sans compréhension, 
avec ou sans empathie, 
avec ou sans bienveillance, 
bref avec ou sans amour. 
Devine quelle est la meilleure façon de faire quand on prétend être chrétien ? 
Puis efforce-toi de mettre la bonne réponse en pratique... 

jeudi 16 août 2018

J'ai connu un prêtre qui avait un rythme de tortue : 
levé tard, pas trop vite le matin, repas, sieste, lentement l'après-midi, couché tôt. 
Ah ça, c'est sûr, il ne risquait pas le claquage nerveux.
Résultat, il était d'une efficacité redoutable, 
parce qu'il était lent, certes, mais inexorable, 
comme un glacier qui, peu à peu, applanit tout sur son passage, 
et auquel même les plus gros rochers ne résistent pas.
Il est resté en paroisse jusqu'à sa mort, à plus de 85 ans si mes souvenirs sont bons, 
alors qu'il était de nature délicate et de santé fragile.
L'agitation n'a rien à voir avec l'efficacité.

mercredi 15 août 2018

Être toujours sous tension n'aide pas à être efficace, 
ça serait même plutôt le contraire.
Apprends à te détendre. À souffler un coup. À perdre du temps, un peu. 
Tout n'est pas une question de vie ou de mort, 
et le monde ne s'arrêtera pas de tourner parce que tu fais une pause
ou que tu vis les choses paisiblement et avec légèreté.

mardi 14 août 2018

Le plus grand dans le Royaume de Dieu sera celui qui sait aimer le plus.
C'est donc Dieu, bien évidemment. 
Mais rien ne nous interdit de chercher à devenir comme Lui, 
ce qui est impossible pour nous, 
mais tout est possible à Dieu.
Et si nous le prions et recevons les sacrements avec constance et fidélité, 
Il finira bien par nous imprégner, plus ou moins selon notre réceptivité, 
de son amour et de la capacité à donner notre vie les uns pour les autres
comme Il l'a fait pour nous. 

lundi 13 août 2018

En Jérémie 17,5 , on trouve un avertissement étrange : 
"Ainsi parle le Seigneur : 
maudit l'homme qui se confie en l'homme, qui fait de la chair son appui,
et dont le coeur s'écarte du Seigneur ! 
(...) Béni l'homme qui se confie dans le Seigneur, et dont le Seigneur est la foi". 
"Malheureux l'homme qui se confie en l'homme", on pourrait comprendre. 
Celui qui n'a encore jamais été trahi après avoir mis sa confiance en quelqu'un 
n'a qu'à attendre un peu, ça finira par arriver, tôt ou tard, 
ne serait-ce qu'à cause de la faiblesse humaine 
qui nous pousse à faire le mal que nous ne voudrions pas. 
Mais non. Dieu dit "maudit", pas juste malheureux. 
C'est un avertissement sévère. 
Mettre toute sa confiance en une personne comme on la mettrait en Dieu, 
c'est donc mettre en danger mortel non seulement son bonheur sur terre, mais son bonheur éternel. 
Rien d'étonnant, dès lors, que quand quelqu'un exige pour lui l'obéissance qui n'est due qu'à Dieu, 
ça conduise à des abus, des catastrophes, des scandales et des malheurs.
Le seul qui pourrait le faire, c'est Jésus Christ, et il ne l'a pas fait : il laisse chacun libre de ses choix... 
Alors méfie-toi de qui exige envers lui-même une servitude aveugle et totale : 
il est certain que ça n'a rien à voir avec la douce obéissance demandée par le Seigneur.

dimanche 12 août 2018

Avoir beaucoup de sentiments pour le Christ mais sans aucune formation théologique, 
c'est s'exposer à la superstition et à suivre des voies erronées
comme les sectes, les hérésies ou les intégrismes.
Avoir beaucoup de formation théologique mais sans sentiments pour le Christ
c'est s'exposer à l'orgueil, à la rebellion contre ceux qui en savent moins, 
au manque de charité, de douceur, de compréhension ou de bienveillance.
Tu aimes le Christ ? Très bien, alors forme-toi pour en apprendre le plus possible
sur sa vie, mais aussi sur son oeuvre, qui est l'Eglise, et sur les commandements qu'il nous a laissés.
Tu connais très bien tout ça ? Très bien, alors ne néglige pas la prière quotidienne assidue, 
les temps d'adoration, les oeuvres de charité, l'accompagnement spirituel et la confession fréquente.
Aime le Christ, et connais-le. Connais-le, et aime-le. 
Alors ta foi ne sera pas vaine, et ta connaissance de Dieu te mènera à Lui.

samedi 11 août 2018

Dans toute relation d'amour ou d'amitié qui dure, 
il va y avoir, tôt ou tard, des tensions et des épreuves.
Ce pourra être dû à quelque chose d'extérieur (maladie, chômage, accident...)
ou quelque chose d'intérieur (changement de caractère, lassitude, envie d'autre chose, 
tentations, déception, faiblesses, incapacité à s'adapter, etc...)
qui les provoquera. 
Peu importe d'où ça vient, le résultat est le même : 
il va falloir les supporter, pendant un temps plus ou moins long, et les vaincre. 
J'aime bien l'appel de Churchill : "we shall never surrender !", "nous ne nous rendrons jamais !".
Il en est de l'amour comme de la guerre : 
le vainqueur, c'est celui qui ne s'est jamais rendu, mais qui a enduré l'épreuve, 
parfois au milieu des larmes, du sang et de la sueur (pour reprendre encore Churchill), 
pour finir par triompher.

vendredi 10 août 2018

Il arrive parfois que j'entende parler à la radio ou à la télé
de choses sur lesquelles j'ai des compétences et des connaissances précises.
Je suis souvent surpris, du coup, d'entendre des inepties, 
des imprécisions, des stupidités ou des mensonges, 
bref tout un tas d'affirmations peremptoires non conformes à la vérité.
Et je me dis que si ça arrive sur des sujets que je maitrise, 
ça doit arriver aussi sur ceux que je ne maitrise pas
et que je dois donc souvent être induit en erreur sur tout un tas de sujets. 
Ce n'est pas parce qu'on entend quelque chose à la télé ou à la radio 
(je ne parle même pas d'internet où on trouve tout et n'importe quoi)
que c'est parole d'évangile.

jeudi 9 août 2018

Tu te rappelles quand Dieu demande au prophète Jérémie
de cacher sa ceinture en lin entre les pierres d'un ruisseau, 
et de la laisser là des mois, puis de la reprendre, 
et elle est toute pourrie ?
Eh bien voilà ce qui arrive à toute personne qui met sa foi de côté, 
en pensant la retrouver intacte le jour où elle en aura besoin : 
le ruisseau de la vie et des mauvaises habitudes l'aura abimée, 
et c'est quand on veut la récupérer qu'on se rend compte 
qu'elle est devenue inutilisable...

mercredi 8 août 2018

Pour prier chaque jour, 
ce n'est pas de temps qu'on a besoin, 
mais de motivation. 
Le temps, on en a 24h par jour.
N'ai-je pas le temps de manger ? 
De dormir ? D'aller aux toilettes ? 
De travailler ? De me reposer ? 
Oh, du temps, on en a, tous le même.
C'est ce qu'on en fait qui change.

mardi 7 août 2018

Parce que la science a des théories, on a tendance à oublier les faits.
On pense que l'univers s'est fait comme-ci comme-ça ? 
Qu'il a tant de milliards d'années, qu'il est étendu de tant d'années lumières, tout ça ? 
Ok, mais ça ne change rien au fait qu'il a été créé à partir de rien, 
par une volonté organisée, puisqu'il répond à des lois universelles inscrites en lui. 
Eh bien, cette volonté créatrice, c'est ce qu'on appelle Dieu. 
Être scientifique n'est pas incompatible avec le fait d'être croyant, 
et d'ailleurs il n'y a même pas besoin d'être croyant pour savoir qu'il y a un dieu. 
Être croyant, c'est croire ce qu'Il nous a dit de lui-même, 
et s'efforcer de mettre en pratique ce qu'Il nous a dit de faire.
Ce n'est pas juste avoir compris qu'il existe. 

lundi 6 août 2018

Ne t'y trompe pas : l'amour n'est pas juste du plaisir ou du bonheur, 
c'est aussi une responsabilité : on est responsable des gens qu'on aime.
Ceux qui refusent cette responsabilité sont incapables d'aimer vraiment.
Ils savent profiter, oui, ils ne sont pas plus bêtes que les autres.
Mais ils ne savent pas donner leur vie pour ceux qu'ils aiment.
Or c'est ça, aimer. 

dimanche 5 août 2018

Dans le sacrement de confession, il n'y a pas d'esprit de vengeance : 
Dieu n'exige pas d'avoir la peau du pécheur.
Mais il demande sa conversion, c'est pourqui il y a un esprit de réparation : 
le voleur doit rendre ce qu'il a volé, le menteur dire la vérité, 
le pécheur doit se détourner de ses mauvaises habitudes, 
celui qui a fait du mal doit demander pardon à ses victimes
et les dédommager du mal qu'il leur a fait, etc etc... 
Et quand on ne peut pas réparer, alors il reste la pénitence, 
qui doit être à la hauteur du mal commis 
et démontrer une véritable contrition et une prise de conscience de ce qu'on a fait. 
Eh oui ! Dieu est amour, c'est entendu. 
Mais il est aussi juste. 
La confession n'est pas un blanc-seing pour faire n'importe quoi. 

samedi 4 août 2018

Dieu nous a dit tout ce qu'il avait à nous dire
d'abord par les prophètes, et il a complété la révélation
en envoyant sa Parole parmi nous, son Fils bien-aimé. 
Tout est dit. 
Maintenant, il n'y a plus qu'à mettre en pratique ses enseignements. 

vendredi 3 août 2018

Dieu ne prendra jamais en nos coeurs
que la place qu'on lui laisse. 
Plus tu lui en laisses, plus Il sera présent dans ta vie
et moins tu seras seul. 
Si tu ne lui en laisses pas du tout, 
alors il faudra affronter seul ta vie... et ta mort. 

jeudi 2 août 2018

Une paroisse où les piliers de l'Eglise,
c'est à dire celles et ceux qui font tout tenir en la servant,
ne s'apprécient pas et le font savoir à qui veut les entendre,
c'est un contre-exemple de ce que nous a enseigné le Christ.
"C'est par l'amour que vous avez les uns pour les autres
que le monde reconnaîtra que je vous ai envoyés", a dit Jésus.
Si cet amour est inexistant, alors notre mission ne peut pas réussir,
et tout notre travail n'est que vaine agitation,
pas service de Dieu et de son Eglise.

mercredi 1 août 2018

Baptiser l'enfant de parents qui ne croient pas vraiment en Dieu,
qui ne le fréquentent jamais dans les sacrements ni la prière,
qui ne savent ni qui Il est ni ce qu'Il veut ni même s'Il existe,
c'est planter une graine en plein désert.
Peut-être qu'un jour elle va pousser, va savoir.
Mais pour ça il va falloir un miracle en plus du sacrement.