Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

dimanche 30 novembre 2014

La ligne est ténue
entre partager son opinion, en cherchant à être clair et compréhensible,
ou chercher à obliger l'autre à être convaincu et à penser comme nous.
Fais attention si tu es chrétien(ne), à fortiori si tu es prêtre :
l'Evangile et son enseignement sont une invitation au salut, 
pas un fardeau qu'on aurait le droit de charger de force sur ceux qui n'en veulent pas.

samedi 29 novembre 2014

La sensibilité (ce que nos cinq sens perçoivent du monde)
est un instrument absolument indispensable dans le processus de la connaissance.
Elle nous aide à appréhender notre entourage
(avec plus ou moins de précision selon qu'on est plus ou moins sensible)
et à interagir avec lui de façon rationnelle et intelligente.
La sensiblerie, en revanche, si elle ressent aussi des sensations,
ne les fait pas passer par le circuit de la connaissance ou de la raison :
elle ne provoque que des réactions instinctives, primales ou réflexes.
Si nous avons la sensiblerie en commun avec le règne animal,
il est indispensable qu'elle devienne de la sensibilité pour agir en êtres humains.
Ce n'est pas si évident que ça en a l'air, parce que ça n'est pas automatique :
ça passe par une transmission et une éducation que devraient donner les parents
à agir en humains et non en animaux, 
guidés par la raison et non par l'instinct.

vendredi 28 novembre 2014

Un effort ou un sacrifice n'est pas, de soi, intelligent.
Je peux faire beaucoup d'efforts qui soient totalement inutiles et stériles :
par exemple en m'agitant dans tous les sens pour un résultat finalement médiocre,
ou en faisant un régime drastique qui ne me fera pas perdre de poids sur la durée.
Avant de consentir un sacrifice ou de se jeter dans l'effort,
il n'est donc pas superflu d'en analyser la pertinence
et de s'assurer que le résultat sera bien conforme à ce qu'on en attend :
rien ne sert d'accélérer en voiture pour rattraper son retard 
si on ne s'assure pas d'abord qu'on roule dans la bonne direction...

jeudi 27 novembre 2014

Il y avait un intérêt majeur, durant les trois premiers siècles du christianisme,
à ne pas avoir de bâtiments officiels pour se réunir, à ne pas avoir d'églises.
L'église, c'était juste la communauté elle-même :
soit on participait à ses rassemblements, au minimum pour l'eucharistie,
et c'est d'abord à ça qu'on reconnaissait qu'on était chrétien,
soit on ne participait à rien et on ne s'y unissait pas,
et on savait qu'on ne l'était pas.
On ne pouvait pas avoir l'illusion d'être bien assez chrétien comme ça
juste parce qu'un bâtiment dans son village ou dans sa ville s'appelle une "église" 
et qu'on y a son nom inscrit quelque part sur un registre, au fond d'un placard...

mercredi 26 novembre 2014

Ceux qui nous donnent de la joie méritent qu'on leur en donne en retour.
Ceux qui ne nous en donnent pas ne le méritent pas, 
mais il faut leur en donner quand même quand on le peut.

mardi 25 novembre 2014

Je ne sais pas si "Dieu reconnaîtra les siens", 
mais il est possible que seuls les siens soient capables de reconnaître Dieu...

lundi 24 novembre 2014

L'humanité est tellement vaste et diverse
que toute personne qui ne veut y voir que du scandale et de la méchanceté
trouvera toujours de quoi repaître son appétit,
mais toute personne qui veut être édifiée et voir des gens admirables 
les trouvera tout aussi facilement.

dimanche 23 novembre 2014

Il m'arrive d'entendre des gens prétendre qu'ils "défendent le Christ",
en s'opposant, parfois jusqu'à la violence, à des lois opposées à la morale chrétienne
ou à des gens qui ont juste le tort impardonnable de ne pas penser comme eux.
Ce sont les idoles qui ont besoin d'être défendues,
elles qui n'ont aucune façon de se défendre elles-mêmes,
parce qu'elles n'existent que dans l'esprit de ceux qui les créent.
Dieu, lui, n'a nullement besoin de qui que ce soit pour le "défendre",
il n'est ni un incapable ni une chimère!
En réalité, c'est uniquement soi-même et son mode de vie ou de pensée que l'on défend.
Ce n'est pas nécessairement un mauvais motif, d'ailleurs.
Mais il faut juste être au clair avec les véritables raisons d'être de nos combats, 
et avoir la vaillance d'en assumer la responsabilité.

samedi 22 novembre 2014

La foi chrétienne ne façonne l'individu à l'image et à la ressemblance du Christ
que si on la vit comme Lui, qui a donné sa vie pour nous par choix d'aimer.
Si on la déconnecte de l'amour de Dieu et du don de soi, 
elle n'est souvent plus qu'une vague superstition sans queue ni tête.

vendredi 21 novembre 2014

C'est étrange de tenir Dieu pour responsable de tous les maux :
la pauvreté, les guerres, les injustices, la souffrance, la mort etc etc...,
alors que le vrai coupable, lui, n'est jamais inquiété ni même cité.
Tout le mal qui arrive sur terre te révolte?
Très bien. Alors sache que le responsable s'appelle le diable, 
et l'outil qu'il a inventé pour faire tout ce mal s'appelle le péché.
J'aimerais bien que certains chrétiens changent de religion,
tellement ils sont un contre-exemple et un repoussoir pour parvenir à Dieu... 
Mais bon, on ne choisit pas sa famille, comme dit le dicton.

jeudi 20 novembre 2014

Ça m'amuse toujours quand des intellectuels s'étonnent
du fait qu'on puisse encore être chrétien de nos jours,
comme si c'était la chose la plus ringarde au monde.
Ça me fait penser à un aveugle qui se demanderait
"mais comment font-ils pour voir la lumière
alors que moi je ne vois rien, 
et que je suis très content comme ça ?"

mercredi 19 novembre 2014

Tant que l'humanité gardera un goût prononcé pour le romanesque et l'extraordinaire, 
les théoriciens du complot auront de beaux jours devant eux.

mardi 18 novembre 2014

Jésus se demandait s'il trouverait la foi sur la terre à son retour...
Si ceux qui s'acharnent à détruire l'Eglise parviennent un jour à leurs fins,
alors il ne la trouvera pas.
C'est l'Eglise qui est la gardienne et la garante du dépôt de la foi, 
elle que Jésus a fondé lui-même dans ce but.

lundi 17 novembre 2014

Il y a de nombreuses voix pour discréditer et rejeter la morale chrétienne,  
parce qu'elle est comme un caillou dans la chaussure de notre conscience.
C'est possible de la supprimer, tout comme il est possible de supprimer
le code de la route et toute règle de conduite automobile :
seulement, très prévisiblement, ça coûtera cher, ici en vies humaines, 
là en vies éternelles.

dimanche 16 novembre 2014

Couper un arbre à la racine alors qu'on est assis sur les branches,
c'est l'assurance de se retrouver par terre.
C'est la même chose quand on s'en prend au pape alors qu'on est chrétien :
on attaque la pierre angulaire que le Christ lui-même a voulue pour son Eglise,
qu'Il a choisie personnellement et confimée à maintes reprises dans les évangiles, 
mettant ainsi en péril la religion dont on prétend pourtant être les disciples.

samedi 15 novembre 2014

Le bruit du monde est d'autant plus fatigant qu'il est, bien souvent, vain et stérile.
Et si l'avenir de l'humanité était vraiment dans les étoiles?
Pas pour y aller, mais pour y envoyer des sondes, comme Voyager ou Rosetta et Philae.
Il est tout de même plus satisfaisant d'unir nos efforts pour explorer l'univers
que de nous diviser pour régner sur notre planète aux dépens des autres...
Observer le monde de loin, ça aide à relativiser beaucoup de choses.
Et quand la mission est réussie, quelle beauté, quelle émotion, quelle fierté!
Je trouve que ça réconcilie largement avec le genre humain, 
et ne serait-ce que pour ça, c'est quelque chose de salutaire et de nécessaire.

vendredi 14 novembre 2014

Est-il légitime de faire passer sa vocation avant tout le reste,
en particulier avant les personnes qui nous aiment?
Trouver le bonheur en accomplissant sa vocation, ce n'est déjà pas si facile,
mais alors le trouver sans pouvoir l'accomplir, c'est extrêmement fastidieux
à un point tel que ça tient, pour ainsi dire, du miracle.
Dans la mesure où tout être humain a droit au bonheur,
donc moi aussi bien que les personnes qui m'aiment,
alors oui, je pense qu'il est légitime d'accomplir sa vocation,
même si elle ne correspond pas aux besoins ni aux envies de ceux qui m'aiment.
D'ailleurs, s'ils m'aiment pour moi et non pour eux-mêmes, 
ils devraient, sinon s'en réjouir, au moins le comprendre et l'accepter.

jeudi 13 novembre 2014

Si ceux qui passent leur vie à observer celle des autres pour la critiquer
utilisaient tout ce temps perdu pour s'améliorer eux-mêmes,
ça fait longtemps qu'ils seraient devenus saints  
au lieu de devenir amers et détestables.

mercredi 12 novembre 2014

Les gens qui réduisent le christianisme à une morale sont rarement rigolos.
Ceux qui le réduisent à une pratique liturgique sont rarement magnanimes.
Ceux qui le réduisent à une connaissance théologique sont rarement humbles.
Mais ceux qui sont des amis proches du Christ,
parce qu'ils le fréquentent, l'écoutent et mettent sa parole en pratique, 
ceux-ci sont souvent charmants, parce qu'ils sont joyeux, bons et simples.
Le premier commandement est d'aimer Dieu par-dessus tout.
Si le deuxième, "aime ton prochain comme toi-même", lui est semblable,
le premier reste malgré tout prioritaire,
et si on ne peut prétendre aimer Dieu sans aimer son prochain,
on ne peut pas plus prétendre aimer parfaitement son prochain sans aimer Dieu.
C'est Dieu qui est la source de tout amour véritable, 
et on ne peut aimer sans aimer l'amour...

mardi 11 novembre 2014

À l'époque où on avait des prêtres en pagaille,
mourir d'épuisement le sourire aux lèvres et le travail accompli
pouvait être un idéal sacerdotal : il y aurait bien quelqu'un pour prendre la suite.
Aujourd'hui, cet idéal ressemble plutôt à un suicide pour nos paroisses,
parce que quand un prêtre disparaît, il n'est pas toujours remplacé, 
et c'est beaucoup de monde qui est alors laissé à l'abandon.

lundi 10 novembre 2014

Il n'est pas superflu de se souvenir, au moins une fois par jour,
de la raison pour laquelle nous sommes sur cette terre,
du sens véritable de notre existence ici-bas,
et de la décision que nous avons à y prendre.
C'est même absolument indispensable, si on veut avoir le recul nécessaire
pour ne pas oublier qui nous sommes et ce que nous avons à devenir,
et pour ne pas nous laisser ballotter uniquement au gré de nos sentiments, 
de nos instincts, de nos problèmes ou des difficultés de cette vie.

dimanche 9 novembre 2014

C'est le jour de ma mort,
quelle qu'en soit l'heure,
que Dieu veut me trouver prêt.
Comme je ne sais pas quand ça sera, 
il faut être prêt tout le temps.

samedi 8 novembre 2014

On ne peut pas vivre la vie des autres à leur place,
même pour porter leurs fardeaux ou leurs croix,
pour leur éviter de souffrir ou de mourir.
C'est à eux de faire leur expérience, de prendre leurs décisions,
et d'être plus ou moins profondément marqués par leurs conséquences.
Je ne sais pas si c'est du fatalisme, 
mais c'est comme ça.

vendredi 7 novembre 2014

Quand l'individu prime sur le groupe
et les droits individuels sur le bien commun,
la société n'a plus la cohérence qui lui permettait d'exister en tant que telle, 
et elle est appellée à disparaître.

jeudi 6 novembre 2014

Ici c'est aujourd'hui,
à un autre endroit de la terre c'est encore hier
et à un autre déjà demain.
En fait, au moins sur terre, pour voyager dans le temps, 
il suffit de voyager dans l'espace...
La joie chrétienne n'est pas nécessairement tonitruante ni pleine de rires.
Selon les circonstances de la vie elle pourra même se faire secrète,
mais elle est là, au coeur, ancrée juste à côté de l'espérance de la résurrection
et du jour où, "délivrés du péché et de tout mal", 
on se retrouvera tous au paradis pour la vie éternelle !

mercredi 5 novembre 2014

De même qu'un champ laissé en jachère ne reste pas nu
mais se couvre de mauvaises herbes,
ainsi un peuple qui a perdu la foi en Dieu ne reste pas sans croire en rien 
mais il se remplit de magie et de superstitions.

mardi 4 novembre 2014


Beaucoup d'évêques de pays étrangers
refusent catégoriquement d'envoyer des prêtres en France.
Ils ont peur qu'ils n'y perdent leur vocation, voire la foi.
Ils pensent, à juste titre, que quand un prêtre n'est pas reconnu pour ce qu'il est,
mais qu'on s'en sert comme d'un distributeur automatique de sacrements,
qui doit juste être sorti de sa sacristie quand on a besoin de lui
et y retourner très vite, si possible sans avoir trop parlé, quand on a fini,
alors sa vie sacerdotale est en danger mortel.
Le pire, c'est qu'ils n'ont pas tout à fait tort, et que je comprends leur réticence :
c'est une vie qui ne convient pas plus à tous les prêtres
que le désert ne convient à tous les animaux 
ou la guerre à tous les reporters.

lundi 3 novembre 2014

Que la famille explose et c'est la civilisation telle qu'on la connait qui disparait.

dimanche 2 novembre 2014

J'ai connu dans ma vie des prêtres qui se sont retrouvés à l'hôpital
pour en avoir trop fait, parce qu'ils n'ont jamais pris le temps
de se reposer ni de se soigner quand ils en avaient besoin.
Je ne sais pas si c'est la vertu qui les a menés là, ou l'orgueil
de se prendre pour les sauveurs du monde
et de croire qu'ils étaient indispensables 
au point d'avoir mis leur vie en danger par négligence...

samedi 1 novembre 2014

En fait, dans les Béatitudes,
le Christ nous indique ni plus ni moins le chemin pour l'imiter,
parce que c'est lui-même qu'il décrit...
Dieu seul est saint.
Mais rien ne nous interdit de devenir ses enfants,
et donc de devenir, nous aussi, saints.
Comment ?
Par le baptême, qui nous met sur le chemin qui mène à Lui,
avec l'aide de l'Esprit Saint qui désormais habite en nous.
Mais aussi en "écoutant la parole de Dieu et en la mettant en pratique",
puisque Jésus nous dit que tous ceux qui font ça sont
"son frère, sa soeur, sa mère...", bref, sa famille.
Or comme il est l'unique fils de Dieu, lui qui est de nature divine
(contrairement à nous),
si nous devenons ses frères et ses soeurs
alors nous participons de sa sainteté,
car il est Dieu, car il est saint. 
C'est aussi simple que ça... au moins à comprendre.