Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

lundi 13 août 2018

En Jérémie 17,5 , on trouve un avertissement étrange : 
"Ainsi parle le Seigneur : 
maudit l'homme qui se confie en l'homme, qui fait de la chair son appui,
et dont le coeur s'écarte du Seigneur ! 
(...) Béni l'homme qui se confie dans le Seigneur, et dont le Seigneur est la foi". 
"Malheureux l'homme qui se confie en l'homme", on pourrait comprendre. 
Celui qui n'a encore jamais été trahi après avoir mis sa confiance en quelqu'un 
n'a qu'à attendre un peu, ça finira par arriver, tôt ou tard, 
ne serait-ce qu'à cause de la faiblesse humaine 
qui nous pousse à faire le mal que nous ne voudrions pas. 
Mais non. Dieu dit "maudit", pas juste malheureux. 
C'est un avertissement sévère. 
Mettre toute sa confiance en une personne comme on la mettrait en Dieu, 
c'est donc mettre en danger mortel non seulement son bonheur sur terre, mais son bonheur éternel. 
Rien d'étonnant, dès lors, que quand quelqu'un exige pour lui l'obéissance qui n'est due qu'à Dieu, 
ça conduise à des abus, des catastrophes, des scandales et des malheurs.
Le seul qui pourrait le faire, c'est Jésus Christ, et il ne l'a pas fait : il laisse chacun libre de ses choix... 
Alors méfie-toi de qui exige envers lui-même une servitude aveugle et totale : 
il est certain que ça n'a rien à voir avec la douce obéissance demandée par le Seigneur.