Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

mardi 31 mai 2016

À peine Marie sait-elle qu'elle va être la mère du messie,
que tout son peuple attend et dont toute femme juive espère être la mère,
elle part assister sa cousine Elisabeth pour préparer la naissance
du fils que celle-ci a conçu dans sa vieillesse,
celui qui deviendra saint Jean le baptiste.
C'est à ça qu'on reconnait ce qui vient authentiquement de Dieu :
ça ne pousse ni à l'égoïsme ni à la gloriole, 
mais au service de Dieu et de l'humanité, à l'amour de Dieu et du prochain.

lundi 30 mai 2016

La "piété", l'amour de Dieu qui se manifeste par le respect de la religion,
est un mot que peu de monde connait aujourd'hui, et qui n'est plus enseigné.
On dirait un mot obsolète, qui sent la naphtaline et ne sert plus dans le monde actuel.
Pourtant, aujourd'hui comme hier, c'est une vertu fondamentale à notre salut.
Comment prétendre aimer Dieu si l'on méprise la religion qui mène à Lui
et qu'Il a fondée lui-même au prix de son sang ?
Et surtout, quel autre moyen avons-nous de parvenir à Lui,
autre que celui qu'Il nous a laissé comme le seul et unique chemin 
qui mène, avec certitude, au paradis ?

dimanche 29 mai 2016

"Eucharistie", c'est du grec et ça signifie "action de grâce".
Mais si on découpe le mot, le résultat est assez inattendu.
"Eu", c'est la racine de universel.
"Charis", c'est le mot qui donnera "charité", donc amour en tant que don de soi.
"Theo", c'est Dieu.
Donc on pourrait penser que ça signifie en fait "Dieu se donne à tous",
et même si en le traduisant comme ça je désespère des générations d'étudiants en grec, 
curieusement, ce n'est pas si bête malgré tout.

samedi 28 mai 2016

Ceux qui détestent la religion chrétienne ont souvent comme argument
que nous ne faisons des promesses que pour après la mort,
et que ça ne coûte pas bien cher, puisque personne ne peut prouver si c'est vrai ou pas.
Il y a dans ces arguments deux erreurs :
d'abord, nous croyons que Jésus est ressuscité des morts,
et c'est ce qui fonde notre foi sur la vie éternelle et la résurrection.
Ensuite, dire que ça ne coûte pas cher,
c'est oublier un peu vite que ça a coûté la vie à Jésus Christ,
ainsi qu'à des millions de chrétiens qui ont été persécutés après lui 
et qui le sont encore aujourd'hui, uniquement à cause de leur foi.

vendredi 27 mai 2016

"La charité couvre une multitude de péchés", nous dit saint Pierre.
Bien alors profitons-en : soyons toujours charitables, envers tous.
Si ça peut contrebalancer nos faiblesses, nos péchés, nos refus, nos hésitations,
nos trahisons, nos abandons, bref toute notre misère humaine, 
alors il serait bien idiot de s'en priver.

jeudi 26 mai 2016

Bartimée n'a pas peur de déranger pour attirer l'attention de Jésus.
Il faut dire qu'il a une bonne raison : il est aveugle et veut être guéri.
Du coup, même quand tout le monde lui dit de se taire, il crie devant tout le monde. 
J'aime ceux qui n'ont pas honte de leur foi et qui osent l'affirmer en public.

mercredi 25 mai 2016

Dans l'Eglise, ce que les gens prennent pour du pouvoir est en vérité du service :
le laïc est au service de lui-même, le diacre et le vicaire du curé, le curé d'une paroisse,
l'évêque d'un diocèse, les cardinaux du pape, le pape de l'Eglise.
C'est pour ça que le pape est "serviteur des serviteurs de Dieu", 
et non pas "maître suprême de l'Eglise".

mardi 24 mai 2016

Le prophète ne l'est pas pour lui-même,
tout comme le prêtre ne l'est pas pour lui-même.
Ce qui vient de Dieu ou qui va à lui ne peut être que donné, non thésorisé, 
c'est cohérent avec ce qu'il est et ce qu'il nous a enseigné.
De nos jours, "polémique" et "controversé" sont devenus des gros mots.
Quant au "dérapage", qui consiste à dire ce qu'on pense
sans l'habiller de précautions oratoires ni d'habiles périphrases, bref sans hypocrisie,
il constitue le péché ultime dans le monde médiatique.
Exemple de dérapage : dire de quelqu'un de connu, en public, que "c'est un con".
Il eut suffit de chuchoter, en privé, "c'est un mal-comprenant", comme dirait Bedos,
pour éviter le dérapage polémique, controversé et éventuellement passible de procès.
De là à conclure que nous sommes dans un pays
qui n'accepte plus que la "pensée unique",
prêt à tout moment à lyncher publiquement et avec force tapage
toute voix discordante qui s'opposerait au politiquement correct,
il n'y a qu'un pas que, pour ma part, je franchis allègrement,  
tant ce constat me semble être une triste évidence.

lundi 23 mai 2016

Quand on est un bébé, il suffit de faire un rot ou de faire pipi dans un pot
pour être acclamé comme Lingbergh après la traversée de l'Atlantique.
Normalement, quand on grandit, ça n'impressionne plus personne.
C'est à ça qu'on voit qu'on vit dans un monde infantilisé :
il suffit que Kim Kardashian montre ses fesses ou que Nabilla dise une incongruité
(et ce ne sont pas les exemples qui manquent, je prends ces deux-là au hasard),
et ça devient du jour au lendemain des "personnalités" acclamées et portées aux nues,
dont les "exploits" sont relayés par tous les médias, du plus trash au plus "sérieux".
Il est inquiétant de constater que l'âge mental de notre "civilisation"
a régressé jusqu'à être comparable avec celui de la petite enfance.
Les bébés, c'est bien mignon, mais ils ne sont pas prêts à affronter seuls la vie  
et vu le niveau actuel, je crains que ça ne soit le cas de beaucoup de monde aussi.
Il est nécessaire, si on veut profiter à fond de cette vie et de tout ce qu'elle a à nous offrir,
de ne pas rester toujours confiné dans son milieu social,
en ne choisissant comme amis que des gens identiques à nous,
qui ont le même statut, la même façon de penser, la même éducation,
la même foi, le même métier, les mêmes passions ou intérêts, etc etc...
Pour stimuler sa connaissance et sa compréhension du monde,
rien ne vaut l'échange interculturel, au sens large du terme.
la consanguinité mène inexorablement à l'extinction : 
ça vaut pour la génétique comme pour l'intelligence,
et même pour les peuples.
Le salut des âmes est l'aboutissement de la foi.
La foi est bien plus qu'une vague superstition, un grigri pour se protéger des ennuis.
Elle est censée nous conduire jusqu'à la vie éternelle.
Mair pour ça il faut qu'elle soit active, et pas juste un souvenir de catéchisme 
qu'on garderait au milieu de quelques babioles d'enfance.

dimanche 22 mai 2016

La Trinité, c'est la grande révélation de Jésus,
et celle qui l'a conduit à la croix : "il dit qu'il est le fils de Dieu".
Il est difficile de comprendre la définition de Dieu, qui est amour et donc trinité, 
quand on manque soi-même d'amour et qu'on ne pense qu'à soi.

samedi 21 mai 2016

Quelqu'un m'a dit un jour que, grâce à moi, il était revenu sur le droit chemin,
qu'il fréquentait à nouveau assidûment le temple,
avait laissé tombé la boisson et voyait à nouveau sa famille.
C'était un chanteur de country américain, protestant, 
que j'ai connu par hasard sur un forum de 3D sur internet
et avec qui j'avais discuté assez souvent à une époque.
Et si je n'ai pas souvenir de nos conversations théologiques ou morales,
je n'ai en revanche jamais oublié quand il m'a dit que je pourrais faire valoir,
quand je verrais Dieu, qu'une âme était revenue à Lui grâce à moi : 
c'est l'un des plus beaux cadeaux qu'on m'ait jamais fait.

vendredi 20 mai 2016

Quand on ne veut pas avoir de réponse à une question, il ne faut pas la poser.
Les pharisiens ont demandé l'avis de Jésus sur le divorce,
et sa réponse est limpide.
C'est la raison pour laquelle l'Eglise n'a jamais reconnu le divorce, 
et ne pourra jamais le faire.

jeudi 19 mai 2016

C'est difficile de convertir les riches,
parce qu'ils ont le pouvoir de faire taire ceux qui les contrarient, 
et ça limite beaucoup la possibilité qu'ils accèdent à la vérité.

mercredi 18 mai 2016

Au Pérou, quand des chrétiens se disent "à demain",
ils rajoutent toujours "si Dieu veut".
Je n'avais jamais remarqué que cette formule venait un droite ligne 
d'un conseil donné par saint Jacques lui-même.

mardi 17 mai 2016

La volonté de Dieu, c'est quoi ?
C'est que tu aie la vie éternelle, et que tu l'aie en plénitude.
Mais si tu ne l'obtiens pas par paresse ou désintérêt,
par amour du monde, des richesses ou des plaisirs,
alors comment prétendre aimer Dieu, 
toi qui t'es perdu par négligence alors que lui a donné sa vie pour te sauver ?

lundi 16 mai 2016

On peut être chrétien par tradition,
mais si on n'a pas le goût de la recherche de la vérité, 
il y a peu de chance qu'on devienne un jour chrétien par conviction.
La douceur est le sceau de la sagesse qui vient de Dieu. 
La "sagesse" humaine, elle, est souvent agressive, violente et jalouse.

dimanche 15 mai 2016

L'Esprit Saint est, sans aucun doute, bien méconnu de la théologie occidentale.
C'est malheureux, parce que si le Père est l'origine de tout et le Fils la Parole de Dieu,
l'Esprit Saint est l'Amour de Dieu, un amour qu'on reçoit à notre baptême,
et qu'il ne tient qu'à nous de faire fructifier,
en apprenant à mettre en pratique les inspirations qu'il nous souffle.
C'est la présence de Dieu en nous, au plus intime de nous-même,
qui fait de nous dès ici-bas des prêtres, des prophètes et des rois.
C'est le défenseur qui intercède pour nous et qui défend notre cause contre le diable, 
c'est le salut de Dieu, qui veut la conversion du pécheur et non sa mort.

samedi 14 mai 2016

Pour connaître la joie qui vient de Dieu,
il faut vivre comme lui, en aimant.
Elle ne vient pas de la simple connaissance, 
mais de l'action concrète de donner sa vie pour ceux qu'on aime.

vendredi 13 mai 2016

Quand on entend parler du pape, qui aurait dit ceci ou cela, une seule adresse :
http://www.news.va/fr/
Ici au moins, on sait ce qu'il a dit au mot près, et dans quel contexte.
Par exemple, aujourd'hui, les médias français glosent à l'envi
sur le fait qu'il serait d'accord pour ordonner des femmes diaconnesses.
Si on va lire ce qu'il a dit exactement, on se rend compte qu'il n'en est rien :
il veut bien former une commission chargée d'étudier le cadre exact
qui était celui des diaconnesses des premiers siècles,
parce que les historiens ne s'accordent pas sur leur fonction.
(on n'est pas sûrs, par exemple, qu'elles étaient ordonnées,
ni que le cadre de leurs compétences sortait des baptêmes de femmes adultes,
qui étaient baptisées nues et dont il fallait oindre le corps complet de saint Chrême,
ce qui justifiait que ça soit fait par des femmes et non par un évêque).
Bref, dans ce cas comme dans beaucoup d'autres,
il y a un gouffre entre ce qu'a dit le pape et ce que rapportent les médias.
Donc, aujourd'hui plus que jamais, il faut systématiquement aller aux sources,
avant de se scandaliser ou de faire couler de l'encre pour rien.
En fait, dans la mort, le plus dur n'est pas de perdre des proches,
c'est de perdre des intimes.
Quelle que soit notre foi et la certitude de la vie éternelle et de la résurrection, 
en attendant il faut supporter, chaque jour, le manque qu'on a d'eux.
Le critère de sélection de Jésus, c'est l'amour qu'on lui porte.
Ça vaut pour les papes, ça vaudra aussi pour nous 
quand on prétendra entrer au paradis.

jeudi 12 mai 2016

Être "un" avec le Christ, bref uni au Christ pour parler normalement,
c'est tout d'abord l'aimer, lui, profondément,
et à cause de cet amour, nous efforcer de l'imiter en tout,
et de mettre en pratique les enseignements qu'il nous a laissés.
Faire moins que ça, c'est rendre vain le baptême que nous avons reçu 
et n'avoir de chrétien que l'emballage, et non pas le contenu.

mercredi 11 mai 2016

Jésus dit que les chrétiens "n'appartiennent pas au monde".
Ça veut dire que nous ne devrions pas être intéressés par les mondanités,
les modes, le politiquement correct, bref tout ce qui est vanité et superficialité.
C'est que notre priorité devrait être la recherche de Dieu en tout, 
non celle des premières pages de journaux, des récompenses ou des acclamations.

mardi 10 mai 2016

La vie éternelle, c'est connaître Dieu, pour ainsi dire au sens biblique du terme,
comme Adam a connu Ève et engendré Caïn.
C'est que le paradis consiste à vivre avec Dieu, à demeurer éternellement en sa présence.
On peut déjà commencer sur terre, par la prière
et la fréquentation quotidienne des églises,
par l'amour de Dieu qui demeure en nous par l'Esprit Saint 
et qui produit des fruits d'amour et de sainteté.

lundi 9 mai 2016

Le Dieu trinité, Père, Fils et Esprit Saint, a été révélé par Jésus.
Certes, il a fallu du temps, des siècles même, et de nombreux conciles,
avant de savoir en donner une explication et une définition satisfaisantes.
C'est que la tache était ardue, il a fallu créer de toutes pièces
les concepts de nature, de substance et de personne, qui n'existaient pas encore
juste parce que la trinité n'est pas une connaissance née de l'expérience physique.
Nous n'avions donc pas les mots pour en comprendre et appréhender
le fonctionnement et la possibilité, puisqu'ils ne peuvent être observés.
Mais ce n'est pas pour autant une invention de l'Eglise :
l'Eglise n'a fait que scruter et comprendre l'héritage donné par le Christ,
et c'est pourquoi on ne peut pas être chrétien sans accepter ce que le Christ a révélé, 
et donc, entre autre, sans croire que Dieu est Père, Fils et Saint Esprit.

dimanche 8 mai 2016

Le chrétien ne doit faire qu'un avec le Christ,
comme des époux ne font plus qu'un quand ils sont mariés.
Mais pour cela, il faut aimer Jésus, l'aimer vraiment :
c'est sur ce critère qu'il choisira Pierre comme premier pape,
c'est sur ce critère qu'on rentre au paradis,
puisque celui qui l'aime garde sa parole et la met en pratique.
Peut-on être Chrétien sans aimer le Christ ? 
Non. C'est juste impossible, c'est se faire illusion.

samedi 7 mai 2016

Le Christ est venu sur terre à une époque où il y avait une grande attente de Dieu :
on voit par exemple Apollos annoncer que Jésus est le Christ,
alors qu'il n'a que les écritures pour le guider, il ne l'a pas connu personnellement. 
C'est quand la dernière fois qu'on a annoncé ça à quelqu'un, nous ?

vendredi 6 mai 2016

Corinthe, à l'époque de saint Paul, a une réputation épouvantable :
"Corinthienne" est synonyme de "prostituée", c'est tout dire.
Et pourtant, Dieu affirme qu'il a là un peuple nombreux. 
Ça illustre, si besoin était, à quel point "ses pensées ne sont pas nos pensées".

jeudi 5 mai 2016

Après sa résurrection, Jésus pouvait remonter vers le Père,
parce que sa présence sur terre n'aurait pas convaincu ceux qui l'ont mis à mort :
quand on n'est pas ouvert à la parole de Dieu et qu'on ne l'accepte pas,
quand bien même on verrait quelqu'un ressuscité des morts, 
ça ne nous convaincrait pas.

mercredi 4 mai 2016

Paul a fait un flop à Athène. Ce n'est pas bien surprenant.
C'est la Grèce qui a inventé la philosophie,
et les habitués de l'aréopage sont à la fois cultivés et orgueilleux.
Or les intellectuels ont, paradoxalement, souvent bien de la difficulté
à accepter la vérité, eux qui sont habitués à jouer avec les arguments.
Par contre, ils sont très sensibles aux arguments des mensonges,
et j'en ai vu beaucoup résister avec force à la simplicité de l'Evangile 
pour tomber la tête la première dans des sectes aux théories extravagantes.

mardi 3 mai 2016

les gens qui se sentent coupables, tu peux dire n'importe quoi,
ils le prennent toujours pour eux et se sentent agressés personnellement. 
Je crains qu'on n'y puisse pas grand chose.
J'aime beaucoup saint Jacques, le premier évêque de Jérusalem,
auteur de la lettre qui porte son nom,
et que Jésus lui-même aurait placé sur le siège épiscopal de Jérusalem,
si l'on en croit saint Jérôme et saint Epiphane.
Sa lettre est tellement imprégnée de l'amour et de la connaissance du Christ
qu'on a souvent l'impression, en la lisant, de lire un Evangile
et d'entendre Jésus parler.
C'est ça, être chrétien : se laisser imprégner par le Christ 
pour qu'à travers nous, il continue à édifier le monde nouveau.

lundi 2 mai 2016

En matière de morale sexuelle ou plus largement de la théologie du corps,
il est essentiel que les prêtres connaissent la théorie sur le bout des doigts.
Bien.
Mais il est tout aussi essentiel de tenir compte, quand quelqu'un les consulte,
non pas d'abord de cette théorie, mais de la situation concrète de la personne.
La théorie n'est pas une boite dans laquelle on doit faire rentrer les personnes,
à la force si ça ne rentre pas, ou que l'on exclue si ça ne rentre vraiment pas.
Non.
C'est un manteau qu'il faut adapter, sur mesure, en fonction des situations concrètes,
pour essayer, de la meilleure façon possible,
de donner à chacun un vêtement décent et confortable,
dans lequel ils puissent vivre dignement et le mieux possible,
quelles que soient les difformités, les difficultés ou les caractéristiques de chacun. 
Voilà.
J'aime bien Lydie, la commerçante de pourpre,
qui a forcé la main à saint Paul et l'a obligé à accepter son hospitalité.
Saint Paul étant assez petit, chauve, maigrichon,
j'ai toujours imaginé Lydie plantureuse et généreuse,
la maitresse femme qui mène son monde et à qui on ne résiste pas.
Et ça m'a toujours amusé d'imaginer Paul, la voix de Dieu, 
obligé d'obéir à Lydie, l'amour (envahissant) de Dieu.

dimanche 1 mai 2016

On ne peut pas prétendre aimer Dieu 
si on ne s'efforce pas de mettre en pratique ce que son messie nous a enseigné.