Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

mercredi 21 août 2019

Je n'arrive pas à comprendre qu'un chrétien puisse n'avoir aucune inquiétude
au sujet du jugement qui l'attend après sa mort, et du Jugement Dernier à la résurrection. 
Que le reste du monde n'en ait rien à faire parce qu'ils n'ont pas la Foi, ça peut se concevoir.
Mais que quelqu'un qui a eu accès à la Parole de Dieu et aux multiples avertissements du Christ
n'en tienne strictement aucun compte dans sa vie, et pense pouvoir aller au paradis
sans le moindre effort ni la moindre mise en pratique de ce que Dieu nous demande de vivre,
je trouve ça suicidaire et totalement sidérant. 

mardi 20 août 2019

Quand j'étais missionnaire, il n'était pas rare de voir arriver notre évêque à la paroisse. 
Il restait le temps qu'il voulait, ça pouvait être un jour comme ça pouvait être une semaine, 
et il passait ce temps à lire, ou on discutait, ou on allait voir les villages 
où il était prévu de sortir pour faire des messes (la paroisse en comptait un grand nombre), 
on mangeait ensemble, on regardait la télé, on priait notre office... bref rien qui sorte de l'ordinaire.
Eh bien ces visites étaient toujours très sympathiques et sans le moindre stress, 
parce qu'il ne nous demandait pas de lui montrer ce qu'il avait envie de voir dans une paroisse, 
il se contentait juste de vivre avec nous dans notre vrai quotidien.
Eh bien ces épisodes avec notre pasteur étaient un vrai encouragement en soi, 
parce que nous vivions juste entre frères dédiés à la même mission, ni plus ni moins.

lundi 19 août 2019

Le prêtre n'a pas pour mission première de plaire à tout le monde, ni d'être gentil ou affable. 
Ça n'empêche pas d'être bien éduqué et de traiter tout le monde aussi bien qu'on le peut, bien sûr. 
Mais sa mission première, c'est de transmettre la Parole de Dieu à son peuple, 
sans l'édulcorer, la transformer, en retirer ce qui gêne ni rajouter des idéologies personnelles,
et intercéder pour son peuple devant Dieu lors du saint sacrifice de la Messe, 
en la célébrant comme le préconise l'Église, selon les indications du missel Romain, 
sans rien transformer, retirer ni rajouter au gré des goûts de son équipe liturgique. 

dimanche 18 août 2019

En discutant avec un ami prêtre, on se souvenait de l'époque où on nous faisait chanter 
"je crois en Dieu qui chante, et qui fait chanter la vie" à la place du Credo, pendant la messe.
Que la foi ait pu survivre à de telles aberrations est un miracle, 
même si l'Église n'en est pas sortie indemne de cette abetissement du sacré. 

samedi 17 août 2019

La crémation a le vent en poupe : il devient habituel et décomplexé de la choisir,
quelles que soient les raisons que l'on invoque : moindre coût, "c'est écologique"
(non, ça ne l'est pas, ça fait des masses de C02 mais bon), c'est plus simple, etc etc... 
Mais quand on est chrétien, et que l'on croit à la résurrection, il ne faudrait pas oublier
que ce n'est tout de même pas la façon d'être enterré la plus cohérente avec notre foi, 
et que c'est même un contre-témoignage devant tous ceux qui ne croient pas, 
parce que ça ne tient aucun compte de la promesse de Dieu, au moins en apparence. 
De plus, notre corps n'est pas juste une possession dont on se débarasse quand il ne sert plus, 
c'est la partie visible de qui on est, et le faire disparaitre totalement en le réduisant en cendres, 
non, ce n'est pas la façon la plus évidente de montrer l'amour que l'on a les uns pour les autres. 

vendredi 16 août 2019

Ceux qui pensent pouvoir thésauriser l'amour pour en avoir en cas de besoin
seront toujours déçus quand ils constateront que ça ne se conserve pas très bien. 
L'amour, c'est au jour le jour qu'il faut le donner et le recevoir, 
comme le mana que Dieu avait donné à manger à son peuple dans le désert. 

jeudi 15 août 2019

Dieu a accepté que l'une de ses créatures l'engendre sur terre, 
puis de rester lié à l'humanité, par son incarnation, jusqu'à la fin des temps... 
Aucun doute possible, la vraie grandeur, celle que nulle autre ne peut dépasser, 
c'est de choisir la dernière place et de se faire tout petit. 

mercredi 14 août 2019

Quand on considère l'invraisemblable immensité de l'univers visible, 
le fait que Dieu, qui fait tout ça, ait voulu nous adopter et vivre avec nous pour l'éternité
est encore plus fou que quand on croyait que la terre était le centre du monde. 
Ça donne une idée de ce que c'est que l'amour de Dieu, 
et ça ne laisse aucun doute sur le fait que ça dépasse tout ce qu'on peut concevoir. 

mardi 13 août 2019

Tiens, j'ai entendu dire que les musiciens qui mettent en musique l'ordinaire de la messe
(le kyrie, gloria, sanctus, agnus Dei ou le credo)
s'efforcent de changer les paroles du missel parce qu'elles sont copyrightées, 
et qu'il faudrait payer pour avoir le droit de les utiliser telles quelles sur une partition. 
J'espère vraiment que c'est faux. 
Si c'est vrai, alors on a un problème à résoudre au plus vite, 
parce qu'il est hallucinant qu'on ne puisse pas respecter le missel dans les chants
sous prétexte que ceux qui l'ont traduit se sont approprié sa propriété intellectuelle
au détriment de la liturgie au service de laquelle ils sont censés travailler. 

lundi 12 août 2019

C'est facile d'apprendre à célébrer la messe comme le demande l'Église : 
il faut juste tenir compte scrupuleusement ce que dit l'Introduction au Missel Romain, 
éventuellement connaître aussi le Cérémonial des Évêques, et tenir compte des rubriques. 
Puis il faut mettre tout cela en pratique, humblement, tel que c'est écrit, 
sans rien ajouter, retrancher ni changer à ce qui est indiqué dans le missel. 
Quand on se contente de faire ça, la messe est très belle. 

dimanche 11 août 2019

Quand la première fois qu'on met les pieds dans une église, c'est pour un enterrement, 
alors ensuite, chaque fois qu'on y entrera, on ressentira de la tristesse.
Quand on va à l'église au moins chaque dimanche depuis toujours, 
alors même le jour où on y va pour un enterrement, on n'y est pas seul ni désespéré, 
parce qu'on sait bien, quelle que soit notre douleur et notre tristesse, 
que c'est Dieu lui-même qui prend désormais soin de la personne que l'on aimait. 
L'église n'est pas le lieu des morts, mais des Vivants. 
Mais il faut en avoir fait sa demeure pour le savoir. 

samedi 10 août 2019

Une religion sans Dieu, ça s'appelle une idéologie. 

vendredi 9 août 2019

Aimer la brebis égarée, c'est une très bonne chose. 
Mais il n'y a aucune raison pour que ça se fasse au détriment 
de toutes celles qui sont restées dans le bercail : 
c'est injuste de désespérer ceux qui restent fidèles en tout temps
en les traitant moins bien que ceux qui font n'importe quoi. 

jeudi 8 août 2019

On se plaint de la crise des vocations. 
Mais ça n'est pas une crise des vocations : Dieu appelle aujourd'hui comme hier
des jeunes au sacerdoce et à la consécration à son amour. 
C'est plus une crise de la famille : quand il y avait des familles nombreuses, 
"donner" un enfant ou deux pour l'Église, c'était relativement facile, 
d'autant que ça leur assurait une éducation supérieure et une "carrière" toute faite. 
Mais quand on n'a qu'un ou deux enfants, et en particulier qu'un garçon, 
le voir devenir prêtre au lieu de faire des petits-enfants pour perpétuer le nom de famille, 
c'est beaucoup plus délicat, et peu nombreux sont les parents qui le souhaitent. 
Ainsi, Dieu continue d'appeler, mais beaucoup de parents font tout ce qui est en leur pouvoir
pour que leurs enfants n'aient pas la moindre chance d'entendre cet appel, 
en commençant par ne jamais les mener à la messe dès leur plus jeune âge. 

mercredi 7 août 2019

Une messe n'est pas d'autant plus priante qu'elle est plus triste. 
Le sérieux, d'accord. Mais pas au détriment de la joie ! 

mardi 6 août 2019

La patience fait partie des qualités dont l'amour ne peut pas se passer. 
Au Moyen-Âge, pour la tester, on laissait parfois poireauter les candidats au monastère
pendant des jours, voire des semaines, devant la porte, sans même leur adresser un mot.
On considérait que ceux qui n'avaient pas la patience d'attendre n'avaient rien à faire là, 
parce que l'amour fidèle à Dieu requiert une patience hors du commun. 
Quand on sait qu'aujourd'hui tout le monde couche ensemble le plus vite possible
par peur de perdre une opportunité de rencontrer l'amour, 
il n'y a pas à s'étonner si la méthode employée empêche totalement de produire un résultat fiable. 

lundi 5 août 2019

L'amour authentique ne peut en aucun cas être imposé à quiconque,
que ce soit par la force, la ruse, la menace,  la manipulation ou l'abus de faiblesse.
L'amour véritable ne peut être que proposé.
Et s'il n'est pas reçu de bonne grâce, il ne lui reste qu'à se retirer pour aller voir ailleurs s'il le sera. 

dimanche 4 août 2019

Dieu nous a donné la vie, il nous a donné sa vie. 
Pour que son amour ne soit pas perdu, 
c'est une bonne chose de lui donner la nôtre, 
comme le Père donne la sienne au Fils de toute éternité, 
et le Fils au Père, dans l'Esprit Saint. 

samedi 3 août 2019

Je déteste les "blagues" racistes.
D'abord, quand on est chrétien, on n'est plus de telle ou telle race
(il n'y a qu'une seule race en vérité, la race humaine, mais bon), 
mais on est tous frères et soeurs en Jésus-Christ, 
et je n'aime pas qu'on se moque de ma famille. 
Ensuite, au paradis, il y a des saints originaires de partout sur terre. 
Si on ne les aime pas ici-bas, comment les aimer au ciel ? 
Et comme eux y sont déjà, si ça ne nous convient pas, 
c'est nous qui n'y entrerons pas. 

vendredi 2 août 2019

On n'est pas obligé d'être une flèche, intellectuellement parlant, pour être chrétien, 
même si ça n'est pas incompatible, loin s'en faut. 
Par contre il faut être capable d'aimer quelqu'un d'autre que soi-même de tout son coeur. 
Ça, c'est indispensable. 

jeudi 1 août 2019

L'argent n'obéit qu'à un rapport de force :
soit il nous sert, si on l'utilise pour aider à réaliser la vie que l'on veut,
soit on le sert, s'il nous utilise pour s'accumuler au détriment de notre vie.

mercredi 31 juillet 2019

Je ne pense pas que les gens qui sont à eux-mêmes leur propre dieu,
leur unique intérêt et leur seul amour,
puissent avoir la moindre idée de ce que c'est que le bonheur,
parce qu'il n'est atteignable que si l'on s'oublie soi-même
pour se donner dans l'amour de Dieu ou de son prochain.

mardi 30 juillet 2019

Le mieux est l'ennemi du bien.
Aimer quelqu'un, c'est très bien.
L'adorer, sauf s'il s'agit de Dieu, c'est trop.

lundi 29 juillet 2019

Pour qu'un "oui" ait de la valeur,
il faut qu'il puisse tout aussi bien être un "non",
et qu'on le choisisse librement et sans contraintes.

dimanche 28 juillet 2019

C'est rare, la gratuité, dans notre monde dominé par l'argent.
Il est d'autant plus important de faire des choses gratuitement, quand on le peut,
parce que la gratuité est un ingrédient essentiel de l'amour,
alors quand on peut rappeler au monde que ça existe encore, il faut le faire.

samedi 27 juillet 2019

Je suis bien content qu'on ait ajouté saint Joseph aux prières eucharistiques.
Sans lui, qu'en aurait-il été de Marie enceinte et de Jésus enfant ?
Il les a toujours protégés et à pourvu à leurs besoins, et il les a aimés.
C'est justice de le mentionner, parce que sa part n'est pas sans importance
dans le plan de salut de Dieu.

vendredi 26 juillet 2019

Donne un nom à ton ange gardien,
(masculin ou féminin, peu importe, ce sont des purs esprits),
et puis parle lui, pour le remercier de sa protection,
ou chaque fois que tu as besoin qu'il aille voir l'ange gardien de quelqu'un d'autre
pour obtenir le bien que tu ne peux obtenir de toi-même.

jeudi 25 juillet 2019

On ne peut pas reprocher à Dieu de ne pas s'occuper de tous les problèmes du monde
quand, en temps ordinaire, on est bien content qu'il nous laisse vivre
sans tenir aucun compte de ses enseignements ni de sa Parole,
et que ça ne conduise pas à des réactions punitives de sa part.
Si Dieu devait réagir chaque fois qu'un mal quelconque est commis,
il devrait aussi punir chacun d'entre nous chaque fois que l'on commet un péché.
Et même si de nos jours beaucoup de monde pense ne jamais en faire,
nous serions malgré tout tous punis en permanence,
ce qui ne nous inciterait pas vraiment à l'aimer librement, ni lui ni personne.
Non, si Dieu laisse pousser l'ivraie au milieu du blé, il sait bien pourquoi il le fait,
et nous devrions plus avoir confiance en son jugement que dans le nôtre.

mercredi 24 juillet 2019

La moindre des choses qu'on puisse demander à des prêtres,
c'est d'agir comme des chrétiens.
Ce n'est pas parce qu'on est prêtre qu'on est dispensé
d'aimer Dieu par-dessus tout et son prochain comme soi-même.
C'est tout à fait évident ? Oui, bien sûr.
Mais si je l'écris, c'est que ça ne l'est pas pour tout le monde.

mardi 23 juillet 2019

Que l'on récolte ou pas le fruit de nos efforts en paroisse, peu importe.
Si on ne les récolte pas nous, un autre le fera.
Mais il faut semer la parole de Dieu, et montrer le Christ à tout le monde.
Et c'est ça qui doit faire notre joie.

lundi 22 juillet 2019

Qu'un prêtre ressente une préoccupation quasiment maternelle pour sa paroisse,
c'est tout à fait compréhensible et même souhaitable.
Qu'il ressente une possessivité jalouse envers ses paroissiens, en revanche,
c'est tout à fait discutable et pas du tout requis.

dimanche 21 juillet 2019

Quand on voyage un peu et qu'on visite des paroisses,
ça aide à comprendre pourquoi des chrétiens se réfugient dans les messes en latin.
Là au moins, il n'y a pas de fantaisies qui défigurent la messe,
et le prêtre ne peut que célébrer ce que l'Église lui demande de faire.
Ah ! Si tous les prêtres se contentaient d'être de bons ouvriers
au lieu de jouer parfois à être des artistes contemporains,
comme l'unité de l'Église s'en trouverait renforcée !

samedi 20 juillet 2019

Par l'ordination, tout prêtre reçoit 
le munus docendi, le munus sanctificandi et le munus regendi
le devoir d'enseigner, de sanctifier et de diriger le peuple de Dieu. 
Ça fait partie intégrante du sacerdoce, et si on enlève à un prêtre l'un ou les trois de ces devoirs, 
alors on l'ampute de ce que le Christ lui a concédé par l'ordination, 
on réduit la raison pour laquelle il a été appelé au sacerdoce, 
on interdit à Jésus d'enseigner, de sanctifier et de diriger son peuple à travers lui. 

vendredi 19 juillet 2019

Le baptême, c'est tellement plus qu'un "rite de protection traditionnel" ! 
On est adopté par Dieu pour vivre en enfants de lumière
et hériter du royaume de Dieu, là où on vit éternellement. 
Ce n'est pas rien ! 

jeudi 18 juillet 2019

Mille idées ne font pas une réalité. 

mercredi 17 juillet 2019

Si autant de baptisés ne voient aucun intérêt à avoir une Église missionnaire, 
qui va porter la Parole de Dieu jusqu'aux extrémités de la terre
afin de faire connaître à toute l'humanité la Bonne Nouvelle 
de la résurrection du Christ et du salut du monde, 
c'est qu'eux-mêmes ne vivent pas de cette Nouvelle, et que du coup, forcément, 
ils ne voient pas du tout ce qu'elle peut bien apporter de bénéfique à qui que ce soit. 

mardi 16 juillet 2019

Être baptisé, c'est une chose. Vivre en chrétien, c'en est une autre. 
S'il faut, sans aucun doute, être baptisé pour vivre en chrétien, 
tout comme il faut ouvrir la porte de l'église pour pouvoir y entrer, 
ça ne sert pas à grand chose si, une fois la porte ouverte, 
on ne la franchit jamais de toute sa vie, ou seulement à de très rares occasions.

lundi 15 juillet 2019

Ceux qui pensent que la recherche de la sainteté est une recherche de gloire
n'ont rien compris à ce que c'est qu'être saint.

dimanche 14 juillet 2019

Être chrétien, ce n'est pas être en recherche permanente d'émotions spirituelles, 
il n'y a pas besoin d'être pris par une sorte d'obsession fanatique de Dieu. 
Quand on respire, on n'a pas besoin d'y penser en permanence ni d'être focalisé sur ça.
L'amour de Dieu c'est pareil, le vivre de façon calme et paisible est tout à fait suffisant. 

samedi 13 juillet 2019

Quand on suit le missel au pied de la lettre, sans rien ajouter, enlever ni changer, 
sans fioritures ni créations artistiques spontanées ou décidées en équipe liturgique, 
la messe est très belle. 
Tout ce qui vient en plus du missel est de trop. 
Tout ce qu'on enlève du missel manque.
Tout ce qu'on change au gré de sa fantasie est une déformation inutile, laide et souvent ridicule.
La liturgie est comme l'épouse bien-aimée de Dieu : 
il faut la traiter avec un respect que je qualifierais de chaste, 
sans la violenter, la déformer, l'appauvrir, la dépouiller ni la ridiculiser.
La messe est un acte sacré. Ce n'est pas un spectacle de mise en avant
de la créativité personnelle du prêtre qui la célèbre, ni même d'une équipe liturgique,
fut-elle mise en place par un évêché. 

vendredi 12 juillet 2019

Quand Dieu nous demandera si on l'aime, lors de notre jugement, 
si on ne peut pas répondre sincèrement qu'on l'aime vraiment 
mais qu'au moins on aime sa Mère et qu'on a beaucoup d'affection pour elle, 
ça sera toujours ça, et ça ne sera pas sans importance. 

jeudi 11 juillet 2019

Si je demande à quelqu'un de peindre chez moi en bleu, 
et qu'il me fait toute la maison en rose à pois verts, 
même si c'est très bien fait, je ne serai pas satisfait.
Dieu nous demande de l'aimer par-dessus tout et notre prochain comme nous-même.
Si nous arrivons devant lui en lui disant que nous avons été gentils, 
qu'on était végétarien ou végan, qu'on a embrassé des arbres 
ou qu'on votait comme-ci ou comme-ça, etc etc..., 
même si on a très bien fait tout ça, il ne sera pas satisfait, 
parce que tout ça c'est bien gentil, mais ce n'est pas ce qu'il nous a demandé. 
Répondre "ce n'était pas votre question, mais c'est ma réponse", 
ça passe peut-être très bien à la télé, mais devant Dieu, c'est un peu court. 

mercredi 10 juillet 2019

Quand on ne fait que ce que l'on veut, 
au lieu d'accepter de s'efforcer humblement de vivre comme Dieu nous l'a demandé,
alors ça signifie qu'on est à soi-même son propre dieu. 

mardi 9 juillet 2019

Religiosité n'est pas religion. 
Que des gens ressentent des envies de surnaturel, de métaphysique, d'au-delà, 
de quelque chose qui les dépasse, de miracles ou que sais-je encore, soit.
Mais ça, ce ne sont que des instincts humains qui partent où bon leur semble.
La religion Chrétienne ne vient pas de nous, mais de Dieu, qui s'est fait l'un de nous
pour nous expliquer quoi faire pour parvenir au bonheur permanent de la vie éternelle. 
Pour que la religiosité serve à quelque chose, il faut que, à un moment ou à un autre, 
elle accepte de se soumettre aux enseignements qui viennent de Dieu lui-même,
au lieu de ne suivre que les inspirations tous azimuts qui lui passent par la tête.

lundi 8 juillet 2019

Saint Paul (col 1, 24) parle de compléter dans sa chair ce qui manque aux souffrances du Christ.
Il ne manque rien aux souffrances du Christ, il a souffert tout ce qu'il avait à souffrir.
Et cependant il manque tout : il manque qu'il n'ait pas souffert en vain, 
mais que chacun accepte le salut qui vient de lui et se tourne vers Dieu, 
or ça, ça ne dépend plus de lui, mais de chacun d'entre nous. 
Soit nous nous laissons convertir à l'amour de Dieu par-dessus tout et du prochain comme soi-même,
et nous complétons le sacrifice du Christ en le menant à son achèvement dans notre façon de vivre ; 
Soit nous n'en avons rien à faire et nous continuons à vivre benoitement sous l'emprise du péché,
et nous rendons vain le sacrifice du Christ en rejetant le salut qui nous a été offert. 
Le salut et la promesse de la vie dans le Royaume de Dieu sont offerts à tout le monde, oui.
Mais encore faut-il que chacun d'entre nous s'en saisisse en choisissant de vivre désormais
selon les enseignements que Jésus Christ nous a laissés, par l'exercice de notre libre arbitre. 
Le chemin vers le paradis est désormais ouvert et praticable, 
encore faut-il marcher dessus et ne pas s'arrêter avant d'être parvenu au but, 
qui ne saurait être moins que la résurrection et la vie éternelle en présence de Dieu notre Père.

dimanche 7 juillet 2019

La grande tentation des Églises riches, celles présentes dans des pays
où le clergé et les chrétiens qui travaillent pour l'Église sont payés par le gouvernement, 
et où il y a un impôt spécifique pour les chrétiens qui va aussi dans leurs caisses, 
c'est l'autoritarisme, voire la dérive autocratique. 
Leur richesse en a pourri certaines qui pensent que, parce qu'elles sont riches, 
elles ont toute autorité pour imposer ce qui leur passe par la tête à l'Église universelle. 
Certaines sont même allées jusqu'à faire un chantage, en menaçant le Vatican de schisme
s'il n'imposait pas pour toute l'Église Catholique les conclusions de leur synode local, 
même si elles contredisent frontalement les enseignements du Christ.
C'est une grâce que l'Église en France soit pauvre. 

samedi 6 juillet 2019

Au moment de le commettre, le péché a toujours l'air parfaitement raisonnable.
Il semble être la meilleure, voire la seule chose à faire étant donné la situation.
Ce n'est pas en discutant avec lui qu'on peut l'éviter, car il a toujours de bons arguments : 
ce n'est pas par hasard si on appelle le diable "le malin", il est plus intelligent que nous.
Ce n'est qu'en obéissant aux commandements de Dieu, humblement, sans les discuter,
que l'on peut échapper à la tentation, ce mensonge dissimulé sous les traits de la raison, 
et ne pas commettre de péché, ce mal temporairement déguisé en bien. 

vendredi 5 juillet 2019

L'humilité véritable trouve sa récompense auprès de Dieu. 

jeudi 4 juillet 2019

Le péché, c'est manquer d'amour.
Qui peut prétendre, sans trembler des genoux, 
qu'il n'a jamais manqué d'amour envers Dieu, 
envers qui que ce soit, voire envers soi-même ? 
Parce que nous sommes tous pécheurs, 
nous avons un besoin absolu du pardon de Dieu, 
parce que tout manque d'amour est un reniement de Dieu, qui est Amour, 
et comme c'est Lui l'offensé, le pardon ne peut venir que de Lui. 

mercredi 3 juillet 2019

Le Salut, c'est rencontrer le Christ, 
écouter le Christ, 
connaître le Christ, 
aimer le Christ, 
mettre en pratique les enseignements du Christ. 

mardi 2 juillet 2019

L'idée du "bon sauvage" à la Rousseau, qui n'a nul besoin d'être évangélisé pour être sauvé
parce qu'il vit naturellement en harmonie avec la nature et en société, 
c'est très beau sur le papier, mais dans la réalité ça n'a jamais existé et ça ne peut pas exister. 
Il y a un petit grain de sable qui s'appelle le Péché Originel et qui touche l'ensemble de l'humanité. 
Qui que ce soit est-il jamais entré au Paradis avant la mort et la résurrection du Christ? 
Non? Pourtant ce ne sont pas les "bons sauvages" qui manquaient. 
Alors c'est que personne n'échappe au besoin de connaître le Christ pour être sauvé, 
pour aussi bon qu'il soit censé être de nature.

lundi 1 juillet 2019

Je n'aime pas le cléricalisme, cet esprit de corps qui fait qu'on fait les malins entre prêtres
quand on se retrouve entre nous parce qu'on a l'impression d'être importants. 
En revanche, je suis persuadé que le sacerdoce en tant que tel est essentiel à la vie de l'Église. 
En effet, les évêques et les prêtres ne sont pas juste un rouage du corps de l'Église, 
mais la pierre de fondation sur laquelle Jésus a voulu que son Église soit fondée. 
S'il venait à qui que ce soit l'idée d'enlever aux prêtres 
la triple fonction d'enseigner, de diriger et de sanctifier l'Église, 
elle n'y survivrait pas. 

dimanche 30 juin 2019

Suivre le Christ comme apôtre n'est pas donné à tous, c'est un appel spécifique. 
Par contre, suivre le Christ comme disciple, ça tout le monde peut le faire.
Ça tombe bien, parce qu'on ne sera pas jugé sur notre vocation particulière 
mais sur notre mise en pratique des paroles de Jésus. 

samedi 29 juin 2019

"À qui irions-nous, Seigneur ? Tu as les paroles de la Vie Éternelle."
Voilà à quoi me fait penser la situation actuelle de l'Église. 
Beaucoup sont tentés de la quitter, parce qu'ils sont déçus 
des actes ou des inactions de certains de ses membres, 
qui éclaboussent toute la famille et qui nous font nous sentir souillés, ridicules, faux, hypocrites, etc...
L'Église terrestre n'a jamais été et ne sera jamais parfaite, 
parce qu'elle est composée de pécheurs et de pécheresses. 
Quand elle ne comptait que 12 apôtres, il y avait déjà un traître au milieu d'eux.
Mais l'Église Catholique demeure l'Église voulue et fondée par le Christ. 
Et je préfère souffrir avec elle et en elle que de me réjouir ailleurs, 
pour aussi douloureux et pesant que ça puisse être par périodes. 

vendredi 28 juin 2019

L'amour de Dieu pour l'humanité n'est d'aucune utilité pour qui le méprise et le rejette. 

jeudi 27 juin 2019

Donne-nous, Seigneur, la force de mettre en pratique ta Parole, 
pour qu'elle soit notre salut, non notre condamnation. 

mercredi 26 juin 2019

À des frères qui se plaignaient d'avoir été mal reçus dans des paroisses, 
et qui lui demandaient d'obtenir des lettres de mission du pape (rien que ça) pour qu'on les accepte,
saint François d'Assise a répondu qu'ils n'avaient qu'à faire des efforts
pour devenir plus aimables et plus humbles, et que ça leur tiendrait lieu de recommandation. 
Si vraiment c'est un service que l'on prétend accomplir pour l'Église par amour de Dieu, 
alors il ne saurait être question de l'imposer par la force, n'est-ce pas ? 

mardi 25 juin 2019

Penser que plus la liturgie est minable, plus elle plait à Dieu,
en remplaçant par exemple le calice par un verre à fromage de chèvre pour faire pauvre, 
c'est méconnaître les instructions que Dieu a donné à Moïse pour lui bâtir un sanctuaire.
Il faut relire les chapitres de l'Exode où c'est raconté. 
À aucun moment Dieu ne demande de lui réserver un endroit tout pourri et mal entretenu. 
Au contraire, la magnificence de la Tente le dispute à la richesse des vêtements sacerdotaux.
"Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit". 
Pour autant que je sache, le premier Commandement est toujours d'actualité. 
Eh bien, ce que la religion professe, les yeux doivent le voir de manière évidente. 
Aimer Dieu par-dessus tout ne saurait être un frein à l'amour du prochain, fut-il pauvre.  
Au contraire, c'est de l'amour de Dieu que jaillit la générosité nécessaire 
pour s'aimer au point de donner notre vie les uns les autres.

lundi 24 juin 2019

Sans saint Jean-Baptiste, Pierre, André, Jacques et Jean 
n'auraient probablement jamais suivi le Christ, 
parce que c'est lui qui leur a montré Jésus en leur disant qu'il était le Messie attendu. 
Montrer le Christ et inviter les gens à le suivre, voilà la vocation commune à tout chrétien
qui croit vraiment que Jésus est le Fils de Dieu et le Sauveur du monde, 
lui a qui a été confiée la résurrection de l'humanité toute entière.

dimanche 23 juin 2019

Communier sacramentellement au corps et au sang du Christ est indispensable
pour recevoir de Dieu la vie éternelle, nous a-t-il dit lui-même. 
Encore faut-il discerner ce que l'on reçoit, 
et ne pas communier sans avoir conscience de ce que l'on fait, 
ni sans s'y être préparé par des confessions régulières et pas trop éloignées les unes des autres.
Parce que si on ne discerne pas ce que l'on fait lors de la communion, 
alors on mange et on boit sa propre perte, nous a prévenu saint Paul. 

samedi 22 juin 2019

Si on méprise totalement ses besoins personnels, 
même par générosité, pour se mettre tout entier au service des autres, 
il y a un moment où, inévitablement, ils vont se rappeler à nous avec d'autant plus de violence
qu'ils auront plus d'intérêts à réclamer. 
Mieux vaut les canaliser en leur laissant une petite place à des moments librement consentis
que de leur opposer le barrage strict de notre volonté et de notre emploi du temps,
parce que tout barrage qui ne laisse jamais rien passer est destiné, tôt ou tard, 
à lacher et à s'écrouler en faisant des dégâts catastrophiques. 

vendredi 21 juin 2019

Même en pensant chaque jour au jugement qui nous attend après notre mort, 
il est facile de se laisser tenter par les vanités du monde. 
Je n'ose imaginer ce qu'il en est pour ceux qui n'y pensent absolument jamais. 

jeudi 20 juin 2019

La seule prière que nous ait enseigné Jésus, c'est le Notre Père.
Le moins que l'on puisse faire, c'est de la prier chaque jour au moins une fois. 

mercredi 19 juin 2019

Choisir l'amour de Dieu et du prochain, c'est s'aimer soi-même.
En effet, si je fais ça, je me fais le plus grand bien possible
qui est de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour choisir d'alller au paradis,
puisque je mets en pratique la Parole de Dieu et que j'accomplis ma vocation de chrétien. 

mardi 18 juin 2019

Le rêve des transhumanistes de sauvegarder son esprit en le sauvegardant grâce à l'informatique pour le réinjecter chaque fois que nécessaire dans un corps neuf,
est destiné à rester de la science-fiction, parce qu'il y a une erreur de base : 
notre corps n'est pas interchangeable, parce qu'il n'est pas une simple coquille pour l'âme, 
il est une part constitutive de qui on est au même titre que notre esprit. 
Tout ce qui arrive à notre corps influe énormément sur qui on est : 
notre âge, nos maladies, handicaps, couleur de peau, sexe, métabolisme, poids, etc etc..., 
tout ça définit autant notre être que ce qu'on a dans la tête. 
L'esprit et le corps ne sont pas séparés par une barrière hermétique, 
ils s'influencent l'un l'autre et c'est l'ensemble de ces influences qui définit qui on est. 
Du coup, s'ils veulent la vie éternelle, ils feraient mieux de suivre les indications du Christ, 
parce que leur plan B sera incapable de leur fournir ce qu'ils en attendent. 

lundi 17 juin 2019

Je ne vois pas comment on peut être un bon berger, et non un mercenaire, 
quand on change de paroisse régulièrement (ou de diocèse pour les évêques). 
Que dirait-on si Jésus changeait d'Église tous les quatre matins pour ne pas s'attacher ? 

dimanche 16 juin 2019

Les places à responsabilité dans l'Église sont souvent vues comme des honneurs, 
mais je les vois comme des fardeaux. 
Et qu'on ne vienne pas me dire que ce sont des postes essentiels, 
à part les postes de curé et d'évêque qui sont nécessaires
parce qu'il faut bien que quelqu'un soit sacrifié pour s'occuper de l'administration de l'Église. 
Mais la seule chose essentielle, quand on est prêtre, est de pouvoir célébrer
et prêcher la mort et la résurrection de Jésus Christ, et le chemin qui mène à la vie éternelle. 
Et pour ce faire, être prêtre auxiliaire est tout à fait suffisant. 

samedi 15 juin 2019

Quand on m'a mis un an en paroisse alors que j'étais séminariste, 
j'avais plein d'idées formidables pour relancer la vie chrétienne en paroisse. 
Chaque fois que j'en disais une, avec des trucs à faire pour mon curé, il me répondait : 
"super idée, je ne sais pas comment on n'y a pas pensé plus tôt, occupe-t-en". 
J'ai appris là qu'avoir des idées pour les autres, c'est facile, 
mais les assumer soi-même, c'est tout d'un coup beaucoup moins évident.
Et très vite j'ai gardé mes idées pour moi 
et arrêté d'essayer de les refiler aux autres pour me donner bonne conscience. 

vendredi 14 juin 2019

Pour que l'Évangile nous soit d'un quelconque secours devant les difficultés de la vie, 
il ne faut pas se contenter d'en connaître le contenu, il faut le vivre. 

jeudi 13 juin 2019

C'est souvent lors des enterrements 
que beaucoup de baptisés se rendent compte qu'ils ont perdu la foi 
à force de ne pas s'en occuper, de ne jamais la nourrir ni la soigner. 
Ils croyaient qu'on pouvait être chrétien sans jamais mettre les pieds à l'église, 
et ils découvrent, tout surpris, que confrontés à la mort, 
ils seraient bien incapables d'affirmer avec force et clarté ce qui se passe après,
parce que leur foi est partie en fumée il y a bien longtemps. 

mercredi 12 juin 2019

La Foi est un don de Dieu. 
On la reçoit au baptême, elle est renforcée à la Confirmation. 
Mais si elle n'est pas plantée dans une vie en Église, si elle n'est pas arrosée par les sacrements, 
si elle n'est pas soutenue par l'apprentissage des connaissances que nous a laissé Jésus Christ, 
bref si elle est semée dans le désert, au milieu des ronces ou sur du béton, 
alors elle ne fleurira pas, elle se déssèchera et mourra avant même d'avoir pu éclore, 
et elle ne nous sera d'aucun secours le jour où on en aura besoin. 

mardi 11 juin 2019

Je ne suis pas sûr que nous, chrétiens, ayons parfaitement conscience de notre chance.
Nous connaissons le sens de l'existence, nous connaissons le Créateur et le Sauveur du monde. 
Nous savons ce qui se passe après cette vie, et le chemin qui mène au Paradis.
Nous avons les réponses à bien des interrogations qui préoccupent l'humanité depuis toujours.
Notre soif de partager ces connaissances devrait être à la hauteur de leur intérêt, 
et pourtant, bien souvent, nous les gardons pour nous, comme la lumière sous le boisseau... 

lundi 10 juin 2019

Nul n'a vécu les enseignements du Christ comme Marie, sa mère. 
Par son exemple, elle nous éclaire, 
par son intercession, elle nous encourage, 
par sa prière, elle veille sur nous.
Ce n'est pas de l'idolâtrie de prier Marie pour qu'elle nous guide et nous protège : 
c'est juste du bon sens. 

dimanche 9 juin 2019

Un chrétien qui n'est pas confirmé n'est pas fini. 
La confirmation donne la plénitude de l'Esprit Saint, 
et ce n'est pas de trop pour vivre comme Dieu le demande. 
Demande la confirmation si tu ne l'as pas encore reçue : 
ce n'est pas un luxe, ça fait partie du minimum vital
pour vivre ce que Jésus a préparé pour toi.