Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

dimanche 8 décembre 2019

 Celui qui ne mesure pas les conséquences de ses actes avant d'agir est un fou. 

samedi 7 décembre 2019

Je pense que notre génération est angoissée et stressée en grande partie
parce qu'elle se gave d'infos en tout genre, tout le temps, sans discontinuer. 
Or, on le sait, les infos qui font vendre ne sont pas celles des trains qui arrivent à l'heure 
mais des catastrophes, des scandales ou des risques en tout genre qui nous guettent.
Un jeûne d'infos, ça permet de profiter à nouveau, naïvement peut-être mais réellement, 
du monde qui nous entoure sans craindre à chaque instant qu'il ne s'écroule, 
et ça fait du bien à l'esprit.

vendredi 6 décembre 2019

On ne peut pas arriver à Noël les mains vides, il faut un cadeau pour le petit Jésus.
Si on arrivait d'ici là à pardonner ne serait-ce qu'une seule personne à qui on en veut, 
mais attention hein, un pardon sur un gros truc, pas sur un caprice ou une broutille,
ça serait déjà pas si mal comme cadeau de bienvenue. 

jeudi 5 décembre 2019

Ah ! Comme il serait agréable de pouvoir appliquer l'Évangile d'aujourd'hui aux "autres", vous savez, ces baptisés qu'on ne voit à l'église que pour leur baptême, leur mariage et leur enterrement ; ces "croyants non pratiquants", formule qui ne veut absolument rien dire mais qui justifie qu'on ne mette jamais les pieds à l'église ; bref comme il serait confortable de penser que ceux qui disent Seigneur, Seigneur !, ce sont ceux qui sont loin de Dieu et qui ne vivent pas en chrétiens. Ça serait confortable mais injuste, parce qu'en vérité, ce n'est pas à eux que s'adresse Jésus. Il s'adresse à ceux qui auront prophétisé, chassé des démons ou fait des miracles, en son nom. Ah zut. Il s'adresse à ses disciples, les "vrais" chrétiens, ceux qui le suivent, qui croient en lui, et qui font ce qu'il leur demande...
Mais alors que leur reproche-t-il ? Il s'adresse à ceux qui, bien que proclamant être à son service, commettent l'iniquité. L'iniquité, c'est ce qui va contre la justice. La justice selon Dieu, consiste à ne pas favoriser le riche aux dépends du pauvre, à ne pas traiter différement le puissant et le petit. On ne peut pas, devant Dieu, faire valoir des titres, des décorations, des diplômes ou un nom. On ne peut pas non plus, au nom de l'autorité qu'il nous a donnée sur les hommes, maltraiter qui que ce soit ou traiter les gens selon notre jugement, et non selon l'amour que Dieu a pour eux. On ne peut pas favoriser les uns et mépriser les autres, réserver les premières places à ceux qui trouvent grâce à nos yeux et laisser au fond ceux qui n'ont pas l'heur de nous plaire. Toute personne qui a la prétention d'agir au nom de Dieu doit, plus que tout autre, agir avec justice, c'est à dire avec miséricorde, charité et patience ; avec un esprit de pardon, de compréhension et de bienveillance ; avec douceur, ferme dans la foi mais souple dans la façon de traiter son prochain, particulièrement le pécheur ou le faible. Bref, si on a la prétention d'agir au nom de Jésus, alors il faut être cohérent : il n'a jamais cherché la condamnation du pécheur, mais qu'il se convertisse, et qu'il vive ; Il ne s'est jamais prévalu de ses titres lui qui, de condition divine, s'est fait notre serviteur, jusqu'à mourir sur la croix ; Il n'a jamais cherché à imposer sa présence ni ses idées. 
Malheur à qui revendique son appartenance au Christ pour imposer aux autres des choses que Jésus n'aurait jamais faites ni exigées !

mercredi 4 décembre 2019

Nul ne peut "mériter" le paradis, parce qu'un cadeau divin, ça se reçoit mais ça ne se mérite pas.
En revanche, il nous appartient de l'accepter ou pas, 
selon que l'on choisit d'aimer Dieu ou pas, 
c'est à dire, concrètement, de suivre les enseignements du Christ... ou pas.

mardi 3 décembre 2019

J'ai vu une fois en action le mécanisme qui fait que certains sont adulés : 
un type qui faisait sa propre publicité, disant à tout le monde à quel point il était formidable. 
Comme personne n'avait de raison d'en douter, puisqu'on ne le connaissait pas, 
tout le monde l'a cru, et il était traité comme un être exceptionnel par presque tous.
Il s'est avéré finalement que sa seule capacité véritable était une confiance en soi 
autant inébranlable qu'elle était injustifiée, même si la plupart ne s'en sont jamais rendu compte.

lundi 2 décembre 2019

Certains pensent que le libre arbitre n'existe pas, que ce n'est qu'une illusion, 
et que nous agissons selon les déterminismes qui sont les nôtres sans rien pouvoir y faire.
Si tel était le cas, nous ne serions pas créés à l'image de Dieu, 
parce que nous serions incapable d'aimer, c'est à dire de décider, 
quelles que soient les circonstances ou les personnes impliquées, 
de traiter toute le monde aussi bien qu'on le fait pour soi-même
non parce qu'on y est obligé, mais pour la simple et bonne raison qu'on en a décidé ainsi.

dimanche 1 décembre 2019

C'est marrant comme les gens les plus intellectuels et les mieux formés, 
dont on attendrait à priori qu'ils soient plus rationnels et raisonnables que le commun des mortels, 
sont des cibles faciles pour les sectes ou les théories les plus invraisemblables ou délirantes.
Je me suis souvent demandé pourquoi. Il s'agit peut-être d'un simple péché d'orgueil.
Ils se sont fait séduire par un beau parleur, 
ou rouler par des arguments spécieux ou des "preuves" biaisées, bref ils se sont fait manipuler ; 
mais, confiants en leurs compétences intellectuelles (pour lesquelles ils ont une estime démesurée), 
ils sont incapables ensuite de remettre en cause leur analyse ou leur acceptation d'une erreur. 
Et c'est fou hein, plus c'est gros, plus ça passe et plus ils y sont férocement attachés.

samedi 30 novembre 2019

Quand on refuse de converser avec ceux avec qui on n'est pas d'accord, 
et qu'on choisit de se boucher les oreilles et les yeux plutôt que de se mettre en danger, 
on protège certes efficacement ce en quoi on a choisi de croire, 
mais il y a peu de chances que ce en quoi on croit corresponde à la réalité ou même à la vérité. 
On n'est pas obligé d'être d'accord avec toutes les opinions ou tous les points de vue, bien sûr.
Mais si on ne peut confronter notre foi à aucune autre façon de voir, 
ça signifie juste qu'on n'en maitrise pas soi-même la rationnalité.

vendredi 29 novembre 2019

L'évangélisation des foules est peut-être utile à certains pour retrouver Dieu, 
et pour susciter en eux le désir de revenir à Lui, ou leur permettre de le découvrir.
Mais ensuite, si on veut que ce qui a été planté pousse et devienne une plante viable, 
il est indispensable d'avoir un accompagnement spirituel personnel, régulier et persévérant.

jeudi 28 novembre 2019

J'ai toujours pensé qu'il fallait être fou pour demander à Dieu des épreuves
pour lui prouver notre amour et la sincérité de notre engagement. 
Quand on demande quelque chose à Dieu, on l'obtient. 
Et demander des coups de bâton relève plus du masochisme que de la sainteté, 
de l'orgueil que de l'humilité. 

mercredi 27 novembre 2019

Être accusé injustement, alors qu'on est parfaitement innocent, 
à cause de notre appartenance à Jésus-Christ et de notre fidélité à ses enseignements,
c'est quelque chose qui n'est ni souhaitable, ni facile à vivre, ni joyeux.
Mais si ça doit arriver, que Dieu nous donne la force et le courage de lui rester fidèle jusqu'au bout !

mardi 26 novembre 2019

Lors du retour triomphant du Christ, 
le monde de ceux qui ne lui ont laissé aucune place dans leur vie s'écroulera. 
Mais pour ceux qui ont mis en lui toute leur espérance, quelle fête et quelle joie !
C'est ainsi que la fin des temps sera la même pour tous, mais en fonction de nos actes, 
pour certains ça sera une catastrophe, et pour d'autres, la plus belle chose qui puisse leur arriver.

lundi 25 novembre 2019

Ce qui caractérise la pauvre veuve aux deux petites pièces de monnaie, 
c'est qu'elle a donné au temple, et donc, dans son intention, à Dieu, tout ce qu'elle avait pour vivre.
Ceux qui mettent deux pièces de 1ct à la quête de la messe en pensant l'imiter sont loin du compte.
S'ils voulaient vraiment l'imiter, il faudrait qu'ils donnent tout ce qu'ils ont pour vivre, 
et pas juste ce qui traine au fond de leur porte-monnaie.

dimanche 24 novembre 2019

Il vaudrait mieux ne jamais être né 
que d'être parvenu à l'existence uniquement 
pour se rebeller contre son créateur. 

samedi 23 novembre 2019

Malheur à l'homme qui croit qu'il pourra s'en tirer devant Dieu malgré tous ses péchés,
sans en avoir jamais demandé pardon et sans avoir jamais cherché à en réparer les conséquences. 
Dieu ne veut pas la mort du méchant, mais qu'il se convertisse et qu'il vive.
Mais s'il ne se convertit pas, sa méchanceté retombera sur lui : il sera exclu du Royaume de Dieu, 
et il ne pourra plus détourner le regard de tout le mal qu'il aura commis
parce qu'il sera soumis à ses conséquences pour l'éternité, victime de son propre péché.

vendredi 22 novembre 2019

Dieu nous a donné l'intelligence pour qu'on s'en serve.
La Foi chrétienne ne consiste pas à gober n'importe quoi, 
elle n'est pas le fruit d'une absence de réflexion, 
mais de l'adhésion volontaire de notre raison aux enseignements de Jésus-Christ.
Ce n'est donc pas faire injure à Dieu que de faire usage de notre intelligence.
Par contre, refuser de s'en servir sous prétexte qu'on a la Foi, c'est idiot.

jeudi 21 novembre 2019

Parfois, la loi des hommes s'oppose à la loi de Dieu.
Alors, même si on ne veut pas de problèmes, on est bien obligé de choisir son camp.
Parce que si on suit une loi contraire aux enseignements du Christ, 
dire à Dieu pour s'en expliquer "mais c'était la loi !" ne suffira pas à justifier 
qu'on ait renoncé, même par docilité aux hommes, à l'aimer par-dessus tout
et à le reconnaître, même dans des circonstances adverses, comme notre Souverain et Père.

mercredi 20 novembre 2019

Le problème, si on rejette Dieu, c'est qu'il accepte que notre relation soit coupée.
Pour qu'elle soit réparée, il faut lui demander pardon, sincèrement.
Si on ne le fait pas, alors on est coupé de Dieu, exactement comme on l'a voulu, 
mais pas seulement pour cette vie d'ici-bas : ça vaut aussi pour son Royaume, 
dans lequel on n'entrera pas puisqu'on en rejette le Roi.

mardi 19 novembre 2019

De nos jours, ce n'est plus la vérité qui compte, c'est le ressenti personnel. 
"Ce qui me semble vrai parce que ça m'a touché, c'est vrai pour moi, c'est ma vérité, voilà tout". 
Quelle misère, quand on confie sa vie à son instinct plutôt qu'à notre capacité à raisonner ! 
Ça ne vaut pas mieux que les animaux, qui ont au moins l'excuse 
de n'avoir pas d'autre choix que de suivre leur instinct, 
alors que nous sommes censés pouvoir faire usage de notre raison
et voir plus loin que le bout de nos émotions.

lundi 18 novembre 2019

Cette mode actuelle qui consiste à relayer toute nouvelle catastrophiste, scandaleuse ou complotiste,
qui nous arrive par les réseaux sociaux et qu'on diffuse à nouveau sur les nôtres, 
sans en vérifier du tout l'origine, l'authenticité, la pertinence ou la veracité,
c'est la porte ouverte à la généralisation du mensonge. 
C'est par un mensonge que le péché est entré dans le monde, et avec lui, la mort. 

dimanche 17 novembre 2019

Peu de vertus sont aussi utiles que la persévérance.
Faire quelque chose de bien un jour, c'est très bien. 
Mais faire quelque chose de bien chaque jour, jusqu'à la fin de sa vie, 
voilà ce que l'Esprit Saint nous pousse à faire. 

samedi 16 novembre 2019

"La peur n'est rien d'autre que la défaillance des secours de la réflexion" (Sg 17, 12)

vendredi 15 novembre 2019

C'est bien, de respecter la nature en étant écologiste.
C'est encore mieux de respecter celui qui l'a créée en vivant en chrétien
et en adorant Dieu en esprit et en vérité
au lieu d'adorer sa création. 

jeudi 14 novembre 2019

Le règne de Dieu est au milieu de nous. Ce règne dont on demande, chaque jour, lors du Notre Père, qu'il vienne, il nous l'a envoyé dès la fondation de l'Église Catholique. Certes, il est toujours en images, ou plus exactement, on ne peut le voir que par la Foi pour l'instant, mais il n'en est pas moins présent. 
Mais alors où est-il, et pourquoi est-ce que le monde est toujours aussi malade, dangereux, injuste et cruel ? Dieu s'est donné à nous en nous envoyant son Fils, certes, mais il ne s'est pas arrêté là. Après la Résurrection et l'Ascension, il nous a aussi envoyé son Esprit Saint. Or le Christ, tout comme le Saint-Esprit, sont conférés par les sacrements. Ainsi, toute personne qui reçoit les sacrements, à commencer par le baptême, reçoit Dieu lui-même. On le reçoit en plénitude lors de la Confirmation, on le mange dans la Communion, on reçoit son pardon lors de la Confession, sa force dans le Mariage et le Sacrement des malades, et certains sont même configurés au Christ dans l'Ordination Sacerdotale. Bref, membres du Royaume de Dieu, nous en sommes, nous, les baptisés, les embassadeurs et la partie visible sur terre. 
Enfin, quand je dis "nous en sommes"... "Nous devrions en être" est peut-être plus juste, et c'est ça le problème, le paramètre hasardeux. Parce que Dieu, qui s'est greffé à nous par les sacrements, n'attend que de pousser, tel le grain de moutarde ou de blé, à travers nous, afin de nourrir le monde affamé de son amour. Seulement voilà, pour ça, il a besoin que nous acceptions de vivre en enfants de Dieu, de suivre les motions que nous insuffle l'Esprit-Saint, de mettre en pratique la Parole de Dieu et les enseignements de Jésus-Christ. Il attend que nous vivions saintement, et pas seulement en personnes qui ont été baptisées bébé, et dont toute la relation avec Dieu ne consiste qu'en cet engendrement qu'elles n'ont pas choisi. 
Nous sommes (les chiffres varient selon les sources) entre 1,5 et 2 milliards de baptisés sur terre. Si nous étions entre 1,5 et 2 milliards de chrétiens, c'est à dire de gens fidèles à l'Évangile, cherchant à vivre saintement, à aimer Dieu par-dessus tout et toute l'humanité comme nous-même, comme le monde serait différent ! Comme il deviendrait visible, d'un coup, le Royaume de Dieu ! 
Le jour où tous ses enfants l'adoreront en esprit et en vérité et chercheront à vivre selon sa Parole, le règne de Dieu s'illuminera d'une extrémité à l'autre de la terre comme un éclair. Peut-être que c'est ça qu'il attend pour revenir au milieu de nous en chair et en os. 

mercredi 13 novembre 2019

Le péché, c'est la faillite de l'intelligence.
Personne ne fait le mal en pensant que c'est complètement stupide ou que ça ne sert à rien.
Quand on fait le mal, c'est parce qu'on pense qu'on a bien raison de le faire, 
ou qu'on n'a en tout cas pas d'autre choix meilleur que celui-ci. 
Notre intelligence est incapable de voir plus loin que le problème qu'elle a sous le nez, 
elle cherche juste à le résoudre de la façon la plus simple et la plus immédiate possible, 
quitte à prendre une décision qui la répugnerait en temps normal.

mardi 12 novembre 2019

Le diable est jaloux de nous, parce qu'il ne devait être qu'un serviteur, 
envoyé par Dieu pour prendre soin de nous, qui sommes moins parfaits que lui.
Du coup, pour se venger, il essaye à tout prix de se faire servir par nous, 
ce qu'il réussit chaque fois que nous choisissons de rejeter l'amour de Dieu et du prochain,
suivant ainsi ses commandements.

lundi 11 novembre 2019

La justice de Dieu, c'est de traiter tout le monde avec le même amour et la même bienveillance, 
mais aussi de rendre à chacun selon ses actes, bons ou mauvais, qui que soit la personne.
La justice humaine, c'est d'aimer Dieu par-dessus tout, 
puis tout le monde, en s'efforçant de traiter les autres aussi bien qu'on se traite soi-même.
Mais on peut aussi rendre à chacun selon ses actes, ce qui, s'ils nous agressent, 
s'appelle alors de la légitime défense. 

dimanche 10 novembre 2019

La mort du chrétien ne devrait jamais être vécue comme la mort du païen. 
Mourir n'est jamais très rigolo, c'est un moment pénible à passer, quelle que soit notre foi. 
Mais le chrétien, au moins quand sa foi n'est pas morte, sait parfaitement où il va : 
il rejoint le royaume qui lui a été promis depuis son baptême, 
il va enfin vivre sans entraves en présence de Dieu, qu'il est censé aimer plus que tout
s'il s'est efforcé de mettre en pratique les commandements du Christ. 
Qu'est-ce qui pourrait lui arriver de mieux que d'être réuni à Dieu pour l'éternité, 
enfin libéré du péché, du mal, de l'injustice, des larmes, de la douleur et de la mort ? 

samedi 9 novembre 2019

Je me demande s'il ne serait pas nécessaire, 
quand une église est utilisée comme salle de concert parfaitement profane, 
de célébrer ensuite en son sein une messe de réparation pour en demander pardon à Dieu.
L'église est le lieu sacré où réside Jésus-Christ, de façon sacramentelle, certes, mais réelle, 
ce n'est pas une salle municipale comme une autre ni une salle des fêtes. 
On s'étonne que le peuple chrétien ne vienne plus à l'église le dimanche, 
mais après avoir permis pendant des decennies de fouler au pied ce qu'on a de plus sacré, 
la maison de Dieu et la Présence Réelle dans le tabernacle, 
comment s'étonner que personne n'y apporte plus aucun crédit ni aucun intérêt ? 

vendredi 8 novembre 2019

Je comprends, quand on est prêtre, que l'on puisse être frustré par l'absence de résultats, 
et qu'on ait l'impression de prêcher dans le désert ou de vider l'océan avec un dé à coudre.
Mais je ne peux pas comprendre qu'un prêtre puisse être plus passionné par quoi que ce soit
que par le fait d'annoncer, en tous temps, en tous lieux, dans le désert, les épines, les cailloux, 
ou dans la bonne terre, la Bonne Nouvelle de la résurrection du Christ. 

jeudi 7 novembre 2019

Si, au lieu de nous juger les uns les autres, nous nous aidions... 

mercredi 6 novembre 2019

Tu veux abandonner totalement ta liberté et vivre désormais comme un esclave ?
C'est super facile. Contracte plein de dettes en achetant tout à crédit. 
Ta vie et le fruit de ton travail appartiendront désormais à tes créditeurs, 
tu ne vivras plus que pour eux, et plus du tout pour toi-même. 
Maintenant, si ça ne te dit rien de vivre comme esclave, alors fais le contraire. 

mardi 5 novembre 2019

Tous les baptisés sont membres de droit du Royaume de Dieu. 
Seulement voilà, de même qu'une chaine ne vaut que ce que vaut le maillon le plus faible,
une communauté ne vaut que ce que vaut son membre le plus fragile. 
C'est pourquoi nous devons nous encourager et nous aider les uns les autres, 
si nous voulons que le Royaume de Dieu soit une réalité aussi bien sur terre qu'aux Cieux. 

lundi 4 novembre 2019

Raconter ce qu'on fait comme bonnes oeuvres, ça peut éventuellement édifier des gens
(bien que la plupart du temps, ils penseront juste que tu te vantes et que tu te crois supérieur). 
Mais il faut garder quelques oeuvres secrètes, 
si tu veux que ça soit Dieu, et non l'admiration (très relative) des gens
qui te récompense au dernier jour. 

dimanche 3 novembre 2019

Si Dieu ferme les yeux sur nos péchés, 
c'est pour nous laisser le temps de nous convertir, 
pas pour nous laisser nous rouler dedans avec complaisance comme un cochon dans la fange. 

samedi 2 novembre 2019

Être devenu enfant de Dieu par le baptême, c'est bien. 
Mais il faut ensuite vivre comme tel, en faisant les oeuvres de notre Père, 
vivant dans l'adoration, la prière, la confiance en Dieu, la vérité, la générosité, la miséricorde,
la bienveillance, l'intérêt du prochain, le partage, le pardon, l'humilité, la patience, et la paix. 

vendredi 1 novembre 2019

S'il suffisait d'être mort pour être saint, 
on n'aurait pas besoin de distinguer la fête des saints et celle des fidèles défunts. 
Dieu seul est saint. 
Si on veut devenir saints, nous aussi, 
le mode d'emploi consiste à manger Dieu, puis à laisser
sa grâce agir en nous en faisant tout ce qu'il nous indique dès lors par l'Esprit Saint.

jeudi 31 octobre 2019

Dieu nous aime et nous aimera pour l'éternité.
Mais si on ne l'aime pas nous aussi, ça ne nous sert à rien. 

mercredi 30 octobre 2019

Être juste envers ceux que l'on prétend aimer, c'est les traiter comme soi-même, 
c'est à dire leur donner autant d'attention, de temps et de biens qu'on en a soi-même besoin. 
Parce que si on a besoin de tout ça pour être bien, qu'est-ce qui nous fait croire que les autres 
peuvent se contenter de moins, tout en pensant qu'on a été justes avec eux ? 

mardi 29 octobre 2019

Ceux qui ont trouvé l'amour véritable, le don de soi à quelqu'un qui les aime, et qui le vivent, 
connaissent déjà le Royaume de Dieu et savent un peu mieux que les autres ce qui s'y passe.
Mais ça reste une approximation, parce que sur terre, l'amour est fragile, encore mélangé de péché,
et surtout, il ne peut pas être éternel tant que nous sommes mortels.

lundi 28 octobre 2019

Il est courant, quand on ne connait pas bien Dieu, d'avoir peur de Lui, 
ou au moins de ne pas être tellement attachés à Jésus Christ. 
Heureusement, sa mère fait moins peur que lui, 
et petit à petit, elle a mené beaucoup de gens à son Fils. 

dimanche 27 octobre 2019

Ce n'est pas parce qu'on fait des péchés qu'on est justes devant Dieu. 
Mais il ne rejette pas la prière du pécheur qui demande pardon de tout son coeur, et il le justifie.
Après, il appartient au pécheur pardonné de garder ce pardon comme un trésor, 
et de ne pas revenir au péché en courant, ce qui reviendrait à gacher la miséricorde de Dieu. 

samedi 26 octobre 2019

Le péché a tendance à nous éloigner de Dieu parce qu'on craint son jugement
et qu'il est plus pénible d'assumer le mal que l'on a fait qu'il ne l'a été de le commettre. 
C'est pourquoi après chaque péché il faut faire un effort de conversion, 
de retour conscient à Dieu et de demande de pardon sincère, 
parce que sinon on dérive loin de Lui sans même s'en rendre compte, 
et c'est comme ça que beaucoup on finit par perdre totalement la Foi. 

vendredi 25 octobre 2019

Croire à la théorie du "bon sauvage", cet homme prétendûment naturellement bon et innocent,
qui n'aurait aucun besoin d'évangélisation pour être sauvé, parce qu'il ne connaissait pas le mal 
avant d'être confronté à une société corruptrice (donc si possible européenne, colonialiste et violente), 
et qui serait resté tel un petit ange innocent sur terre si on l'avait laissé tranquille chez lui,
c'est oublier un peu vite la loi de péché à laquelle est soumise toute l'humanité.
Depuis le péché originel, personne n'en est indemne, nous sommes tous pécheurs,
et il est impossible d'être vraiment bon si on ne reçoit pas l'Esprit Saint par le baptême.
Car Dieu seul est bon, en vérité, et Lui seul peut, si on l'héberge en notre âme, 
faire de nous des saints et nous rendre l'innocence originelle de nos premiers parents. 

jeudi 24 octobre 2019

Encore aujourd'hui, 2000 ans après sa mort et sa résurrection, 
les gens restent divisés sur le Christ. 
Il y a ceux qui veulent détruire le christianisme, l'Église et la morale chrétienne, 
et ceux qui aiment le Christ et veulent être ses disciples. 
C'est que la bataille entre la mort et la vie reste toujours aussi féroce, 
même si ceux qui ont choisi la mort ont déjà perdu la guerre :
Jésus est revenu des enfers pour ouvrir les portes du paradis à qui accepte de passer par lui, 
et la mort est blessée d'une blessure mortelle à laquelle succomberont aussi tous ses disciples. 
Quiconque défend la vie a choisi son camp, quiconque défend la mort a choisi le sien aussi.

mercredi 23 octobre 2019

La justice selon Dieu, c'est de traiter chacun équitablement, selon ses besoins.
Quand on pèche, on se traite soi-même favorablement, au détriment des autres. 
C'est pour ça que le péché conduit à l'injustice, alors que l'obéissance à Dieu conduit à la justice :
ce n'est que quand on traite son prochain comme soi-même qu'on ne pèche pas. 

mardi 22 octobre 2019

Notre justification devant Dieu ne peut venir que de Lui, 
soit par le baptême, la première fois, mais on ne peut le recevoir qu'une fois, 
soit par la confession, chaque fois qu'on a gravement manqué d'amour,
envers Dieu (en n'allant pas à la messe le dimanche par exemple...)
ou envers notre prochain voire envers soi-même. 

lundi 21 octobre 2019

Le problème, ce n'est pas de savoir que l'argent ne fait pas le bonheur.
C'est de le croire vraiment, et d'en tenir compte dans nos choix de vie. 

dimanche 20 octobre 2019

Dieu est toujours juste envers nous, il traite tout le monde de la même façon.
Mais le sommes-nous toujours envers Lui ? 
Lui rend-on l'adoration qu'on lui doit ? 
Le traite-t-on comme notre Dieu ? 

samedi 19 octobre 2019

Blasphémer contre l'Esprit Saint, c'est rejeter le pardon de Dieu
lorsqu'on croit que notre péché est plus grand que lui, 
et qu'on refuse de se convertir en disant qu'on est irrécupérable.
L'amour de Dieu est infiniment plus grand que tous les péchés du monde réunis. 
Encore faut-il l'accepter humblement, parce que si Dieu ne rejette jamais un coeur contrit, 
il peut en revanche parfaitement rejeter un coeur arrogant qui se croit au-dessus de son amour.

vendredi 18 octobre 2019

C'est dur, quand on a toujours tout fait pour tout le monde, 
de se retrouver sans personne pour nous aider quand on a à son tour besoin de soutien. 
C'est pourtant très courant, surtout quand on a agi par esprit chrétien : 
saint Paul s'en plaignait déjà, abandonné par tous après avoir fondé tant d'églises locales. 
C'est que la récompense du chrétien n'est pas de ce monde. 
Ici, on sème dans les larmes. Mais viendra le jour où on récoltera dans la joie. 

jeudi 17 octobre 2019

Si je greffe un rosier sur un églantier, c'est grâce à la greffe que l'églantier peut faire des roses.
Mais si elle n'en produit pas, ça veut dire que la greffe n'a pas pris.
De même, la justification devant Dieu a été greffée sur les pécheurs par la foi, on n'y est pour rien,
mais si ça ne produit pas d'oeuvres conformes aux commandements de Jésus-Christ, 
alors ça signifie que la greffe n'a pas pris.
On n'est pas sauvé par nos bonnes oeuvres, mais si on n'en produit pas, 
ça signifie qu'on a rejeté le salut qui vient de Dieu.

mercredi 16 octobre 2019

Juger les manques d'amour des autres quand on en manque soi-même si souvent, 
ça revient à demander à Dieu de nous condamner fermement pour nos péchés.

mardi 15 octobre 2019

L'injustice souvent dénoncée par les prophètes, par Jésus et par les apôtres, 
ce n'est pas une histoire de tribunal ou de jugement, mais de faire acception des personnes, 
en ne traitant pas équitablement tout le monde, 
favorisant le riche et le puissant et négligeant le pauvre et le petit.
C'est l'attitude du petit chef, gluant devant ses supérieurs mais dur envers ses subordonnés.
S'il y a bien un péché qui met Dieu de travers, c'est celui-ci !

lundi 14 octobre 2019

Le livre de Jonas, dont nous parle Jésus aujourd'hui, n'est pas un livre historique. Il y a un indice pour s'en rendre compte : les gens qui se font manger tout crus par une baleine pour être rejetés en vie trois jours plus tard sur le rivage, ça ne court pas les rues. Ce n'est pas pour ça que c'est un livre sans intérêt, parce qu'il est prophétique. Jonas, c'est, par moments dans cette petite histoire de trois pages, la figure du Christ : jeté à la mer (à la mort, selon la symbolique prophétique) pour sauver ceux qui sont sur le bateau (il vaut mieux qu'un seul homme meure pour tout le peuple), englouti par la baleine pendant trois jours (descendu aux enfers) puis rejeté sur le rivage (et ressuscité), il traverse Ninive (le monde pécheur) en annonçant qu'elle sera détruite dans 40 jours, et tout le monde se convertit, ce qui pousse Dieu à pardonner à la ville ses péchés (et le monde sera sauvé). Donc, quand Jésus annonce aux foules qu'il leur sera donné le signe de Jonas, il leur parle de sa résurrection, accompagnée d'un appel à la conversion, qui doit servir de signe lorsqu'elle sera annoncée à toute la terre. 
Tout ça est très rassurant. Le sacrifice du Christ nous donne le Salut. Mais il y a un petit détail dont il faut tenir compte : Ninive s'est convertie. "Hommes et bêtes, gros et petit bétail ne goûteront rien, ne mangeront pas et ne boiront pas d'eau. On se couvrira de sacs, on criera vers Dieu avec force, et chacun se détournera de sa mauvaise conduite et de l'iniquité que commettent ses mains. Qui sait si Dieu ne se ravisera pas et ne se repentira pas, s'il ne reviendra pas de l'ardeur de sa colère, de sorte que nous ne périssions point?". Dieu vit ce qu'ils faisaient pour se détourner de leur conduite mauvaise. Aussi Dieu se repentit du mal dont il les avait menacés, il ne le réalisa pas (Jon 3, 7-10). Jésus fera lui aussi un appel à la conversion après sa résurrection : proclamez l'Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé; celui qui ne croira pas, sera condamné (Mc 16, 15-16).
Par la mort et la résurrection du Christ, le Salut est entré dans le monde, les portes du paradis ont été ouvertes à nouveau, et nous sommes appelés, nous aussi, à la vie éternelle et à la résurrection. Mais il faut se convertir. Il faut revenir à Dieu, demander le pardon de nos péchés et nous efforcer de faire désormais sa Volonté de tout notre coeur. Parce que si on ne tient aucun compte de la proclamation de Jonas, si personne ne se convertit, Ninive sera détruite. 

dimanche 13 octobre 2019

Il n'y a nulle part de taux de suicide plus élevé chez la jeunesse que dans les pays riches. 
Rien d'étonnant : vivre sans connaître Dieu et sans l'aimer, ça n'a aucun sens, 
parce qu'on a été créés par amour et pour l'amour, et que l'Amour, c'est Dieu lui-même.
Mais comme l'immense majorité des parents chrétiens ne mettent jamais les pieds à l'église, 
leurs enfants seraient bien en peine de connaître Dieu, de l'aimer et de l'adorer. 
Et être privés de la connaissance de Dieu, c'est être privés de leur propre raison d'être. 

samedi 12 octobre 2019

Si tu veux être du côté de Dieu quand il reviendra dans la gloire, 
défends les petits, les faibles, les pauvres et les laissés pour compte.

vendredi 11 octobre 2019

J'ai très souvent dû aller bénir des maisons parce qu'il s'y passait des "phénomènes bizarres".
En général ce ne sont pas les maisons qui ont un problème, mais ceux qui les habitent :
ils pensent être chrétiens parce qu'il sont baptisés, mais ils vivent comme des païens,
ce qui fait qu'ils ne bénéficient en réalité d'aucune protection contre les esprits mauvais.
Je ne dis pas que c'est toujours le cas, mais c'est une grande majorité.

jeudi 10 octobre 2019

La justice est l'une des vertus que Dieu préfère, à tel point 
qu'il est impossible d'entrer au paradis si on abuse de son prochain.
Celui qui dépouille l'innocent ou le fait condamner injustement
n'a pas sa place dans le royaume de Dieu.

mercredi 9 octobre 2019

Dans le "Notre Père", on affirme qu'on pardonne à ceux qui nous ont offensé. 
Il faudrait que ça soit vrai. 

mardi 8 octobre 2019

Quand on voit des défauts ou des péchés chez les autres, 
il faut en profiter pour se souvenir qu'il faut réformer les siens.
Ce n'est pas en se plaignant des autres qu'on changera le monde, 
mais en s'efforçant de s'améliorer un peu et d'être plus fidèle à Dieu soi-même. 

lundi 7 octobre 2019

Si on n'est pas capable de supporter une personne sur terre, 
il n'y a aucune raison pour qu'on soit capable de la supporter au paradis.
Et si on n'est pas capable de supporter une personne au paradis, 
on n'y entre pas. 
C'est pour ça qu'il faut apprendre à aimer son prochain comme soi-même dès ici-bas.

dimanche 6 octobre 2019

On demande souvent des comptes à Dieu, et quand Il ne fait pas notre volonté, on Lui en veut.
Mais, de Dieu ou de nous, qui a créé l'autre ? Qui a donné sa vie par amour ? 
Qui se préoccupe le plus du bien-être, du bonheur et de la vie de l'autre ? 
Qui est en droit d'attendre foi, fidélité, espérance et obéissance de la part de l'autre ? 

samedi 5 octobre 2019

Il ne faut jamais oublier que la vie spirituelle est un combat de tous les jours, 
et que la routine et l'ennui sont des armes très efficaces dans les mains de l'ennemi. 
Heureusement, nous ne manquons pas d'armes pour les contrer : la prière et la confession. 
Encore faut-il nous en servir, si on ne veut pas se faire faucher comme des bleus. 

vendredi 4 octobre 2019

J'ai perdu un frère prêtre, et j'ai été très affecté et très triste, quand je l'ai appris.
Ensuite, j'ai réfléchi un peu, et je me suis rendu compte que j'étais triste pour moi-même,
parce que je ne le verrai plus et qu'il va me manquer. 
Mais pour lui, qu'est-ce qu'il pouvait lui arriver de mieux que de voir enfin Dieu en face à face ? 
Il n'y a pas, quand on est chrétien, à fortiori quand on est prêtre, de plus grand bonheur que celui-ci. 
Alors je me suis réjoui pour lui puis, dès que je l'ai pu, j'ai célébré la messe pour lui.
La mort de ceux qui aiment Dieu n'est pas un malheur pour eux, même si elle l'est pour nous. 

jeudi 3 octobre 2019

Une fleur ne poussera pas plus vite en tirant sur ses feuilles ou sur sa tige. 
De même, un chrétien n'aimera pas plus Dieu en lui faisant des reproches incessants.
Il faut laisser le temps, pour la fleur comme pour l'amour du chrétien, de pousser à leur rythme. 

mercredi 2 octobre 2019

Ce qu'on veut obtenir des hommes, 
il faut commencer par le demander à Dieu
ou par l'intercession des saints. 

mardi 1 octobre 2019

Le Salut Éternel ne vient ni de nos pensées, ni de nos actes : il vient de Jésus-Christ.
Mais pour le recevoir et l'accepter, pour qu'il nous soit utile et qu'on lui soit fidèles, 
alors il faut accorder nos pensées et nos actes aux enseignements de Jésus-Christ.

lundi 30 septembre 2019

On n'a pas besoin d'être d'accord sur tout pour aimer quelqu'un.
Mais si on n'est d'accord sur rien, ça va quand même être compliqué de s'aimer. 

dimanche 29 septembre 2019

On a moins besoin que jamais de Dieu aujourd'hui qu'au cours de toute l'histoire humaine, 
(en apparence) au moins dans les pays riches, politiquement stables et en paix,
parce que, qu'on lui rende un culte ou pas, ça ne changera rien à nos conditions de vie : 
on ne compte plus sur lui pour avoir de quoi manger ou pour guérir, 
on a la politique et la science pour ça, les allocs et la sécu, la retraite et les ehpads. 
Du coup ceux qui ne lui rendaient un culte que pour obtenir de lui des avantages concrets
n'ont plus aucune raison de le faire : si on obéit à Dieu aujourd'hui, c'est gratuitement,
par amour et non par intérêt, et ça, c'est inédit dans l'histoire de l'humanité. 
Bien sûr, il reste la question de la mort, mais elle est massivement éludée dans nos sociétés
(mais ceux qui y pensent se tournent plus facilement vers Dieu que ceux qui n'y pensent jamais).
Pas étonnant, du coup, s'il n'y a qu'un petit reste disposé à l'adorer et à lui rendre un culte : 
l'amour de charité envers Dieu, c'est à dire avoir la volonté de l'aimer gratuitement, 
ce n'est pas, on le constate chaque jour, une ambition ni une préoccupation qui va de soi.