Couv

Couv
Vous en rêviez, c'est fait ! Les apophtegmes à emporter partout avec soi, en vente dans toutes les bonnes librairies !!!

aléatoire

mardi 30 avril 2019

J'ai appris ce qu'était le service en servant la messe, de 15 à 21 ans. 
Être toujours prêt à tout, le plus invisible possible, les yeux fixés sur le prêtre
pour l'assister quel que soit le besoin, en s'oubliant soi-même totalement, quel bonheur ! 
Être tout donné pour quelqu'un d'autre que soi, sans se préoccuper de son nombril, 
sans recherche de reconnaissance ou de briller ou d'être remercié ni même vu, 
c'est véritablement quelque chose que j'ai trouvé merveilleux.
La chose qui m'a le plus coûté en devenant prêtre c'est de perdre cette place.

lundi 29 avril 2019

L'amour de Dieu pour nous est dingue. 
Par amour, il s'est fait homme, et il est mort pour nous, puis ressuscité, bon. 
Mais l'histoire ne s'arrête pas là !
Par amour, le Fils reste lié à l'humanité par son corps pour l'éternité ! 
Il ne nous a pas juste sauvés, il est réellement devenu l'un de nous ! 
Alors si ça, c'est pas dingue, je ne sais pas ce qui le sera. 

dimanche 28 avril 2019

Ce n'est pas quand on est dans la chaleur de l'émotion qu'il est difficile d'aimer, 
c'est quand l'émotion est partie. 
Et c'est là que l'on sait si on aime vraiment l'autre, 
ou si on aimait juste ressentir une émotion. 

samedi 27 avril 2019

Beaucoup de gens ne vont pas à la messe le dimanche 
"parce qu'ils n'en ont pas besoin". 
Et le besoin qu'a la communauté chrétienne de les voir, 
qu'en font-ils ? 

vendredi 26 avril 2019

Une église qui s'écroule, ça fait mal au ventre. 
Une fois.
Mais une église quasi vide quand on y célèbre la messe, 
ça fait mal au coeur tous les jours. 

jeudi 25 avril 2019

Ah, si nous prenions notre baptême au sérieux, 
si nous aimions vraiment Dieu plus que tout... 
Comme notre vie serait différente ! 
Comme le monde serait différent ! 
Hélas, pauvre de nous, nous sommes bien loin du compte... 

mercredi 24 avril 2019

Le mystère de Pâques, ce n'est pas la Trinité qui a tiré aux dés qui devait s'y coller, 
c'est tombé sur le Fils et il a dû y aller en marmonant et en trainant les pieds... 
Non, c'est Dieu qui, de tout son être, nous aime jusqu'à se perdre en nous
comme le Père se perd dans le Fils et le Fils dans le Père de toute éternité. 
C'est Dieu qui veut nous inclure en Lui, pour l'éternité, 
si nous voulons bien de son amour. 

mardi 23 avril 2019

Par sa mort et sa résurrection, Jésus a démontré que ça valait la peine d'aimer, 
de donner notre vie les uns pour les autres. 
Eh bien, il ne nous reste plus qu'à en tenir compte dans la nôtre, désormais, 
pour que sa mort et sa résurrection ne soient pas vaines. 

lundi 22 avril 2019

Tiens, en parlant de baptême... j'ai de plus en plus de gens qui, quand ils le demandent, ajoutent : 
"mais vous savez hein, il ou elle sera aussi baptisé(e) à la mairie", 
comme si ça devait me remplir d'allégresse... 
S'il y a bien un sacrement qui, singé par la république, n'a plus le moindre sens, c'est le baptême. 
Déjà qu'elle a totalement dévirtualisé le mariage, il fallait aussi qu'elle vide le baptême de son sens...
Baptême, ça veut dire "plongé dans". Ok. 
Être plongé dans la mort et la résurrection du Christ, en signe de notre résurrection future, 
ça a un sens, d'autant qu'il s'agit d'un commandement directement donné par Jésus lui-même. 
Mais être plongé, sans eau, bien sûr, dans... dans quoi, au fait ? à la mairie, 
non, vraiment, ça n'a ni queue ni tête, 
et en tout cas strictement aucun rapport avec le baptême chrétien. 

dimanche 21 avril 2019

Depuis plusieurs années, j'ai toujours des baptêmes d'adulte pour Pâques. 
J'aime bien que les adultes soient baptisés à Pâques, comme aux premiers siècles. 
Le baptême, c'est la plongée dans la mort et la résurrection du Christ. 
Aucun jour ne peut l'exprimer plus pleinement que ce jour-là. 

samedi 20 avril 2019

Le samedi saint, seul jour "aliturgique" de l'année. 
Un jour sans messe et sans autre sacrement que celui de la réconciliation... 
Mais comme on n'y tient plus, dès que tombe le soir on s'y remet, 
parce qu'un jour sans Dieu, c'est un jour qui n'a pas de sens. Littéralement.

vendredi 19 avril 2019

Le vendredi saint est pour nous l'occasion d'accompagner le Christ au calvaire. 
La liturgie, c'est ça : se rendre présent, au-delà de l'espace et du temps, 
à tout ce qui concerne Dieu, qu'il s'agisse du Père, du Fils ou du Saint-Esprit. 
Quelle occasion fantastique d'être aux côtés de Jésus quand il a le plus besoin d'amour ! 

jeudi 18 avril 2019

J'ai été très surpris au séminaire, quand j'ai découvert
que le jeudi saint était la fête du sacerdoce, 
parce que c'est la fête de l'institution de l'eucharistie. 
Avant, c'était pour moi un jour triste, comme tout le triduum pascal. 
Et tout d'un coup ça devenait une fête en même temps. 
Ça résume bien l'action du Christ, en même temps : 
c'est par le sacrifice de sa vie, 
évènement le plus triste de l'histoire de l'humanité, 
qu'il a rouvert les portes du paradis, 
évènement le plus extraordinairement joyeux de l'histoire de l'humanité.

mercredi 17 avril 2019

Je ne pense pas qu'Isaïe avait conscience de prophétiser de façon si graphique
sur ce qui arriverait au Messie de Dieu.
Jésus savait parfaitement ce qui l'attendait, et il ne s'est pas dérobé. 
Puissions-nous, nous aussi, ne pas fuir devant les sacrifices qu'implique l'amour véritable ! 

mardi 16 avril 2019

Ah ! Si nous faisions pour Dieu tout ce que nous pensions faire pour lui, 
en particulier quand nous étions des enfants plein d'enthousiasme et de générosité, 
comme nous serions saints ! 
Hélas, entre nos ambitions et nos réalisations, il y a un gouffre
que seul l'amour de Dieu peut combler. 

lundi 15 avril 2019

Dieu est toujours bienveillant envers les pécheurs, 
ce qui est une chance pour nous, parce que nous le sommes tous. 
Mais il ne faut pas gaspiller cette bienveillance en continuant de commettre toute sorte de péchés.
Il faut au contraire en profiter pour revenir à Lui de coeur et d'âme, tant qu'il en est encore temps.

dimanche 14 avril 2019

"Parce que ce peuple est près de moi en paroles et me glorifie de ses lèvres, mais que son coeur est loin de moi (...) voici que je vais continuer à étonner ce peuple par des prodiges et des merveilles ; la sagesse des sages se perdra et l'intelligence des intelligents s'envolera". Voilà la parole d'Isaïe (29, 13-14)qui se réalise aujourd'hui. Le peuple acclame l'entrée de Jésus à Jérusalem, reconnaissant en lui le "fils de David", le messie. Mais, quelques jours plus tard, il criera "à mort, à mort ! Crucifie-le !". Oh, ce n'est pas la peine de leur en vouloir. On n'aurait pas fait mieux. Nous aimons Dieu, bien sûr, mais nos actes ne suivent pas toujours nos principes religieux ou moraux. Eh bien, ces gens n'étaient pas différents de nous. 
Pour Dieu, en revanche, c'est différent. Sa Parole est action. C'est par sa Parole que tout a été créé, et sans elle, rien ne fut. Son Verbe est ce qu'il fait, et ce Verbe s'est fait chair, et il a demeuré parmi nous. Jésus ne pouvait pas se contenter de prêcher. Dire des choses magnifiques et ne pas les mettre en pratique ? Les pharisiens n'avaient pas besoin de lui pour ça. Nous non plus, d'ailleurs. Mais chez le Christ, il n'en est pas ainsi. Sa Parole est Vérité, et sa Loi, délivrance. 
Quelle est cette Loi qu'il est venu lui-même accomplir ? "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton âme, de tout ton coeur et de tout ton esprit, et tu aimeras ton prochain comme toi-même". Et encore : "il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime". Eh bien, incarnation de l'amour divin parmi nous, il nous a donné sa vie, non parce que nous l'avions mérité, mais parce qu'il est Amour, et qu'aimer, c'est ça, c'est donner sa vie. Et comme il aime toute l'humanité, les méchants comme les bons, c'est pour nous tous qu'il l'a offerte. Nul n'a pris la vie de Jésus : ni les juifs, ni les romains, ni Pilate, ni Judas. Sa vie, c'est lui qui la donne afin de rassembler tous ses frères humains, et de nous montrer le chemin qui mène à la résurrection : l'amour jusqu'au don de soi, l'amour sans lequel notre vie n'a aucun sens, soutenu par l'amour de Dieu pour nous et de nous pour Dieu. 
Donne-nous, Seigneur, la force de mettre en pratique ce que tu nous as toi-même enseigné, pour que nous complétions dans notre chair ce qui manque au sacrifice du Christ : que nous acceptions de nous laisser sauver par lui, en nous aimant les uns les autres comme il nous a aimés. Celui qui donne sa vie la gardera, mais qui la garde pour lui la perdra. 

samedi 13 avril 2019

Dieu veut tellement que nous soyons sauvés... 
Mais, tout Dieu qu'il est, il ne peut pas décider à notre place
si nous acceptons ou pas de croire en l'Amour, 
et de miser notre vie sur cette foi. 
Enfin, sache que si tu veux le faire, il n'est pas trop tard. 

vendredi 12 avril 2019

C'est sur nos oeuvres que nous serons jugés, pas sur nos idées. 
Savoir ce qu'il faudrait faire mais n'en tenir aucun compte, 
ça ne sert absolument à rien, 
c'est même pire que de ne rien savoir. 

jeudi 11 avril 2019

La Trinité, c'est un peu difficile à se représenter, 
parce que c'est un mouvement d'amour perpétuel : 
le Père, de toute éternité, se donne tout entier au Fils, 
qui, de toute éternité, se donne tout entier au Père, 
l'Esprit étant ce mouvement d'amour permanent, absolu et parfait, 
entre le Père et le Fils, et le Fils et le Père. 
Pas étonnant qu'il nous ait fallu plusieurs siècles 
pour avoir des idées claires sur le sujet de l'être de Dieu, 
même si saint Jean l'avait résumé depuis longtemps 
en nous disant tout simplement que Dieu est Amour. 

mercredi 10 avril 2019

On ne peut se revendiquer de Dieu pour justifier de faire du mal à qui que ce soit. 
Dieu est amour, et il va falloir trouver une meilleure excuse que Lui
pour expliquer le fait que l'on n'aime pas quelqu'un, quelle qu'en soit la raison. 
Ne crois pas que la violence soit jamais justifiée pour s'en prendre au péché ou au pécheur : 
Jésus, pour lutter contre le péché, n'a pas pris la vie des coupables mais a donné la sienne.

mardi 9 avril 2019

Lorsque Jésus se présente comme : "Je suis" aux pharisiens, 
il se présente comme il l'avait fait à Moïse lors de l'épisode du buisson ardent, 
bref il révèle qu'il est Dieu.
Et si on ne le croit pas sur parole, on peut au moins le croire sur ses actes : 
tous les miracles qu'il a accomplis, et surtout sa résurrection au matin de Pâques. 

lundi 8 avril 2019

Je comprends la répugnance des pharisiens à croire que Jésus est le Fils de Dieu :
penser que Dieu nous aime suffisament pour venir nous sauver de ses propres mains, 
c'est tout à fait incroyable. 
Et pourtant c'est ce qu'il a fait, parce qu'il nous aime plus que nous ne nous aimons nous-même. 

dimanche 7 avril 2019

La confiance que Dieu met dans la possibilité de la conversion humaine est surnaturelle. 
Un homme qui met sa confiance en l'humanité, ça me semble une folie. 
Et pourtant Dieu a toujours montré qu'il croyait à notre possible retour vers lui.
Alors, ce que Dieu croit, on peut s'efforcer d'y croire aussi, 
même quand notre propre péché nous crie que nous ne sommes dignes de rien. 

samedi 6 avril 2019

Pour garder foi en Dieu quand on sait qu'on va finir sur une croix, 
les capacités humaines ne suffisent plus : il faut une foi qui vient de Dieu lui-même,
et qui ne peut se recevoir que dans l'humilité, avec une confiance aussi forte 
que celle d'un enfant qui n'a pas encore été confronté au mal. 

vendredi 5 avril 2019

La vie du juste est un tourment intolérable pour les injustes. 
Le simple fait de son existence cause chez eux rage et exaspération. 
Si tout le monde fait ta louange, si tu ne rencontres qu'approbation et félicitations, méfie-toi : 
c'est ainsi que les faux prophètes étaient traités, 
et ça ne veut absolument pas dire que tu sois aussi fidèle à Dieu que tu voudrais l'être.

jeudi 4 avril 2019

Je ne crois pas que Dieu voulait faire du mal à son peuple au désert, 
chaque fois que celui-ci se plaignait ou qu'il retombait dans l'idolâtrie. 
Ce qu'il voulait, c'est que Moïse, en intercédant pour eux, 
prenne conscience qu'il aimait lui-même ce peuple 
bien qu'il se soit souvent exaspéré contre eux comme à Massa et Meriba
ou quand il a brisé les tables de la Loi lors de l'épisode du veau d'or. 

mercredi 3 avril 2019

Nous avons à apprendre de Dieu ce que c'est que la compassion, 
nous qui sommes si prompts à nous juger les uns les autres. 

mardi 2 avril 2019

Nous vivons à une époque qui se soucie moins de la conversion du pécheur
que de sa punition, voire de sa destruction totale. 
Je ne dis pas qu'il faut qu'il soit absout sans conditions, 
bien entendu il n'y a pas de conversion sans réparation ni sans justice.
Mais cette intransigeance dit quelque chose de notre monde. 
Si personne n'avait rien à se reprocher, 
on n'aurait pas besoin de boucs émissaires pour exorciser nos propres fautes. 

lundi 1 avril 2019

L'humilité, c'est juste la reconnaissance la plus objective possible
de ce que l'on est et de qui on est, en bon comme en mauvais,
ce n'est pas le dénigrement hypocrite dans l'attente de louanges
des qualités que Dieu nous a donné sans aucun mérite de notre part.