aléatoire

jeudi 16 mars 2017

J'ai toujours aimé cet avertissement du prophète Jérémie, qui dit :
"maudit soit l'homme qui met sa foi dans un mortel,
qui s'appuie sur un être de chair,
tandis que son coeur se détourne du Seigneur."
Le monde est en recherche constante d'idôles ou de "messies":
dans la politique, l'art, la pensée, le sport, le travail ou même l'amour.
On met sa foi dans un humain, quelqu'un qui peut se tromper et nous tromper,
et c'est, bien entendu, systématiquement promis à la catastrophe,
ne serait-ce que parce que la mort viendra tôt ou tard briser notre coeur.
Si j'ai choisi Dieu, c'est parce que je me suis dit que Lui ne m'abandonnerait jamais.
Moi, je pourrais éventuellement l'abandonner ou le trahir,
même si j'espère bien que je n'en ferai rien malgré la faiblesse de ma condition humaine.
Mais Lui non, il ne le fera pas, parce qu'Il ne déteste rien de ce qu'Il a créé,
Il l'a prouvé en donnant sa vie pour nous (on ne saurait être plus clair !) 
et depuis sa résurrection, même la mort ne peut plus nous séparer de Lui.